Danse , La Scène, Spectacles Danse

Anticodes : Performances américaines

Plus de détails

Paris. Théâtre national de Chaillot. 10/III/11. Festival Anticodes 2011.
Jason Akira Somma : Frances Wessels, A portrait of 92 years. Chorégraphie et vidéos : Jason Akira Somma. Musique live : Christopher Lancaster. Avec Frances Wessels.

Cynthia Hopkins : The Truth : A Tragedy. Ecrit, composé et interprété par Cynthia Hopkins. Mise en scène : DJ Mendel. Conception, lumières et vidéos : Jeff Sugg. Chorégraphie : Faye Driscoll. Réalisation du cabinet de curiosités : Tom Fruin

Venues des Etats-Unis, deux performeuses parlent chacune à leur façon du corps vieillissant et de la puissance de la danse : Frances Wessels et .

C’est à une émouvante rencontre avec la chorégraphe et danseuse Frances Wessels, 92 ans, que nous convie , jeune danseur et chorégraphe new-yorkais. Vétérante de la modern dance, qu’elle découvrit auprès d’Hanya Holm, cette mamie danseuse a encore beaucoup de ressources ! Sur scène, elle irradie de sa présence un solo sous forme de portrait, entrecoupé de témoignages audio.

Ses pieds, ses mains sont d’abord filmées en vidéo, dont les images tremblantes sont retransmises sur grand écran. Puis son corps bouge en entier, assis sur une chaise, et enfin debout, totalement offert, disponible et encore étonnamment mobile et expressif. Quand le jeune homme la rejoint sur scène, transformant le solo en duo, Frances Wessels se comporte en véritable partenaire. Le trentenaire la porte avec sollicitude et tendresse, mais comme il le ferait d’une amoureuse et pas d’une arrière-grand-mère. Sans aucun voyeurisme, on assiste à un grand moment de douceur avec cette personnalité de l’histoire de la danse américaine.

Autre génération avec , compositeur, musicienne et danseuse, qui se produit pour la première fois en France à l’occasion du festival Anticodes. Cette performeuse au visage de poupée japonaise et à la personnalité hors norme consacre ce « one woman show » baptisé The Truth : A Tragedy à son père, atteint de la maladie de Parkinson. Dans un décor composite, affublée des attributs de son père (jupe de cravates, nœuds papillons, gilet à carreaux) elle dit, chante et danse son indignation devant la déchéance physique mais aussi l’amour de son géniteur.

Comment parler de l’acharnement thérapeutique, de la folie que l’on ne peut admettre, a fortiori quand elle se saisit de son propre père ? En composant la comédie musicale dont son père avait rêvé, sans pudeur et avec tendresse. Elle incarne tour à tour différents personnages : le chirurgien, l’animatrice de la maison de retraite, une ex-maîtresse de son père… dans une parodie de documentaire. « Baby face » au visage mobile, au sourire optimiste, elle joue et danse une gigue pleine de surprises, intime et grave, soutenue par son talent de chanteuse exubérante et vivante.

(Visited 54 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris. Théâtre national de Chaillot. 10/III/11. Festival Anticodes 2011.
Jason Akira Somma : Frances Wessels, A portrait of 92 years. Chorégraphie et vidéos : Jason Akira Somma. Musique live : Christopher Lancaster. Avec Frances Wessels.

Cynthia Hopkins : The Truth : A Tragedy. Ecrit, composé et interprété par Cynthia Hopkins. Mise en scène : DJ Mendel. Conception, lumières et vidéos : Jeff Sugg. Chorégraphie : Faye Driscoll. Réalisation du cabinet de curiosités : Tom Fruin

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.