Moses und Aron en direct de la Ruhrtiennale : un choc!

À emporter, DVD, DVD Musique, Opéra

Arnold Schoenberg (1874-1951) : Moses und Aron. Mise en scène : Willy Decker ; décors : Wolfgang Gussmann ; costumes : Wolfgang Gussmann & Susana Mendoza ; lumières : Andreas Grüter. Dale Duesing, Moses ; Andreas Conrad, Aron ; Ilse Eerens, Ein junges Mädchen ; Karolina Gumos, Eine Kranke ; Finnur Bjarnason, Ein junger Mann ; Michael Smalwwood, Der nackte Jüngling ; Boris Grappe, Ein anderer Mann / Ephraimit ; Renatus Mészár, Ein Priester. ChorWerk Ruhr, Orchestre Symphonique de Bochum, direction : Michael Boder. Réalisation : Hannes Rossacher. 1 DVD EuroArts 2058178. Enregistré à la Jahrhunderthalle de Bochum prendant la Ruhrtiennale 2009. Format image : NTSC 16 : 9. Format son : PCM stéréo DD 5. 1 DTS 5. 1. Sous-titres : allemand, anglais, français. Notice trilingue (allemand, anglais, français). Zone : 0. Durée : 1h49’. Pas de bonus

 

Les Clefs ResMusica

Un choc ! Les versions de Moses und Aron, que ce soit au disque, au DVD ou même en production scénique ne sont pas légions. Mais sur le peu de références existantes, aucune ne démérite. Et cette nouvelle mouture chez EuroArts ne dément pas cette constance.

On connaît la Ruhrtriennale pour se spartis pris artistiques audacieux. Point de scène lyrique traditionnelle, mais la Jahrhunderthalle, ancienne friche industrielle reconvertie en immense salle culturelle. Le public est réparti en deux gradins qui se font face. L’action se déroule dans l’espace central. L’orchestre est confiné hors de la vue des spectateurs. La mise en scène de peut commencer.

Point de mystique juive ni de propos militants : ce Moses und Aron se déroule dans l’ascétisme le plus absolu. La foule – qui commence à chanter dans le public – est vêtue de noir et de blanc. La seule touche de couleur sont les tenues rouge sang et or lors de la Danse du Veau d’or. , par ses corps nus affalés sur scène, son Moïse hirsute, ses scènes de pandémonium et d’orgie, ne fait pas dans la demi-mesure. Le spectacle est à couper le souffle, et on ne peut que regretter que cette production ne dépasse pas le Rhin.

Coté musique, l’excellence est proche. pousse au maximum son orchestre, la méconnue phalange de Bochum, petite ville de la Ruhr, qui comme beaucoup de ses confrères ferait pâlir de justesse et d’homogénéité plus d’une phalange symphonique française. Le chœur, formé pour l’occasion, est lui aussi stupéfiant de professionnalisme. Enfin la distribution n’appelle que des éloges, depuis l’immense liste des seconds rôles jusqu’au Aron bien chantant d’ et à la voix usée toute en sprechgesang de .

Une version de référence de Moses und Aron, l’opéra inachevé de Schœnberg. Une de plus.

 

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.