À emporter, Audio, Musique d'ensemble

Xenakis et Arne Deforce, la musique libérée

Plus de détails

Iannis Xenakis (1922-2001) : Nomos Alpha pour violoncelle seul ; Charisma pour violoncelle et clarinette ; Kottos pour violoncelle seul ; Epicycles pour violoncelle soliste et douze instruments ; Paille in the wind pour violoncelle et piano ; Hunem-Iduhey pour violon et violoncelle ; Roscobeck pour violoncelle et contrebasse ; Dhipli Zyia pour violon et violoncelle. Arne Deforce, violoncelle. Ensemble musikFabrik. CD Æon AECD 1109. Enregistré les 2 juin et 5 juillet 2010 au Concertgebow de Bruges et le 23 septembre à Cologne. Notice trilingue ( français, anglais, néerlandais). 67’56’’

 

Des premiers essais « folklorisants » autant que prometteurs – Dhipli Zyia pour violon et violoncelle de 1951 – à la dernière manière, ascétique et radicale de Roscobeck pour violoncelle et contrebasse, cette intégrale de la musique pour violoncelle de Xenakis parue sous le label Æon n consacre l’hommage rendu cette année au compositeur disparu en 2001. Un laps de dix ans – 1966-1976 – séparent les deux œuvres phares de cet album, Nomos Alpha et Kottos, des monuments pour violoncelle solo qui portent le jeu de l’instrument aux limites du possible. Dans Nomos Alpha, musique « symbolique » conçue à partir de données « hors temps », Xenakis fait naître un univers où les sons, l’énergie et le geste instrumental interagissent pour forger une matière inouïe. Avec Kottos, composé en 1976 pour le Concours Rostropovitch, la subversion du geste est à son comble, à la mesure du géant aux 100 bras et aux 50 têtes évoqué par le titre : injouable mais exécutable, précise dont l’archet, plus virtuose que rageur, s’emploie à détailler les morphologies sonores avec une précision et une fulgurance éblouissantes, puisant au cœur de la résonance du violoncelle. De la même période féconde, Charisma pour clarinette et violoncelle – tombeau de Jean-Pierre Guesez – fait jaillir l’émotion enclose dans les sons d’une intensité presque sauvage. Si Hunem-Iduley – l’anagramme de Yehudi Menuhin – pour violon et violoncelle et Roscobeck, deux œuvres de la dernière période du compositeur, écartent toute séduction sonore, il émane de Paille in the wind pour violoncelle et piano (1992) une « lumière spéciale », belle dans son étrangeté. Epicycles, enfin, avec son alternance de plages monodiques hérissées d’accents populaires et de séquences polychromes très singulières, prend des allures de rituel. Les douze musiciens de l’ aux côtés de défendent chacune de ces pages – servies par une prise de son exemplaire – avec un talent et une conviction sans faille.

(Visited 95 times, 1 visits today)

Plus de détails

Iannis Xenakis (1922-2001) : Nomos Alpha pour violoncelle seul ; Charisma pour violoncelle et clarinette ; Kottos pour violoncelle seul ; Epicycles pour violoncelle soliste et douze instruments ; Paille in the wind pour violoncelle et piano ; Hunem-Iduhey pour violon et violoncelle ; Roscobeck pour violoncelle et contrebasse ; Dhipli Zyia pour violon et violoncelle. Arne Deforce, violoncelle. Ensemble musikFabrik. CD Æon AECD 1109. Enregistré les 2 juin et 5 juillet 2010 au Concertgebow de Bruges et le 23 septembre à Cologne. Notice trilingue ( français, anglais, néerlandais). 67’56’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.