Mot-clef : Willy Decker

naxos death in venice

Brillante radiographie de Mort à Venise par Willy Decker

On croyait tenir un classique définitif avec la mise en scène de Deborah Warner à l’ENO (DVD Opus Arte). Celle de Willy Decker pour Madrid va plus loin encore. Le temps a joué pour l’ultime opéra de Britten et la froideur critique qui l’accueillit en 1973 n’est plus de mise. Il s’agit d’un authentique chef-d’œuvre. Composé, comme les neuf autres opéras du compositeur anglais sur un excellent livret (Myfanwy Piper), on ...
Anna Netrebko brille de tous ses feux en Tatiana à l’Opéra Bastille

Anna Netrebko brille de tous ses feux en Tatiana à l’Opéra Bastille

Le retour, sur la scène de la Bastille, de la production historique d'Eugène Onéguine de Tchaïkovski, doit son succès à une distribution de grande qualité. En 2008, lorsque Gérard Mortier souhaite remonter Eugène Onéguine, il fait appel à un jeune metteur en scène encore très peu connu, Dmitri Tcherniakov, et récupère sa production récente du Théâtre Bolchoï, plutôt que de réutiliser celle de Willy Decker créée en 1995. Deux ans plus ...
dts2

Une Tote Stadt de référence à Vienne

Le Staatsoper de Vienne entérine la fascination de Die Tote Stadt en offrant au chef-d’œuvre de Korngold une partie musicale digne de l'âge d'or (Vogt/Nylund/Mikko Franck) et l'intelligence esthétique de Willy Decker. Grand soir. C'est dorénavant indéniable : plus on voit Die Tote Stadt et plus on l'aime. Les réticences initiales ("du sous-Strauss, de la musique de film, de la musique hollywoodienne…") des années où parut le coffret Leinsdorf chez RCA tombent ...
beczala_antonacci-werther-liceu-c2ae-a-bofill

Piotr Beczala, extraordinaire Werther au Liceu

« Ets el millor tenor del món ! » (« Tu es le meilleur ténor du monde ! ») crie un spectateur en catalan à Piotr Beczala après son interprétation du célèbre air « Pourquoi me réveiller ? » Alors que la mise en scène de Willy Decker tourne un peu partout dans le monde depuis près de vingt ans, l’événement autour de ce spectacle était le retour de Werther au Liceu après presque vingt-cinq ans d’absence (la dernière ...
Boris-Grappe2

De Don Giovanni à Wozzeck : Boris Grappe, baryton européen

Après des études à Vienne et cinq années de troupe au Nationaltheater de Mannheim, le jeune baryton français Boris Grappe revient en France pour s’emparer du rôle de Wozzeck dans une nouvelle mise en scène de Sandrine Anglade. Représentations les 6, 8 et 10 mai 2015 à l’Auditorium de Dijon. "Il faut toujours une première fois." ResMusica : Du plus loin qu’il vous souvienne, à quand remonte votre envie de chanter ? Boris Grappe : Dès ...
clemenza2

Stéphanie d’Oustrac illumine Garnier dans La Clemenza

Cette production de La Clémence de Titus avait déjà été présentée à l'Opéra National de Paris en 1997 : on retrouvait ainsi le metteur en scène Willy Decker et John Macfarlane pour les décors et costumes. Pas de grande surprise donc, pour cette reprise qui réunissait une distribution étonnamment variée. Épurée de ses enjeux politiques dans la version de Mazzolà, l'histoire se veut intemporelle et c'est précisément l'impression qui nous est ...
hollandais-turin

A Turin, un Hollandais de haut vol

Avec cette reprise de la production de l’Opéra Bastille 2010, le Teatro Regio réussit un « Hollandais » de haut vol. Haut vol musical avec un prise en main de la partition en lui insufflant une énergie et une intensité interprétative formidables. Survolté, Gianandrea Noseda entraîne un orchestre du Teatro Regio en pleine forme dans un déferlant feu d’artifice aux couleurs et aux rythmes chargés d’une puissance peu commune. Dès les premières ...
Laura Aikin (Lulu) © Ian Patrick / Opéra national de Paris

Lulu revient dans l’arène de Bastille

Lulu est la dernière œuvre laissée inachevée d'Alban Berg ; dans le sillage de Wozzeck mais en appelant cette fois à « l'expressivité dodécaphonique », le compositeur autrichien s'empare de la « tragédie-monstre » de Wedekind pour son second opéra dans lequel il déploie des moyens sonores d'une luxuriance encore jamais atteinte. Composé entre 1928 et 1935, l'ouvrage est délaissé/abandonné en cours d'achèvement, le temps de composer le Concerto à la Mémoire d'un Ange écrit ...
Moses und Aron en direct de la Ruhrtiennale

Moses und Aron en direct de la Ruhrtiennale : un choc!

