Pour la Lucia de Dessay

À emporter, CD, Opéra

Gaetano Donizetti (1797-1848) : Lucia di Lammermoor, opéra en trois actes sur un livret de Salvatore Cammarano, d’après le roman The Bride of Lammermoor de Walter Scott. Avec : Vladislav Sulimsky, Enrico ; Natalie Dessay, Lucia ; Piotr Beczala, Edgardo ; Dmitry Voropaev, Arturo ; Ilya Bannik, Raimondo ; Zhanna Dombrovskaya, Alisa ; Sergei Skorokhodov, Normanno. Choeurs et Orchestre du Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, direction : Valery Gergiev. 2 CD. Mariinsky 2SACD MAR0512. Code-barre : 822231 851226. Enregistré en septembre 2010 dans la salle de concert du Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg. Notice de présentation quadrilingue (russe, anglais, français et allemand). Durée : 63’55’’ et 67’10’’.

 

Après Parsifal, Le Nez de Chostakovitch, Oedipus Rex et Les Noces de Stravinksy, sans oublier le plus rare Vagabond enchanté de Rodion Chtchredrin, Lucia di Lammermoor est le cinquième coffret lyrique proposé par le label Mariinsky. Le choix de cet ouvrage pourra paraître quelque peu surprenant, le répertoire belcantiste italien n’étant pas a priori celui que l’on associe le plus spontanément avec les caractéristiques nationales de l’école de chant russe. Et de fait, l’italien du chœur du Théâtre Mariinsky est loin d’être idiomatique, et surtout les solistes de la maison font preuve de la plupart des défauts que l’on pouvait redouter dans ce type de répertoire : émission engorgée, absence de legato, chant axé sur la force de la voix plutôt que sur la souplesse et la beauté de la ligne. Même le Polonais Piotr Beczala, doté d’un des plus beaux ténors lyriques de sa génération et habituellement plutôt musicien, semble vouloir ici rivaliser de puissance avec l’ensemble de ses collègues masculins. On n’en appréciera pas moins sa prestance et sa vaillance, même si le personnage aurait sans doute mérité un traitement un peu moins héroïque…

Dans un tel contexte, la Lucia de Natalie Dessay, toute de délicatesse, de retenue et de fragilité, fait évidemment figure d’étrangère, voire de paria. Car c’est bien la cantatrice française qui constitue le réel intérêt de cet enregistrement assez déroutant, tant sa voix, aujourd’hui brisée et désunie, s’élève, tel le chant d’un oiseau blessé, vers des sommets d’émotion et de sensibilité. Si l’organe, qui n’a conservé de brillant que son registre suraigu, ferait plutôt penser à celui de Beverly Sills dans ses dernières années de carrière – assurément les plus belles… –, c’est bien de Maria Callas que Dessay tient cette capacité à utiliser les faiblesses de son instrument à des fins purement expressives. Ainsi, si l’on pourra regretter le manque de brillant et de tonicité de « Regnava nel silenzio », ou encore la prudence avec laquelle la cantatrice négocie la plupart des ensembles, la scène de la folie du troisième acte restera pour tous, dans son délire et ses vertiges gothiques, un véritable moment d’anthologie.

Au pupitre, Valery Gergiev n’est pas le chef que l’on attendrait dans un tel répertoire, mais sa direction alerte et tendue convient parfaitement au dramatisme effréné que sait y insuffler son extraordinaire protagoniste.

Pour cette rencontre explosive, on ne saurait que trop recommander l’acquisition de cet étonnant coffret lequel, malgré ses nombreux défauts, parvient à proposer une décapante relecture du drame ourdi par Walter Scott.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.