La Scène, Opéra, Opéras

Ulysse poétique et profond

Plus de détails

Paris. 22.VI.2011. Cité de la Musique. Claudio Monteverdi (1567-1643) : Il Ritorno d’Ulisse in patria [Le Retour d’Ulysse dans sa patrie], « Dramma in musica » en un prologue et trois actes sur un livret de Giacomo Badoaro. Mise en scène : Chiara H. Savoia ; lumières : Daniel Tummolillo. Avec : Martina Belli, La Fragilité Humaine/Mélantho; Salvo Vitale, Le Temps/Neptune ; Valentina Coladonato, La Fortune/Junon ; Giulia Peri, L’Amour ; Mauro Borgioni, Jupiter ; Giorgia Milanesi, Minerve ; Mirko Guadagnini, Ulysse ; Oksana Lazareva, Pénélope ; Makoto Sakurada, Télémaque ; Marco Bussi, Antinoüs ; Alessio Tosi, Pisandre ; Alberto Allegrezza, Amphinome ; Paolo Antognetti, Eumée ; Luca Dordolo, Irus ; Gabriella Martellacci, Euryclée. Ensemble La Venexiana, direction : Claudio Cavina.

Pour l’avant-dernier volet de la 5ème biennale d’art vocal, offre une version subtile et élégante du Retour d’Ulysse dans sa patrie. L’hommage rendu ici à l’une des plus remarquables œuvres lyriques de Monteverdi est à la fois poétique et profond. Le décor est sobre, seul deux rideaux et un jeu subtil des lumières habillent la scène. L’effectif instrumental relativement réduit -13 musiciens-, au jeu à la fois discret mais nuancé, respire et vibre avec beaucoup de naturel, épousant avec souplesse chaque mot, chaque affect. Sous la main de , on ne cesse d’apprécier la beauté du livret de , assez fidèle au texte de l’Odysée d’Homère.

Cet effectif réduit pouvait surprendre et laisser appréhender une certaine austérité. Mais il n’en est rien, car la grande qualité de la distribution a magnifié d’autant le dramma in musica. , est tout simplement fabuleux tant par sa présence scénique que par sa prestation vocale –qu’on nous avait pourtant annoncée défaillante-, incarnant un Ulysse tout aussi puissant qu’humain. Très belle prestation également d’, en Pénélope résignée, au timbre de contrealto puissant et riche. Les seconds rôles sont de qualité homogène : de beaux ensembles se sont produits avec les duos de Mélantho et Eumée (Martina Belli et Paolo Antognetti), ou encore le trio hilarant des prétendants de Pénélope (Marci Bussi, Alessio Tosi, Alberto Allegrezza) particulièrement cocasses dans la scène du concours de tir à l’arc. Une belle réussite.

Crédit photographique : © Paola Reggiani

Plus de détails

Paris. 22.VI.2011. Cité de la Musique. Claudio Monteverdi (1567-1643) : Il Ritorno d’Ulisse in patria [Le Retour d’Ulysse dans sa patrie], « Dramma in musica » en un prologue et trois actes sur un livret de Giacomo Badoaro. Mise en scène : Chiara H. Savoia ; lumières : Daniel Tummolillo. Avec : Martina Belli, La Fragilité Humaine/Mélantho; Salvo Vitale, Le Temps/Neptune ; Valentina Coladonato, La Fortune/Junon ; Giulia Peri, L’Amour ; Mauro Borgioni, Jupiter ; Giorgia Milanesi, Minerve ; Mirko Guadagnini, Ulysse ; Oksana Lazareva, Pénélope ; Makoto Sakurada, Télémaque ; Marco Bussi, Antinoüs ; Alessio Tosi, Pisandre ; Alberto Allegrezza, Amphinome ; Paolo Antognetti, Eumée ; Luca Dordolo, Irus ; Gabriella Martellacci, Euryclée. Ensemble La Venexiana, direction : Claudio Cavina.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.