La Scène, Opéra, Opéras

Trois mises en scène et un décor : Il Trittico à Cologne

Plus de détails

Cologne, 26-V-2013. Giacomo Puccini (1858-1924) : Il Trittico, triptyque lyrique. Mise en scène : Gabriele Rech, Sabine Hartmannshenn, Eva-Maria Höckmayr; décors : Dieter Richter ; costumes : Julia Rösler, Susana Mendoza, Sandra Meurer ; lumières : Nicol Hungsberg. Il Tabarro, opéra en un acte sur un livret de Giuseppe Adami. Avec : Scott Hendricks, Michele ; Asmik Grigorian, Giorgetta ; Scott Piper, Luigi ; Dalia Schaechter, La Frugola ; John Heutenroeder, Il Tinca ; Ulrich Hielscher, Il Talpa ; Jeongki Cho, un Venditore di canzonette ; Juraj Hollý, Un’amante / una voce lontana ; Erika Simons, Un’amante / una voce lontana. Suor Angelica, œuvre lyrique en un acte sur un livret de Giovacchino Forzano. Avec : Jacquelyn Wagner, Suor Angelica ; Dalia Schaechter, La Zia Principessa ; Romina Boscolo, La Badessa ; Machiko Obata, La Suor Zelatrice ; Andrea Andonian, La Maestra delle novizie ; Gloria Rehm, Suor Genovieffa ; Carla Hussong, Suor Osmina ; Martina Wryk, Suor Dolcina ; Aoife Miskelly, Prima Cercatrice ; Ruth Volpert, Seconda Cercatrice ; Eva-Maria Bauchmüller, Una novizia ; Mariola Mainka, Prima conversa ; Martina Sigl, Seconda conversa. Gianni Schicchi, opéra un acte sur un livret de Giovacchino Forzano. Avec : Scott Hendricks, Gianni Schicchi ; Gloria Rehm, Lauretta ; Dalia Schaechter, Zita ; Jeongki Cho, Rinuccio ; John Heuzenroeder, Gherardo ; Aoife Miskelly, Nella ; Matias Tosi, Betto ; Ulrich Hielscher, Simone ; Christopher Bolduc, Marco ; Romina Boscolo, La Ciesca ; Bodo Schwanbeck, Maestro Spinelloccio ; Werner Sindemann, Notaio ; Julian Schulzki, Pinellino ; Raphael Blume, Guccio. Chœur de l’Opéra de Cologne (chef de chœur : Andrew Ollivant). Orchestre du Gürzenich de Cologne, direction musicale : Will Humburg.

Avouons-le : Nous étions sceptiques lorsque l’Opéra de Cologne annonça son idée de confier les trois opéras du Trittico puccinien à trois metteurs en scène différents, trois femmes pour l’occasion. Comment garder un minimum d’unité dans de telles conditions ? La réponse est simple : en choisissant un seul scénographe. C’est un décor divisé en trois étages que Dieter Richter imagina pour les trois opéras, suffisamment polyvalent pour représenter, tour à tour, un bateau à quai, un monastère et une riche demeure bourgeoise. Sauf que le monastère n’en fut pas vraiment un.

Car, si Gabriele Rech et Eva-Maria Höckmayr choisirent une approche réaliste pour Il Tabarro et Gianni Schicchi, agrémentée d’une superbe touche de grotesque pour le dernier, Sabine Hartmannshenn opta pour un concept psychologique. L’opéra a lieu dans la maison familiale où Angelica doit mener une vie de prière et de pénitence. Lentement, la maison se transforme en un étrange monastère, où la prieure est la Vierge et bien des sœurs, vêtues de rouge ( !), sont enceintes… Si l’idée peut susciter de légitimes réserves, la direction d’acteur, intense de bout à bout, est au-dessus de tout soupçon. Et c’est en ce point que les trois mises en scène se rejoignent.

Musicalement, c’est d’abord la soirée de Will Humburg. Certes, sa gestuelle maniérée et excentrique peut agacer. Mais il sait, comme peu d’autres, créer un climat de passion et de tension qui prend l’auditeur aux tripes – condition idéale pour Il Tabarro et Suor Angelica. Pour Gianni Schicchi, réglé avec perfection, s’ajoute une bonne dose d’humour. On frôle donc la perfection !

