La Scène, Opéra, Opéras

Le diable fait escale à Lille

Plus de détails

Lille. 8-X-2011. Igor Stravinsky (1882-1971): The Rake’s Progress, opéra en trois actes sur un livret de Wystan Hugh Auden et Chester Kallman. Mise en scène: David Lescot, assisté de Sophie-Aude Picon. Scénographie: Alwyne de Dardel. Costumes: Sylvette Dequest. Lumières: Joël Hourbeigt. Avec: Alan Ewig, Trulove; Christiane Karg, Anne Trulove; Alek Shrader, Tom Rakewell; Christopher Purves, Nick Shadow; Frances McCafferty, Mother Goose; Anne Mason, Baba-la-Turque; Alasdair Elliorr, Sellem; Jean-Michel Ankaoua, le Gardien. Choeur de l’opéra de Lille, direction: Yves Parmentier. Chef de chant: Emmanuel Olivier. Orchestre de Picardie, direction: Arie van Beek.

Faust à Paris, The Rake’s Progress à Nancy et à Lille: le diable a du pain sur la planche en cette rentrée. Avec une nouvelle production servie par un casting d’enfer, l’Opéra de Lille continue à nous surprendre en offrant le meilleur.

C’est au tournant du siècle, dans le Londres des premières industries et des phénomènes de foires, que David Lescot, le metteur en scène, campe l’histoire de Tom Rakewell ou « la carrière d’un libertin ». Celle d’un jeune paysan qui se laisse débaucher par un inconnu: un mystérieux vallet qui lui apprend un soudain héritage. Il choisit alors l’argent à l’amour et abandonne sa fiancée, Anne Trulove, à la campagne.

A Londres c’est la dégringolade: luxure, perte de valeurs, solitude, torture intérieure,… Il finit par épouser un phénomène de foire, la femme à barbe. De l’argent ou de l’amour, lequel de ces deux placements est le plus sûr, se demande la fable.

Parce que Tom Rakewell n’a pas perdu toute pureté, son âme est dévastée. Il finira dans un asile. Le ténor (ancien Adler Fellow), excellent acteur, musicien expressif, donne à voir ces tourments avec beaucoup de justesse. Son jeu de scène frais, spontané, et sa voix légère qui ne déplairait pas à Broadway, lui donnent une contemporanéité frappante.


Son mystérieux vallet n’est autre que l’envoyé de l’Obscur: Nick Shadow, interprété par un jubilatoire .  Tantôt burlesque, tantôt diabolique, il fait crisser ses sentences infernales. Parfume ses suggestions bestiales. Un parfait diable en habit de gentleman.

Dans la ville grise, rouge- sang, à la fois cossue et squelettique, Anne Trulove arrive de la campagne pour sauver son aimé. A l’image de sa voix lumineuse et veloutée qui embrasse les grands intervalles comme le phrasé sinueux de cette musique, la soprano est une parfaite incarnation de la douceur. De la profondeur aussi. Contrairement à Baba-la-turque – la femme à barbe que Tom a épousée – Anne, de son nom, l’Amour Vrai, garde une distance pudique.

Les femmes ont ici en commun la grandeur d’âme. La soprano Anne Mason est une magnifique Baba-la-turque, monstre et femme fatale dotée d’instinct maternel. Emouvante dans sa plainte d’épouse trahie mais assez généreuse pour céder sa place.

Dans un univers musical volubile, truffé de personnages pittoresques (la mère maquerelle, le commissaire priseur…) confiés ici à des chanteurs charismatiques, cette version réussit le pari de la fraîcheur, de la limpidité, du style et de l’humour raffiné. La direction d’, un orchestre vaillant et précis, un choeur dynamique et intuitif, achèvent ce tableau et donnent à ce monde bariolé un équilibre parfait.

Crédits photographiques : Opéra de Lille/Frederic Lovino

Plus de détails

Lille. 8-X-2011. Igor Stravinsky (1882-1971): The Rake’s Progress, opéra en trois actes sur un livret de Wystan Hugh Auden et Chester Kallman. Mise en scène: David Lescot, assisté de Sophie-Aude Picon. Scénographie: Alwyne de Dardel. Costumes: Sylvette Dequest. Lumières: Joël Hourbeigt. Avec: Alan Ewig, Trulove; Christiane Karg, Anne Trulove; Alek Shrader, Tom Rakewell; Christopher Purves, Nick Shadow; Frances McCafferty, Mother Goose; Anne Mason, Baba-la-Turque; Alasdair Elliorr, Sellem; Jean-Michel Ankaoua, le Gardien. Choeur de l’opéra de Lille, direction: Yves Parmentier. Chef de chant: Emmanuel Olivier. Orchestre de Picardie, direction: Arie van Beek.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.