Danse , La Scène, Spectacles Danse

Ohad Naharin de retour à Chaillot avec la Batsheva

Plus de détails

Théâtre national de Chaillot. 24/IV/13. Dans le cadre du festival Sur les frontières. Batsheva Dance Company : Sadeh21. Chorégraphie : Ohad Naharin, avec la collaboration des danseurs de Batsheva Dance Company. Lumières et scénographie : Avi Yona Bueno (Bambi). Conception sonore : Maxime Waratt. Costumes : Ariel Cohen. Avec les danseurs de Batsheva Dance Company.

Mesures de sécurité renforcées au Théâtre de Chaillot pour accueillir la dans le cadre du festival Sur les frontières. Outre Sadeh21, présenté pour la première fois en France, la compagnie israélienne reprend en effet Deca Dance, un best of des chorégraphies d’, les 27 et 28 avril.

Sadeh21, créé pendant l’édition 2011 de l’Israël Festival, à Jérusalem, donne les premiers signes d’une nouvelle manière pour le chorégraphe. Figurant de nombreuses fois dans la Bible, le terme Sadeh en hébreu peut être traduit par champs ou territoires. Doit-on voir dans ce titre une allusion politique ? Ou simplement la volonté d’ d’ouvrir avec ses danseurs d’autres pistes, d’autres territoires dans son travail ?

Sur une musique planante, traversée de soudaines déflagrations, Ohad Naharin explore de multiples combinaisons de nombres : solos, duos, trios, quatuors ou quintets qui se déploient à l’infini. Il poursuit aussi ses expérimentations gestuelles et chorégraphiques sur des corps athlétiques, à l’énergie très ramassée.

Sa vision primitive du corps passe par des en-dedans sauvages ou des marches batraciennes. Epaules, torses, bassins, hanches sont cambrés ou parfois déformés à l’extrême, au risque de la laideur. A tel point que le physique hyper laxe de certains danseurs peut mettre mal à l’aise. Ce jusqu’au-boutisme donne naissance à une fascinante bande de freaks, aux corps difformes et aux mouvements souvent inédits.

Ce n’est que vers la fin du spectacle que le chorégraphe assume la force collective de son « corps de ballet » aux physiques si dissemblables. Dans une séquence fortement inspirée d’une danse traditionnelle, une escadrille d’hommes laisse surgir l’émotion et la beauté parfois cadenassée ailleurs. Une puissance rythmique et visuelle que l’on aurait aimé prolonger…

Plus de détails

Théâtre national de Chaillot. 24/IV/13. Dans le cadre du festival Sur les frontières. Batsheva Dance Company : Sadeh21. Chorégraphie : Ohad Naharin, avec la collaboration des danseurs de Batsheva Dance Company. Lumières et scénographie : Avi Yona Bueno (Bambi). Conception sonore : Maxime Waratt. Costumes : Ariel Cohen. Avec les danseurs de Batsheva Dance Company.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.