Côté distribution, une seule chanteuse est présente dans tous les trois opéras : Dalia Schaechter, mezzo à tout faire au sein de la troupe de l’Opéra de Cologne. Zia Principessa froide et hautaine comme il faut, Zita farfelue et drôle, c’est dans Il Tabarro qu’elle nous surprend le plus faisant de Frugola une petite vieille sadique. Sinon, ce Tabarro est dominé par le couple Michele – Giorgetta. Doté d’une voix longue et puissante, plus caractéristique que belle, Scott Hendricks campe un batelier fermé, incapable d’exprimer ses émotions, avant que celles-ci ne prennent complètement possession de lui. Asmik Grigorian, petite femme à la voix étonnement large, se durcissant, malheureusement, dans l’aigu, est tout le contraire : assoiffé d’amour et de liberté, elle se jette dans les bras du premier venu. C’est Luigi, l’ouvrier, qui trouve en Scott Piper un interprète plus vrai que nature, malgré un chant trop uniformément musclé…

En Suor Angelica, nous assistons à une véritable consécration : Jacquelyn Wagner, jeune soprano américaine en troupe à Berlin, nous touche dès ses premières interventions. Quelle voix, jeune et lumineuse, à l’aigu pur et cristallin, quel chant, gorgée d’émotions, et, de surcroît, quelle actrice !

En Gianni Schicchi, nous retrouvons Scott Hendricks. Bien loin des habituels vieux rusés, à la voix passablement usée, il campe un Schicchi encore jeune, beau et soigné, un vendeur qui vend tout et n’importe quoi, un rien agressif, mais pas trop, et non dépourvu de charme. Gloria Rehm est une piquante Lauretta, mais la voix manque encore un peu de rondeur. Jeongki Cho, en revanche, est un Rinuccio de première classe, doté d’un timbre solaire à l’aigu facile et lumineux. Dommage qu’il n’ose pas accompagner sa bien-aimée au contre-ré bémol final…

(Visited 290 times, 1 visits today)

Plus de détails

Cologne, 26-V-2013. Giacomo Puccini (1858-1924) : Il Trittico, triptyque lyrique. Mise en scène : Gabriele Rech, Sabine Hartmannshenn, Eva-Maria Höckmayr; décors : Dieter Richter ; costumes : Julia Rösler, Susana Mendoza, Sandra Meurer ; lumières : Nicol Hungsberg. Il Tabarro, opéra en un acte sur un livret de Giuseppe Adami. Avec : Scott Hendricks, Michele ; Asmik Grigorian, Giorgetta ; Scott Piper, Luigi ; Dalia Schaechter, La Frugola ; John Heutenroeder, Il Tinca ; Ulrich Hielscher, Il Talpa ; Jeongki Cho, un Venditore di canzonette ; Juraj Hollý, Un’amante / una voce lontana ; Erika Simons, Un’amante / una voce lontana. Suor Angelica, œuvre lyrique en un acte sur un livret de Giovacchino Forzano. Avec : Jacquelyn Wagner, Suor Angelica ; Dalia Schaechter, La Zia Principessa ; Romina Boscolo, La Badessa ; Machiko Obata, La Suor Zelatrice ; Andrea Andonian, La Maestra delle novizie ; Gloria Rehm, Suor Genovieffa ; Carla Hussong, Suor Osmina ; Martina Wryk, Suor Dolcina ; Aoife Miskelly, Prima Cercatrice ; Ruth Volpert, Seconda Cercatrice ; Eva-Maria Bauchmüller, Una novizia ; Mariola Mainka, Prima conversa ; Martina Sigl, Seconda conversa. Gianni Schicchi, opéra un acte sur un livret de Giovacchino Forzano. Avec : Scott Hendricks, Gianni Schicchi ; Gloria Rehm, Lauretta ; Dalia Schaechter, Zita ; Jeongki Cho, Rinuccio ; John Heuzenroeder, Gherardo ; Aoife Miskelly, Nella ; Matias Tosi, Betto ; Ulrich Hielscher, Simone ; Christopher Bolduc, Marco ; Romina Boscolo, La Ciesca ; Bodo Schwanbeck, Maestro Spinelloccio ; Werner Sindemann, Notaio ; Julian Schulzki, Pinellino ; Raphael Blume, Guccio. Chœur de l’Opéra de Cologne (chef de chœur : Andrew Ollivant). Orchestre du Gürzenich de Cologne, direction musicale : Will Humburg.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.