Festivals, La Scène, Musique d'ensemble

Jérémie Rhorer et Marc Minkowski à Ambronay

Plus de détails

Ambronay. Abbatiale. 15-IX-2012. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Messe du Couronnement K.317 ; Symphonie n°41 K.551 « Jupiter » ; Joseph Haydn (1732-1809) : Symphonie n°49 « La Passione ». Sylvia Schwartz, soprano ; Caitlin Hulcup, mezzo-soprano ; Jeremy Ovenden, ténor ; Andreas Wolf, basse ; Chœur Aedes (chef de chœur : Mathieu Romano) ; Le Cercle de l’Harmonie, direction : Jérémie Rhorer.

Ambronay. Abbatiale. 16-IX-2012. Franz Schubert (1797-1828) : Symphonie n°8 D.759 « Inachevée » ; Symphonie n°9 D.944 « La Grande » ; Les Musiciens du Louvre Grenoble, direction : Marc Minkowski.

Au cours de ce premier week-end de concerts, le Festival d’Ambronay accueillait, outre la recréation mondiale du Nabucco de Falvetti, coup sur coup deux des formations orchestrales jouant sur instruments (ou copies d’instruments) d’époque les plus en vue actuellement, dans du grand répertoire de l’époque classique ou du premier romantisme avec trois compositeurs autrichiens (, et ).

Le samedi 15 septembre, c’est Le Cercle de l’Harmonie et le jeune qui présentaient la Messe du Couronnement K.317 de Mozart, encadrée par deux symphonies, la 49e de Haydn « La Passione », et en seconde partie à nouveau Mozart, son ultime symphonie K.551 dite « Jupiter ». On peut regretter de ne pas avoir entendu dans ce cadre (une abbatiale) plus de musique sacrée, surtout lorsqu’on a sous la main un chœur du niveau d’Aedes et quatre solistes, mais le concert fut néanmoins fort réussi. Dans les deux symphonies, l’orchestre impressionne par sa discipline, l’homogénéité des pupitres (malgré quelques accros des vents dans la symphonie de Haydn, une sonorité un peu sèche du pupitre des violons…) sous la direction vive et nerveuse, mais aussi subtile et élégante (mouvements lents) de . Ces qualités se retrouvent dans une Messe du Couronnement de Mozart ayant beaucoup d’allure. Le Chœur Aedes, chantant de tête (c’est suffisamment rare pour valoir d’être souligné), délivre une belle prestation, même si on aurait apprécié un peu plus de chaleur, d’émotion dans les couleurs vocales. Les interventions de solistes sont correctement tenues, surtout du côté de la soprano (, qui offre de subtiles nuances dans l’Agnus Dei) et de la basse, le jeune .

Le lendemain, le Festival d’Ambronay clôturait ce premier week-end de concerts également à l’abbatiale avec un habitué des lieux, , à la tête de ses Grenoble. Le chef qui fête en 2012 ses cinquante ans et les trente ans de ce son ensemble s’est lancé dans une intégrale des symphonies de Schubert (au concert, mais aussi au disque), suite somme toute assez logique après les dernières symphonies de Mozart et les Londoniennes de Haydn. Il proposait donc au public du Festival d’Ambronay rien moins que la Symphonie n°8 D.759 et la Symphonie n°9 D.944 (7 et 8 dans la New Schubert Edition de Bärenreiter). À la tête d’une formation importante (trente-six cordes…) en grande forme, dans des tempos plutôt modérés, délivre une interprétation convaincante de ces deux chef-d’œuvres, aussi bien dans le dramatisme, la tension de l’ « Inachevée » que la luminosité, la majesté de « La Grande ». Après le final haletant de cette dernière, les musiciens trouvent l’énergie pour offrir en bis, devant l’insistance du public, l’élégant Andante de la juvénile Symphonie n°1 D.82 du même Schubert.

Crédit photographique : Jérémy Rhorer, Ambronay, le 15 septembre 2012© Bertrand Pichène

Plus de détails

Ambronay. Abbatiale. 15-IX-2012. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Messe du Couronnement K.317 ; Symphonie n°41 K.551 « Jupiter » ; Joseph Haydn (1732-1809) : Symphonie n°49 « La Passione ». Sylvia Schwartz, soprano ; Caitlin Hulcup, mezzo-soprano ; Jeremy Ovenden, ténor ; Andreas Wolf, basse ; Chœur Aedes (chef de chœur : Mathieu Romano) ; Le Cercle de l’Harmonie, direction : Jérémie Rhorer.

Ambronay. Abbatiale. 16-IX-2012. Franz Schubert (1797-1828) : Symphonie n°8 D.759 « Inachevée » ; Symphonie n°9 D.944 « La Grande » ; Les Musiciens du Louvre Grenoble, direction : Marc Minkowski.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.