Un choc ! Les versions de Moses und Aron, que ce soit au disque, au DVD ou même en production scénique ne sont pas légions. Mais sur le peu de références existantes, aucune ne démérite. Et cette nouvelle mouture chez EuroArts ne dément pas cette constance. On connaît la Ruhrtriennale pour se spartis pris artistiques audacieux. Point de scène lyrique traditionnelle, mais la Jahrhunderthalle, ancienne friche industrielle reconvertie en immense salle culturelle. ...
Die Soldaten de Zimmermann à Amsterdam

Die Soldaten de Zimmermann à Amsterdam

De Nederlandse Opera L’opéra d’Amsterdam a osé monter Die Soldaten de Bernd Alois Zimmermann! L’exploit est de taille car l’œuvre, tout comme le Saint-François d’Assise de Messiaen, occupe une place dans l’histoire de la musique contemporaine, mais reste une gageure à produire et donc une rareté au répertoire des scènes lyriques ! 16 chanteurs, 10 acteurs et un orchestre de 100 musiciens sont nécessaires pour affronter ce monument, sans oublier des artistes ...
Zimmermann l’utopiste

Festival Musica : Bernd Alois Zimmermann l’utopiste

Les 8 et 9 octobre derniers, Musica s’associait à l’Université de Strasbourg pour le premier colloque international organisé en France sur le compositeur allemand Bernd Alois Zimmermann (1918-1970) : initiées et coordonnées par Pierre Michel - musicologue strasbourgeois auteur d’un ouvrage de fond sur Ligeti - ces deux journées passionnantes dans les locaux de la faculté se poursuivaient en soirée dans les lieux de Musica pour y découvrir une musique quasiment ...
Des incarnations de haut niveau

Incarnations de haut niveau pour le Vaisseau Fantôme à Bastille

Der Fliegende Holländer Cette soirée consacrée au Vaisseau fantôme, 137ième représentation de l’œuvre à l’Opéra de Paris et 24ième dans cette mise en scène signée Willy Decker (régisseur du Eugène Onégine également à Bastille) n’était donc pas une nouveauté mais la reprise d’un spectacle créé en 2000 avec une autre distribution. Et c’est justement celle-ci qui faisait l’attrait principal de cette reprise avec des artistes de haut niveau international. Mais commençons par ...
Le passé, toujours le passé, …

Onéguine à Bastille, le passé, toujours le passé, …

Les trois premières productions (toutes des reprises) de cette saison de l’Opéra National de Paris provoquent toutes le même questionnement : quelle est la ligne artistique voulue par Nicolas Joel ? Nous savions tous par avance que la nouvelle mandature serait celle d’un retour à une forte tradition lyrique. Mais devrions-nous nous accommoder dorénavant de cette vision non plus traditionnelle mais carrément passéiste ? Avec cette reprise d’un Eugène Onéguine conçu pendant les années Gall, ...
Le chef d’œuvre de Britten par David Alden

Peter Grimes, le chef d’œuvre de Britten par David Alden

En clôture de cette saison placée sous la thématique du «contre-courant», l’Opéra des Flandres nous a proposé une nouvelle production de Peter Grimes, en collaboration avec l’English National Opera et l’Opera d’Oviedo. Alors que le public belge a encore en mémoire le splendide travail du metteur en scène Willy Decker présenté sur la scène de la Monnaie en 2004, nous avions hâte de découvrir l’orientation du travail de David Alden. ...
Symbolisme, quand tu nous tiens

Die Tote Stadt de Korngold : Symbolisme, quand tu nous tiens

Roman considéré comme fondateur du mouvement symboliste, Bruges la morte de l’écrivain belge d’expression francophone Georges Rodenbach a connu une fortune diverse, devenue Le Mirage dans son adaptation théâtrale (par Rodenbach lui-même) puis La Ville morte en 1920, mis en musique par le tout jeune Erich Wolfgang Korngold. Et cette musique, qui combine une facilité mélodique digne de Puccini aux déchaînements orchestraux de Richard Strauss, ne pouvait que mieux convenir ...
Austère Tristan et Iseut

