Festivals, La Scène, Musique d'ensemble

Oresteïa de Xenakis, tragédie grecque à Montpellier

Plus de détails

Montpellier, Corum. 18-VII-2011. Iannis Xenakis (1922-2001) : Oresteïa, musique de scène pour la tragédie d’Eschyle. Mise en espace : Spyros Sakkas. Lumières : Andreas Bellis. Avec : Spyros Sakkas, baryton ; Miquel Bernat, percussions ; Katerina Sakka, Electre ; Guillaume Pires Parada, Oreste. Choeur de l’université de Miman Sinar (chef de choeur : Ehran Torlular) ; Choeur de la Radio-Télévision hellénique ; Opéra-Junior (chef de choeur : Vincent Recollin). Orchestre philharmonique Borusan d’Istanbul. Direction : Gürer Aykal

Placée sous un triple hommage (René Koering pour ses 25 ans de festival, Georges Frêche pour son action en politique culturelle et , décédé il y a 10 ans), cette production de l’Oresteïa par le Centre d’art vocal d’Athènes réunissait les forces musicales des soeurs ennemies du bassin méditerranéen oriental, la Grèce et la Turquie.

Il est stupéfiant de constater à quel point Oresteïa, partition vieille de 45 ans (moyennant quelques retouches dans les années 80 pour sa création intégrale) a gardé sa force  émotionnelle intacte, alors que tant d’autres oeuvres contemporaines n’ont pu supporter le poids des ans. Toutefois Oresteïa reste une musique de scène, difficilement viable en son intégralité sans support visuel. La première partie, Agamemnon, désespérément statique et musicalement la plus complexe, peine à décoller. accuse, surtout dans tous les passages en falsetto, le poids des ans. Spécialiste incontesté de cette oeuvre, la voix ne suit plus malgré le soutient percussif de .

L’action peu à peu emporte l’adhésion d’un public venu en masse – l’immense Corum affichait complet – avec l’intervention trop courte de deux danseurs figurant Electre et Oreste. La spatialisation sonore – le choeur masculin entourant le public à l’orchestre en maniant divers sifflets et percussions – aide aussi à entrer au coeur de la tragédie et d’un rite sauvage et paganiste. En revanche , figurant Athéna devant l’aréopage dans Les Euménides, est inaudible.

Bien qu’un sous-titrage aurait été le bienvenu (d’autant que la prononciation académique française du grec ancien n’est pas celle utilisée à Athènes), Oresteïa, malgré la vaillance de ses interprètes – excellents choeurs et direction précise de – souffre de l’enfermement dans le Corum. Xenakis a écrit indubitablement sa partition pour une exécution en plein air, pour un espace sonore ouvert et non confiné. Mais Oresteïa est si rarement donné que ces quelques défauts n’ont en rien entamé le plaisir du public.

Crédit photographique : Spyros Sakkas (c) Luc Jennepin

(Visited 244 times, 1 visits today)

Plus de détails

Montpellier, Corum. 18-VII-2011. Iannis Xenakis (1922-2001) : Oresteïa, musique de scène pour la tragédie d’Eschyle. Mise en espace : Spyros Sakkas. Lumières : Andreas Bellis. Avec : Spyros Sakkas, baryton ; Miquel Bernat, percussions ; Katerina Sakka, Electre ; Guillaume Pires Parada, Oreste. Choeur de l’université de Miman Sinar (chef de choeur : Ehran Torlular) ; Choeur de la Radio-Télévision hellénique ; Opéra-Junior (chef de choeur : Vincent Recollin). Orchestre philharmonique Borusan d’Istanbul. Direction : Gürer Aykal

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.