La Scène, Opéra, Opéras

Semi-Nabucco au Cirque royal de Bruxelles

Plus de détails

Bruxelles. 26-IV-2011. Cirque Royal. Giuseppe Verdi (1813-1901) : Nabucco, drame lyrique en quatre actes. Carlo Guelfi, Nabucco ; Zoran Todorovich, Ismaele ; Carlo Colombara, Zaccaria ; Marianne Cornetti, Abigaille ; Catherine Keen, Fenena ; Kurt Gysen, Il Gran Sacerdote ; Xavier Rouillon, Abdallo ; Olga Kindler, Anna. Chœur du théâtre royal de La Monnaie, direction : Martino Faggiani ; Orchestre du théâtre royal de La Monnaie, direction : Jullian Reynolds

Unique rescapé d’un dytique sur l’Intolérance Verdi/Nono, mis à mal par le décès prématuré du metteur en scène allemand en charge du projet Nono, ce Nabucco en version de concert, se retrouve seul, esseulé, dans le gigantesque Cirque royal de Bruxelles, aussi délicat par son acoustique, que surchauffé par les des températures déjà estivales !

Dans ce contexte, il faut saluer la prestation de l’orchestre dirigé avec une rare compétence par dont l’OPA sur le répertoire bel-canto à La Monnaie nous avait rarement paru très convaincante. Le chef évite le piège du barnum lourd et monotone qu’est souvent cet opéra. Sa direction sert la fluidité de l’action et allège une orchestration qui ne demande qu’à exploser bruyamment dans une salle ou l’orchestre occupé l’arène centrale. Ainsi, les détails de la partition brillent, interprétés par un orchestre, qui a toujours été très à son aise dans le répertoire italien du bel-canto et des premiers opéras de Verdi. Certes, on peut toujours trouver que cette direction manque de souffle dramatique, mais cultiver le théâtre risquait surtout de faire exploser les décibels et d’écraser les voix dans une salle qui sur-valorise l’impact de l’orchestre. La musique de scène, très sollicitée en coulisse, est à la hauteur de sa tâche. Plutôt en petite forme ces derniers temps, le chœur de La Monnaie, galvanisé par l’enjeu d’un opéra qui lui accorde un rôle central. C’est le résultat du travail attentif de .

La distribution était le maillon faible de cette performance, certes rien d’indigne, mais des prestations plutôt linéaires et trop souvent usées. Vétéran des rôles verdiens, , n’a pour lui que sa maîtrise stylistique du rôle à défaut d’être vocalement étincelant. Son timbre désormais fort terne n’en fait pas un Nabucco mémorable. Titulaire du très délicat rôle d’Abagaille, présente une voix bien fatiguée, délicate aux notes extrêmes et banale. La chanteuse parvient, de manière très professionnelle, à jongler entre les grosses difficultés pour faire bonne figure, mais la prestation est peu convaincante. Même, , souvent distribué à La Monnaie et souvent très pertinent, semble en roue libre et apparaît en dessous de ses moyens. Avec l’âge et même si la voix commence à être un peu grisonnante, Zoran Todorovitch présente un timbre séduisant et personnel qui s’additionne avec une parfaite maîtrise du style. Les comparses sont convenablement distribués mais sans éclats.

Crédit photographique : © DR

Plus de détails

Bruxelles. 26-IV-2011. Cirque Royal. Giuseppe Verdi (1813-1901) : Nabucco, drame lyrique en quatre actes. Carlo Guelfi, Nabucco ; Zoran Todorovich, Ismaele ; Carlo Colombara, Zaccaria ; Marianne Cornetti, Abigaille ; Catherine Keen, Fenena ; Kurt Gysen, Il Gran Sacerdote ; Xavier Rouillon, Abdallo ; Olga Kindler, Anna. Chœur du théâtre royal de La Monnaie, direction : Martino Faggiani ; Orchestre du théâtre royal de La Monnaie, direction : Jullian Reynolds

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.