Le Vin Herbé de Frank Martin, austère Tristan et Iseut

Quand enfin s’ouvre le rideau et que l’œil s’habitue à la pénombre qui s’efface peu à peu, on découvre un espace scénique placé au centre de la salle avec les gradins disposés face à face les uns des autres. Dans une fosse peu profonde, l’orchestre autour duquel sont disposés les chanteurs. C’est depuis cette arène que les chanteurs graviront un tréteau en forme d’anneau pour jouer les scènes de cet ...
Enfin Korngold vint...!

Enfin Korngold vint…!

Die Tote Stadt L’attrait de cette Ville Morte est multiple. Il tient d’abord au fait que le San Francisco Opera ose enfin (finalmente, Tosca !) présenter, 88 ans après une création simultanée à Cologne et Hambourg, le 4 décembre 1920, l’œuvre quelque peu tonitruante mais emblématique d’Erich Wolfgang Korngold. Il était temps ! Car Die Tote Stadt agrippe son auditeur dès les premiers instants... le fascine et le captive jusqu’à la dernière mesure. L’attrait ...
Bouleversant Miljenko Turk

Bouleversant Miljenko Turk dans Billy Budd

Cela pouvait paraître osé. Alors que les grandes maisons, pour distribuer Billy Budd, se disputent les Keenlyside, Gunn et autres Skovhus, l’Opéra de Cologne mise sur un jeune membre de sa troupe, à peine âgé d’une trentaine d’années. Certes, Miljenko Turk fait partie des talents les plus prometteurs, certes son physique de grand garçon le prédispose quasiment au rôle du jeune marin. Mais vocalement, serait-il à la hauteur d’un emploi ...
Mimì prend les choses en main

Mimì prend les choses en main

La Bohème Après une saison entière d’abstinence, l’Opéra de Cologne a enfin reprogrammé une œuvre de Puccini. Non pas une nouvelle production, mais la reprise d’une mise en scène signée Willy Decker et datant de 1997. Contrairement à ses habitudes, Decker n’a pas choisi une approche épurée et stylisée, mais a conçu un spectacle plutôt réaliste et donc en phase avec les intentions de Murger et Puccini. Malheureusement, ce que l’on ...
La Monnaie de Bernard Foccroulle

La Monnaie de Bernard Foccroulle

C’est de tradition, un directeur d’opéra qui termine son mandat se voit célébrer par un ouvrage. Gérard Mortier, le prédécesseur de Bernard Foccroulle au Théâtre Royal de La Monnaie de Bruxelles, avait eu son peu modeste La Monnaie de Gérard Mortier. Son successeur n’étant pas adepte du culte de la personnalité, il se retranche derrière un humble : La Monnaie, les coulisses de l’Opéra. Le programme de ce livre est de retracer ...
Don Juan à l’hôtel

Don Juan à l’hôtel

Klangbogen Vienne Vienne célèbre Mozart en cette année des 250 ans de sa naissance et le moins que l’on puisse dire c’est que le visiteur frise l’overdose ! Un parcours auditif «Calling Mozart» proposant au touriste de se familiariser rapidement avec Mozart à Vienne a été installé à travers la ville, un immonde «centre d’information Mozart» jouxte le Staatsoper, alors qu’une navrante exposition de l’Albertina ne dépasse pas le stade de la ...
Boris Godounov et Willy Decker : Slava Tsar Boris Fyoderevitch

Boris Godounov et Willy Decker : Slava Tsar Boris Fyoderevitch

En provenance directe du Nederlandse Opera d’Amsterdam qui en est le producteur, ce Boris Godounov, présenté dans sa première version originale (donc sans l’acte polonais, et sans rôle féminin important, mais avec la scène de Saint-Basile), se veut « conceptuel ». La mise en scène de Willy Decker plonge cet épisode sombre de l’histoire de la Russie des tsars dans un mélange de d’Union Soviétique des années 30 (lors de la prise ...
Traviata,  rien que pour les oreilles et les yeux …

La Traviata par Netrebko, Villazon, Hampson, un régal !

