Concerts, La Scène, Musique symphonique

Paavo Järvi et Jean-Frédéric Neuburger en grande forme à Pleyel

Plus de détails

Paris, salle Pleyel. Le 16.X.2013. Jean Sibelius (1865-1957) Suite Karelia opus 11 ; Maurice Ravel (1875-1937) Concerto pour la main gauche en ré majeur ; Camille Saint-Saëns (1835-1921) Symphonie n°3 en ut mineur dite « avec orgue » opus 78. Orchestre de Paris ; Paavo Järvi : direction, Jean-Frédéric Neuburger : piano ; Thierry Escaich : orgue.

paavo jarviPour la première fois, l’ se risquait à donner en concert la suite Karelia de Sibelius -une œuvre à l’effectif impressionnant et dont les potentielles lourdeurs furent évitées avec grâce. En effet, la direction aussi fluide que précise de révéla un au meilleur de sa forme : outre le cor anglais particulièrement remarquable, on a pu admirer également le pupitres des cuivres, irréprochable.

Venait ensuite le Concerto pour la main gauche avec au piano, une œuvre redoutable abordée avec une aisance incomparable : inutile de dire qu’il remporta tous les suffrages !  Avec juste ce qu’il faut d’expressivité -toujours cette pudeur propre à Ravel- il nous livra une interprétation contrastée, pleine de vie et pourtant habitée d’une angoisse sourde,  restituant ainsi les élans tragiques de la pièce (hélas, souvent estompés au profit des « effets de jazz. »)
En bis, et deux mains cette fois-ci, l’étude dite « pour les agréments » de Debussy fut l’occasion d’apprécier également la richesse de son jeu, particulièrement adapté au répertoire français de cette époque.

En deuxième partie, on attendait impatiemment la Symphonie n°3 « avec orgue » de Saint-Saëns, et pour cause : et n’en sont plus à leur premier coup d’essai. Pari tenu pour ces deux habitués qui nous ont offert ce soir-là une version d’une grande clarté. Mention spéciale pour le Scherzo parfaitement conduit et le Final jubilatoire qui souleva un bel enthousiasme.

Enfin, la Bacchanale extraite de Samson et Dalila (Saint-Saëns, toujours) confirma avec panache l’excellente maîtrise de l’Orchestre de Paris dont la tournée au Japon, de toute évidence, s’annonce des plus prometteuses.

 Crédits photographiques : © Carole Bellaiche; Paavo Järvi © Mark Lyons

Plus de détails

Paris, salle Pleyel. Le 16.X.2013. Jean Sibelius (1865-1957) Suite Karelia opus 11 ; Maurice Ravel (1875-1937) Concerto pour la main gauche en ré majeur ; Camille Saint-Saëns (1835-1921) Symphonie n°3 en ut mineur dite « avec orgue » opus 78. Orchestre de Paris ; Paavo Järvi : direction, Jean-Frédéric Neuburger : piano ; Thierry Escaich : orgue.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.