À emporter, CD, Musique symphonique

Une Symphonie n° 5 de Mahler robuste et très convenable

Plus de détails

Gustav Mahler (1860-1911) : Symphonie n° 5 en do dièse mineur. Pittsburgh Symphony Orchestra, dir. Manfred Honeck. 1 CD Exton. Réf. : OVCL-00460, code barre : 4 526977 004606. Enregistrement live, 20-22 mai 2011, salle Heinz, Pittsburgh. Notice bilingue : japonais et anglais. Durée : 73’38

 

Dans son « Mahler » publié en 1966 dans la collection « Solfèges » Marc Vignal positionne ainsi la Symphonie n° 5 en ut dièse mineur que le compositeur autrichien composa au cours des étés 1901 et 1902 : « L’œuvre est une aventure. La ’’tonalité évolutive’’ en constitue la raison d’être et commande en particulier la structure du second mouvement, plaque tournante de l’ensemble ».

Exact ! Cet opus majeur propose comme dans la Symphonie n° 3 achevée trois ans plus tôt une Marche funèbre initiale d’une profondeur et d’une gravité stupéfiante entrecoupée de deux épisodes trios apportant provisoirement un éclairage blafard et faussement enjoué, incapables d’annihiler l’atmosphère sinistre qui la compose et la structure. Le grotesque de la mort. Magistral ! Lutte et effort signent l’avancement recommencé du second mouvement où l’on perçoit clairement des échos de la Marche funèbre du mouvement initial et la conclusion hymnique et radieuse des cuivres confrontés aux éclats du reste de l’orchestre. Mahler opte dans le Scherzo pour l’esprit viennois avec une fanfare de cors et une traitement personnel de la valse basé sur une alternance typique de force et de déréliction. Le célèbre Adagietto pour cordes et harpe opère un vif contraste avec ce chant d’amour sans paroles à sa bien-aimée Alma.

La symphonie s’achève dans un climat plus serein abritant des motifs de l’Adagietto et du second mouvement (choral de cuivres). Un monde captivant et ensorcelant, complexe et hétéroclite que l’Orchestre symphonique de Pittsburgh et le chef rendent avec justesse et justice. La formation américaine fondée en 1895, jadis dirigée par des personnalités majeures trouve en la personne du chef autrichien un admirable connaisseur et avocat confirmé du monde mahlérien. Si n’était une très discrète raideur dans les tempos et les nuances et une saturation dommageable dans les fff, cette interprétation en public justifierait son acquisition pour une première prise de contact. Ailleurs, on continuera à préférer les versions de : (DG), (Decca), (DG) ou (Hänssler)…

Plus de détails

Gustav Mahler (1860-1911) : Symphonie n° 5 en do dièse mineur. Pittsburgh Symphony Orchestra, dir. Manfred Honeck. 1 CD Exton. Réf. : OVCL-00460, code barre : 4 526977 004606. Enregistrement live, 20-22 mai 2011, salle Heinz, Pittsburgh. Notice bilingue : japonais et anglais. Durée : 73’38

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.