À emporter, CD, Opéra, Sur le Web

Reigen de Philippe Boesmans

Plus de détails

Philippe Boesmans (né en 1936) : Reigen. Deborah Raymond, Die Dirne ; Mark Curtis, Der Soldat ; Elzbieta Ardam, Das Stubenmädchen ; Roberto Saccà, Der junge Herr ; Solveig Kringelborn, Die junge Frau ; Franz-Ferdinand Nentwig, Der Gatte ; Randi Stene, Das süsses Mädchen ; Ronald Hamilton, Der Dichter ; Françoise Pollet, Die Sängerin ; Dale Duesing, Der Graf. Orchestre Symphonique de La Monnaie. 1 enregistrement Cyprès. Uniquement disponible en téléchargement

 

Les Clefs d'or

On se doute bien qu’en ces temps de mutations du marché du disque, la publication d’un opéra contemporain, créé en 1993, serait une aventure risquée pour un label. Mais, grâce au téléchargement, Cyprès, met à disposition des mélomanes l’un des piliers de la littérature lyrique des trente dernières années : Reigen de . Edité à l’origine chez Ricercar, ce coffret avait rapidement disparu des étals des disquaires. Pourtant, en matière d’opéra contemporain, Reigen, est presque un phénomène  avec 4 productions différentes à travers l’Europe ! Ce n’est que justice tant cet opus est un véritable chef d’œuvre musical et dramatique.

Venant après l’intimidante Passion de Gilles que Boesmans a renié, Reigen marquait une profonde évolution du langage du musicien. Son travail sur l’orchestration du Couronnement de Poppée de Monteverdi, donné à Bruxelles, en 1989, lui aura ouvert de nouvelles portes musicales. Si la pièce de théâtre d’Arthur Schnitzler, à la base de l’opéra, était déjà fortement narrative, le compositeur et son fidèle librettiste , en ont fait une œuvre entre « sexe et amour », en dix dialogues menés avec une efficacité dramaturgique exemplaire.

La musique, tantôt tendue, tantôt ensorceleuse, serpente à travers le déroulement de l’action qu’elle accompagne ou qu’elle commente avec une verve ironique ou descriptive. Boesmans n’en rajoute jamais, les lignes vocales sont  toujours secondées par un matériau musical économe, même pudique, qui n’est jamais une débauche de moyens, mais qui claque comme un adjectif placé, là où il faut, en parallèle des mots !

L’équipe musicale réunie pour la création était absolument idéale ! Fidèle de Boesmans, est le maître de cérémonie. Il sculpte les détails de l’orchestration alors que sa gigantesque culture musicale lui permet de toujours évoquer les grandes figures de l’opéra, mais sans jamais chercher à les pasticher. Il fait ressortir tous les aspects de la personnalité musicale de Boesmans.  Du côté des chanteurs, la distribution alors réunie par La Monnaie était excellente et engagée viscéralement dans cette musique. Ils méritent tous d’être cités : , Deborah Raymond, Mark Curtis, Elzbieta Ardam, Roberto Sacca, Solveig Kringelborn, Franz-Ferdinand Nentwig, Randi Stene, Ronlad Hamilton, et Dale Duesing.

Un livret, synthétique mais très intéressant, accompagne cette publication, pilier essentiel de l’art lyrique contemporain.

 

Plus de détails

Philippe Boesmans (né en 1936) : Reigen. Deborah Raymond, Die Dirne ; Mark Curtis, Der Soldat ; Elzbieta Ardam, Das Stubenmädchen ; Roberto Saccà, Der junge Herr ; Solveig Kringelborn, Die junge Frau ; Franz-Ferdinand Nentwig, Der Gatte ; Randi Stene, Das süsses Mädchen ; Ronald Hamilton, Der Dichter ; Françoise Pollet, Die Sängerin ; Dale Duesing, Der Graf. Orchestre Symphonique de La Monnaie. 1 enregistrement Cyprès. Uniquement disponible en téléchargement

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.