Carmen-banniere-728x90

Le saxophone et le bel aujourd’hui

Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Paris, Studio de l’Ermitage. 01-II-2011. Franco Donatoni (1927-2000) : Ala pour violoncelle et contrebasse ; Martin Matalon (né en 1961) : Prélude and blue pour saxophone, percussion et contrebasse ; Mauro Lanza (né en 1975) : L’Allegro Chirurgo pour saxophone ténor ; Sebastian Rivas (né en 1975) : Hollow (in memoriam C. B. ) (CM) pour clarinette, violoncelle et contrebasse ; Andrea Cera (né en 1969) : Deliverance pour saxophone et support électroacoustique. Ensemble Court-Circuit : Vincent David, saxophone ; Alexis Descharmes, violoncelle ; Pierre Dutrieu, clarinette ; Ensemble Multilatérale : Hélène Colombotti, percussions ; Nicolas Crosse, contrebasse

Le

Ecouter la musique contemporaine dans une ambiance de cabaret, tel est le concept que veut développer l’entreprenant Laurent Jacquier pour ses concerts du  ; et s’il n’est pas interdit de boire en écoutant, c’est autour d’un verre que débutent et s’achèvent les soirées ; un rituel des plus sympathiques dans un lieu qui ne l’est pas moins ; l’espace à géométrie variable qu’est le Studio de l’Ermitage avec sa galerie à l’étage permet aux interprètes d’imaginer différentes situations de jeu à proximité d’un public dont ils peuvent capter tant l’écoute que le regard.

La soirée mobilisait les forces vives des ensembles Court-Circuit et Multilatérale, deux collectifs parmi les plus actifs dans l’univers de la musique d’aujourd’hui que dirigent respectivement les compositeurs et .

Le concert débutait au centre du plateau par un duo atypique autant que réactif du violoncelle et de la contrebasse – exceptionnels et Nicolas Crosse – superbement mis en valeur dans Ala (1983) de . Avec sa verve singulière et inspirée, le compositeur italien instaure entre les deux instruments un jeu de « l’ombre double » dont la virtuosité et l’envergure toujours théâtrale nourrissent la dramatisation du geste. Les deux interprètes avaient d’ailleurs fait disparaître pupitre et partition – au profit de l’écran de l’ordinateur piloté au pied par une pédale – pour vivre pleinement la situation.

Si flirte avec le jazz dans son trio Prélude and blue en choisissant un dispositif ad hoc (saxophone, contrebasse et percussions), l’écriture rien moins qu’improvisée qu’il élabore focalise l’écoute sur l’énergie du timbre – le vibraphone perlé d’Hélène Colombotti – dans le Prélude et l’éventail des couleurs dans blue : intervention musclée de la contrebasse, slaps, sons blancs ou saturés du saxophone, güiro, gong thaï, crotales s’imbriquent dans une conduite rythmique économe autant qu’inventive qui transcende son modèle.

Autre héros de la soirée, Vincent David avec son sax ténor était posté en hauteur pour jouer L’Allegro Chirurgo du vénitien  ; le titre de l’œuvre fait référence au Festin nu de William Burroughs auquel l’œuvre emprunte sans doute sa sinuosité étrange et déjantée. Déployant toute sa force physique, Vincent David y projette une énergie spectaculaire dans un processus d’amplification sonore menée jusqu’à la déchirure.

L’univers qui préside à Hollow (in memoriam C. B. ) de est tout autre. Ce trio pour clarinette, violoncelle et contrebasse – commande du Cabaret contemporain et du Fonds d’Action Sacem donnée ce soir en création – délimite une sphère sonore très intimiste (hommage funèbre à ) ; le jeu des interprètes toujours à la frange du son (distordu, saturé ou effacé) confère à la musique une texture fragile et insaisissable générant une tension de l’écoute presque suffocante.

Ce programme sans interruption s’achevait avec Deliverance, une pièce de l’italien pour saxophone soprano – infatigable Vincent David – et support électroacoustique ; le charme un rien vieillot de cette « ballade » portée par la sonorité nasale de l’instrument refermait cette trajectoire sonore astucieusement conçue par son maître d’œuvre Laurent Jacquier qui nous donne rendez-vous le 19 février à la patinoire Pailleron pour de nouvelles aventures sonores.

Crédit photographique : saxophone ténor © Yamaha Inc.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.