À emporter, CD, Opéra

Renaud de Sacchini, un maillon dans l’histoire de l’opéra français

Plus de détails

Antonio Sacchini (1730-1786) : Renaud, ou La Suite d’Armide. Avec : Marie Kalinine, Armide ; Julien Dran, Renaud ; Jean-Sébastien Bou, Hidraot ; Pierrick Boisseau, Adraste / Mégère / Arcas / Tissapherne ; Julie Fuchs, Mélisse / Une coryphée ; Katia Velletaz, Doris ; Chantal Santon, Antiope ; Cyrille Dubois, Tisiphone / Un Chevalier ; Pascal Bourgeois, Alecton ; Jennifer Borghi, Iphise. Les Chantres du Centre de Musique Baroque de Versailles (chef de chœur : Olivier Schneebeli). Les Talens Lyriques, direction : Christophe Rousset. 1 livre-disque contenant 2 CD. Ediciones Singulares ES1012. ISBN : 978-84-939-6865-6. Enregistré les 21 et 22 octobre 2012 à l’Arsenal de Metz. Textes de présentation bilingues, français et anglais. Durée : 59’38’’ et 48’41’’

 

Les Clefs ResMusica

Ce magnifique livre-CD est la trace de plusieurs concerts donnés l’automne dernier à l’Opéra Royal du château de Versailles et à l’Arsenal de Metz. Il permettra au public lyricophile d’évaluer la place réelle d’ dans l’histoire et l’évolution de l’opéra français lors des années précédant la Révolution française, en plein contexte de la querelle esthétique opposant les gluckistes et les piccinnistes. Ironiquement, si Sacchini avait été approché par l’Académie royale de musique pour faire un peu d’ombre à Gluck, à l’époque où ce dernier était sans rival à Paris, c’est bel et bien dans l’obédience du compositeur allemand que se situe l’opéra Renaud, ou La Suite d’Armide. Avec cette tragédie-lyrique revisitée en fonction des goûts et des canons établis à Versailles dans les années 1780, nous sommes en effet à mille lieues du lyrisme à l’italienne que Piccinni allait à son tour proposer au public français.

L’ouvrage, qui met en scène les premières étapes des amours de Renaud et d’Armide, évoque non seulement le traditionnel conflit entre la luxure et l’appel de la guerre, mais également les déchirements de la belle Armide, partagée entre l’allégeance due à sa patrie et les sentiments inavouables éprouvés pour son ennemi. C’est dire que l’opéra, en dépit de son titre, repose essentiellement sur la figure écrasante de la redoutable magicienne, dont la mezzo-soprano retrace avec talent et sincérité l’ardeur guerrière et les émois amoureux. La voix est solide et sûre, l’expression souveraine, et la diction en tout point exemplaire. , en Renaud, fait valoir lui aussi une voix richement timbrée et une diction châtiée, ainsi qu’une parfaite aisance dans une tessiture relativement élevée. Au concert, semblait être quelque peu incommodé par les notes les plus basses de sa partition, mais ces difficultés ne transparaissent pas à l’enregistrement. Les autres comparses sont tout autant efficaces, davantage pour leur diction exemplaire que pour leurs qualités vocales à proprement parler. Il est vrai la partition, fondée essentiellement sur le récitatif et sur la déclamation, ne se prête pas à l’exhibition vocale. Seule exception à ce constat, l’air final « Que l’éclat de la victoire », qui permet à la radieuse d’égrener les vocalises les plus acrobatiques.

Conformément à la réforme de Gluck, le chœur est extrêmement sollicité dans cet ouvrage, et sont parfaitement à la hauteur de la situation. À la tête de ses Talens Lyriques, donne libre cours à sa passion pour la tragédie lyrique française et pour ce répertoire préromantique qui n’ont pour lui plus de secrets. Il dirige cette partition hybride avec ferveur, souplesse et fermeté, dévoilant le feu et les flammes ensevelies sous la convention et la rhétorique.

Espérons que la redécouverte de Sacchini permettra, une fois que ses œuvres majeures auront été réentendues, de mieux connaître et de mieux comprendre les évolutions génériques et esthétiques qui auront traversé le siècle des Lumières.

Plus de détails

Antonio Sacchini (1730-1786) : Renaud, ou La Suite d’Armide. Avec : Marie Kalinine, Armide ; Julien Dran, Renaud ; Jean-Sébastien Bou, Hidraot ; Pierrick Boisseau, Adraste / Mégère / Arcas / Tissapherne ; Julie Fuchs, Mélisse / Une coryphée ; Katia Velletaz, Doris ; Chantal Santon, Antiope ; Cyrille Dubois, Tisiphone / Un Chevalier ; Pascal Bourgeois, Alecton ; Jennifer Borghi, Iphise. Les Chantres du Centre de Musique Baroque de Versailles (chef de chœur : Olivier Schneebeli). Les Talens Lyriques, direction : Christophe Rousset. 1 livre-disque contenant 2 CD. Ediciones Singulares ES1012. ISBN : 978-84-939-6865-6. Enregistré les 21 et 22 octobre 2012 à l’Arsenal de Metz. Textes de présentation bilingues, français et anglais. Durée : 59’38’’ et 48’41’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.