En ces temps de discours soporifiques et consternants qui assimilent l’opéra à un genre du passé qu’il serait indispensable d’éclairer de similis certitudes contemporaines, ce DVD est un véritable régal ! En effet, il propose tout ce qu’on avoue aimer à l’opéra : du luxe et de la classe. On retrouve pour notre plus grand plaisir : deux stars du chant, un grand chef d’orchestre et une belle mise en scène, contemporaine ...
Così de choc et de charme

Così de choc et de charme vu par Willy Decker

Le château de Drottningholm, près de Stockholm, et son théâtre rococo sont le cadre d’un festival annuel d’été depuis 1953. Entre 1979 et 1991, le théâtre a été dirigé par Arnold Östman, dont on a retenu en particulier le répertoire mozartien. Il est l’un des premiers chefs à avoir fait jouer Mozart sur instruments anciens, d’où une acoustique toute particulière où l’on entend plus les détails de chaque instrument, à ...
Cent ans de Salomé : la suite…

Cent ans de Salomé : la suite…

Après Cologne, c’est le Vlaamse opera d’Anvers et Gand qui célèbre le centenaire de la création du chef d’œuvre straussien. L’institution flamande accueille à nouveau ce spectacle crée en 2001 et coproduit avec le Staatsoper de Hambourg et le Nationale Reisopera. La mise en scène est l’œuvre de l’Allemand Willy Decker. Ce scénographe, à force de courir les grandes scènes et les grands festivals s’est taillé une réputation « alla Carsen » : ...
(c) Ursula Kaufmann

Le destin d’Otello au Grand Théâtre de Genève, avec force !

[caption id="attachment_48422" align="alignright" width="362" caption="(c) Ursula Kaufmann"][/caption] Pour son début de saison, Genève offre un ouvrage emblématique de Verdi. Une production du Théâtre de la Monnaie d’Otello signée Willy Decker retentit en effet ces jours dans les mûrs de l’institution lyrique du bout du lac. Créée le 5 février 1887, l’œuvre marquera les retrouvailles de Boito et du compositeur, alors septuagénaire, et s’imposera immédiatement comme l’un des chefs d’œuvre de l’Italien. Synthétique, ...
giovanni_dresde

Balade au cœur de l’Allemagne romantique

Don Giovanni Rien de tel qu’une balade en Saxe et en Thuringe, cœur de l’Allemagne romantique, pour aller sur les traces de tous les compositeurs, écrivains, poètes, qui ont marqué les siècles d’or de la culture germanique. Si Leipzig n’est pas la ville natale de J.S Bach, il y fut Cantor de 1723 à 1750 à la Thomas Kirche où sa tombe a été transportée en 1950, où un chœur d’enfants ...
Don Carlo, antihéros

Don Carlo, antihéros

Don Carlo Ces représentations de Don Carlo de Verdi par l’Opéra néerlandais au Muziektheater d’Amsterdam marquent la fin de la collaboration du chef italien Riccardo Chailly avec l’Orchestre Royal du Concertgebouw dont il était le chef depuis 1988. Dans une mise en scène assez austère de Willy Decker, c’était les débuts dans le rôle-titre du ténor mexicain Rolando Villazón. Quatrième opéra de Giuseppe Verdi d’après Schiller, Don Carlo est le type même ...
Possession

« La Dame de Pique » à l’Opéra National de Montpellier

« Ou je me trompe terriblement, et sans aucune excuse, ou la Dame de Pique est réellement mon chef d’œuvre » affirme à juste titre Tchaïkovsky. Il faut en louer la science consommée de l’instrumentation, l’intrigue philosophico-fantastique, l’onirisme sulfureux mû par une dramaturgie prenante. Un univers suffocant proche parfois du Tour d’Écrou de Britten. La partition, la plus élaborée du musicien, n’a rien à partager avec le statisme d’Eugène Onéguine — musique ...

Lulu spectaculaire avec Marisol Montalvo

Il s’agit de la deuxième reprise de la spectaculaire production du chef d’œuvre d’Alban Berg. Celle-ci permet de découvrir une formidable nouvelle Lulu, l’Américaine Marisol Montalvo, et aussi de réentendre des chanteurs aguerris : Anja Silja et Franz Mazura. Cette Lulu de Willy Decker (1998) succède à celle, mythique, de Patrice Chéreau en 1979 au Palais Garnier sous la direction de Pierre Boulez — création mondiale du troisième acte de l’opéra terminé ...