Danse , La Scène, Spectacles Danse

Début du parcours Maguy Marin au Festival d’Automne

Plus de détails

Théâtre de la Ville. Dans le cadre du Festival d’Automne. 13/X/12. Faces : Maguy Marin / Ballet de l’Opéra de Lyon. Chorégraphie et mise en scène : Maguy Marin. Collaboration à la conception du spectacle et création sonore : Denis Mariotte. Costumes et accessoires : Montserrat Casanova. Scénographie : Michel Rousseau. Lumière : Alexandre Béneteaud. Dispositif sonore : Antoine Garry. Ballet de l’Opéra de Lyon, direction : Yourgos Loukos

Premier événement du parcours consacré par le Festival d’Automne à la chorégraphe , Facesa été créé en 2011 pour le .

Avec cette pièce pour 28 remarquables interprètes, renoue avec la compagnie de répertoire contemporain pour laquelle elle a revisité Cendrillon ou Coppélia. Les danseurs, déjà familiers de son univers, ont découvert dans cette ample pièce la « nouvelle manière » de la chorégraphe, marquée par la rupture de Umwelt, en 2005, et poursuivie par TurbaDescription d’un combat et Salves.

Désormais, Maguy Marin ne chorégraphie plus des pas, mais des états de corps, des présences corporelles où compte l’intention de chaque geste, la qualité de mouvement. Elle met en scène des tableaux vivants, renouant avec la tradition du Mystère que l’on jouait sur les parvis des cathédrales ou des scènes dans les salons aristocratiques au début du siècle dernier.

Terrorisme, pouvoir, société de consommation, religion, peur, argent, toutes les images se succèdent, dans une esthétique proche de la photographie contemporaine, plasticienne. On songe aux instantanés de rue captés par les photographes anglais ou américains exposés au Bal, près de la Place de Clichy. Ou aux Reconstitutions, d’Edouard Levé, photographe aujourd’hui décédé, qui recréait avec des comédiens les scènes authentiques figurant en Unes des quotidiens.

Le dispositif choisi par Maguy Marin et ses co-créateurs (mur de miroirs, lumières intermittentes, piano mécanique, musique sourde et son cahotique) instaure un climat oppressant, distillant une étrange beauté fascinante et vénéneuse. Cette puissance repose avant tout sur l’intense présence des 28 interprètes du , auxquels la chorégraphe rend un merveilleux tribut.

Crédit photographique : © Jean-Pierre Maurin

(Visited 426 times, 1 visits today)

Plus de détails

Théâtre de la Ville. Dans le cadre du Festival d’Automne. 13/X/12. Faces : Maguy Marin / Ballet de l’Opéra de Lyon. Chorégraphie et mise en scène : Maguy Marin. Collaboration à la conception du spectacle et création sonore : Denis Mariotte. Costumes et accessoires : Montserrat Casanova. Scénographie : Michel Rousseau. Lumière : Alexandre Béneteaud. Dispositif sonore : Antoine Garry. Ballet de l’Opéra de Lyon, direction : Yourgos Loukos

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.