À emporter, CD, Opéra

Chostakovitch, Orango pas amer

Plus de détails

Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : Orango-Prologue, Symphonie n°4 en ut mineur. Ryan McKinny, l’Amuseur ; Jordan Bisch, La voix de la foule ; Eugene Brancoveanu, un homme-singe ; Yulia van Doren, Une étrangère ; Timur Bekbosunov, un Journaliste ; Abdiel Gonzalez, Embryologiste ; Adriana Manfredi, la fille d’Armand Fleury ; Daniel Chaney, Premier étranger ; Todd Strange, Deuxième étranger. Los Angeles Master Chorale, direction : Esa-Pekka Salonen. Los Angeles Philharmonic Orchestra, direction : Esa-Pekka Salonen. 2 CD DGG. Référence 479 0249. Enregistré en concert en décembre 2011. Notice de présentation en : anglais, allemand et français. Texte chanté en russe, traduction en : anglais. Durée : 96.30

 

En 2004, la nouvelle avait fait du bruit dans le landerneau musical des fans de musique russe et soviétique : le prologue d’un opéra de Chostakovitch avait été retrouvé à Moscou sous la forme d’une version chant/piano par la musicologue Olga Digonskaïa. La partition était le fruit d’une commande du légendaire Bolchoï pour célébrer les 15 ans de la Révolution d’octobre, en 1932.

L’histoire raconte les aventures d’Orango, mi-homme, mi-singe, fruit des copulations du capitalisme occidental. Le tout était revu à la sauce acide et constructiviste de la folie endiablée du bolchévisme naïf qui prévalait avant la chute de la chape de plomb stalinienne.  Mais le compositeur ne termina pas cette partition restée à l’état fragmentaire. Suite à sa redécouverte, la veuve du compositeur, Antonovna Chostakovitch, demanda au compositeur britannique Gérard McBurney, d’orchestrer les esquisses. La première mondiale d’Orango se déroula, en décembre 2011, à Los Angeles, sous la baguette d’.  La partition est dans la droite ligne du Nez : ironique et ultra-virtuose. Salonen dirige tout son petit monde avec l’énergie que l’on lui connait. Sa baguette est évidement tournée vers la radicalité de l’orchestration et l’explosion des dynamiques.

En complément de cette demi-heure de découverte, le chef et son orchestre californien se lancent dans la redoutable Symphonie n°4. La machine orchestrale tourne à plein régime comme une locomotive à vapeur lancée à la tête d’un train blindé. L’orchestre de Los Angeles est forcément génial, guidé par un chef qui prend un plaisir à emporter tout son monde dans une transe moderniste en fusion. Cette lecture de concert, très « Musclor à Hollywood » est une belle réalisation, mais qui ne doit pas faire oublier la lecture  légendaire de  avec la Staatskapelle de Dresde (Profil).

Cet album est évidement hautement intéressant, indispensable aux fans du compositeur. On regrette juste une prise de son de concert trop étouffée qui gomme les dynamiques et les couleurs de l’orchestre.

Plus de détails

Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : Orango-Prologue, Symphonie n°4 en ut mineur. Ryan McKinny, l’Amuseur ; Jordan Bisch, La voix de la foule ; Eugene Brancoveanu, un homme-singe ; Yulia van Doren, Une étrangère ; Timur Bekbosunov, un Journaliste ; Abdiel Gonzalez, Embryologiste ; Adriana Manfredi, la fille d’Armand Fleury ; Daniel Chaney, Premier étranger ; Todd Strange, Deuxième étranger. Los Angeles Master Chorale, direction : Esa-Pekka Salonen. Los Angeles Philharmonic Orchestra, direction : Esa-Pekka Salonen. 2 CD DGG. Référence 479 0249. Enregistré en concert en décembre 2011. Notice de présentation en : anglais, allemand et français. Texte chanté en russe, traduction en : anglais. Durée : 96.30

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.