À emporter, CD, Musique de chambre et récital

José van Dam, le chant du maître

Plus de détails

Hugo Wolf (1860-1903) : Drei Lieder nach Gedichten von Michelangelo ; Johannes Brahms -1833-1897) : Lieder ; Henri Duparc (1848-1933) : mélodies ; Jacques Ibert (1890-1962) : Chansons de Don Quichotte ; Francis Poulenc (1899-1963) : Chansons gaillardes. Avec : José van Dam, baryton-basse. Maciej Pikulski, piano. 1 CD Cypres Archive CYP8604. Code-barre : 5412217 086046. Enregistré sur le vif le 7 mai 1997 au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Notice de présentation trilingue (anglais, français et flamand). Durée : 72’37’’.

 

Les Clefs ResMusica

Encore plus que le CD consacré au répertoire d’opéra du grand chanteur, publié en 2010 chez le même éditeur, ce nouvel hommage à témoigne de l’extraordinaire magnétisme d’une des plus grandes figures lyriques de ces dernières décennies. Car plus encore que l’opéra, c’est le cadre intime du récital qui permet à cet artiste, dont le talent est avant tout intérieur, de faire valoir toute la palette d’affects et d’émotions dont il est capable. Le programme de cet intelligent récital semble d’ailleurs dessiner un remarquable parcours des profondeurs vers la légèreté, des ténèbres vers la lumière, de la mort vers la vie. On ne saurait en effet imaginer cycle plus sombre, voire plus lugubre, que les Trois Lieder sur des poèmes de Michel-Ange de Wolf pour démarrer un récital, mais c’est ainsi que choisit de littéralement captiver le public du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Brahms, à côté, se fait déjà plus lumineux, même si les notes les plus graves de « Dein blaues Auge » échappent à cette voix de baryton-basse, et si le détimbrement – souhaité ? – des dernières notes pianissimo de « Auf dem Kirchhofe » frôlent l’accident. Mais on savoure toujours les trésors de legato, pleinement déployés à partir de « Meine Liebe ist grün ».

La partie française du programme trouve un Van Dam encore plus souverain, tout d’abord dans des Duparc d’anthologie dont il savoure, et cela sans la moindre afféterie, chaque note et chaque syllabe. Les Chansons de Don Quichotte de Jacques Ibert, si rarement entendues de nos jours, constituent la mise-en-abyme parfaite de ce programme consacré à la folle course de la vie et les Chansons gaillardes de Poulenc, enfin, montrent que le chic, l’élégance et le naturel font bon ménage avec le charme et la gouaille lorsqu’elles sont délivrées d’une manière aussi royale.

Au piano, le partenaire de toujours, , est plus qu’un accompagnateur attentif, un musicien sachant respirer au rythme de son chanteur et s’adapter à sa liberté interprétative. Un récital impressionnant, qui fait preuve de qualités devenues rares chez les musiciens de nos jours : la simplicité, et surtout la présence.

Plus de détails

Hugo Wolf (1860-1903) : Drei Lieder nach Gedichten von Michelangelo ; Johannes Brahms -1833-1897) : Lieder ; Henri Duparc (1848-1933) : mélodies ; Jacques Ibert (1890-1962) : Chansons de Don Quichotte ; Francis Poulenc (1899-1963) : Chansons gaillardes. Avec : José van Dam, baryton-basse. Maciej Pikulski, piano. 1 CD Cypres Archive CYP8604. Code-barre : 5412217 086046. Enregistré sur le vif le 7 mai 1997 au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Notice de présentation trilingue (anglais, français et flamand). Durée : 72’37’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.