Danse , La Scène, Spectacles Danse

Notre-Dame de Paris : une histoire d’amour et de mort à l’Opéra Bastille

Plus de détails

Paris. Opéra Bastille. 5-VII-2014. Ballet de l’Opéra national de Paris : Notre-Dame de Paris. Ballet en deux actes et treize tableaux d’après le roman de Victor Hugo. Chorégraphie et mise en scène : Roland Petit, réglées par Luigi Bonino. Musique : Maurice Jarre. Décors d’après René Allio. Costumes : Yves Saint Laurent. Lumières : Jean-Michel Désiré. Répétitions : Gillian whittingham. Orchestre national d’Ile-de-France, direction musicale : Kevin Rhodes. Avec : Alice Renavand, Esmeralda ; Stéphane Bullion, Quasimodo ; Audric Bezard, Frollo ; Florian Magnenet, Phoebus.

Visuel Notre-Dame de ParisCommande de , alors administrateur de l’Opéra de Paris, le ballet Notre-Dame de Paris marqua le retour fracassant de dans l’institution qu’il avait quittée en 1944 pour monter ses propres créations au théâtre des Champs-Élysées.

Le livret de Petit convie sur scène des personnages librement inspirés du roman éponyme de Victor Hugo. Petit signe ici un ballet novateur. L’ensemble s’avère globalement réussi, même s’il manque ce « je-ne-sais-quoi » qui fait les grands ballets.

Notre-Dame de Paris, c’est d’abord une histoire d’amour et de mort remarquablement interprétée. se révèle flamboyante dans le rôle d’Esmeralda. La ravissante brunette nommée danseuse étoile l’année dernière a tout compris : elle campe une héroïne bouillonnante, pleine de vie, qui emporte les autres dans son tourbillon et dans sa danse. Celle qui ne sait pas désespérer finira cependant pendue à un gibet.

, ténébreux à souhait, campe un Frollo grave et austère tiraillé entre ses désirs charnels et sa conscience. Son obsession malsaine et tragique pour Esmeralda scellera le destin tragique de cette dernière – et le sien.

se révèle attendrissant dans le rôle de Quasimodo. Tendre, timide, hésitant, il faut le voir lever un regard craintif et éperdu d’amour vers Esméralda ! « Trop belle pour toi ! » semble lui dire le capitaine de la garde Phoebus, soudard bellâtre aux mœurs dissolues. Ce dernier est interprété par . Malgré les efforts de ce dernier, le rôle qui lui est imparti s’avère peu intéressant, tout autant d’un point de vue dramaturgique que chorégraphique. Par ailleurs, son costume saugrenu – qui ressemble à une combinaison de super-héros japonais – allié à une drolatique teinture blonde, ne contribuent pas à mettre en valeur ce personnage. Quelle mouche piqua M. Saint Laurent lorsqu’il créa ce costume ? On se le demande…

Le corps de ballet, très à l’aise dans cette chorégraphie inclassable, campe un peuple voyeur, versatile, inquiétant, incapable de discerner le bien et le mal.

L’adaptation de Petit ne laisse aucune place au pittoresque et opte pour la plus grande sobriété. Les décors sont dépouillés à l’extrême et la silhouette de Notre-Dame est réduite à ses lignes et ses nervures. Il en est de même pour les costumes colorés créés par Yves Saint Laurent. Un parti pris qui ne s’avère pas forcément heureux, l’adaptation de cette grande fresque historique aurait en effet pu mériter un traitement plus académique.

Crédit photographique: Anne Deniau / Opéra national de Paris

Plus de détails

Paris. Opéra Bastille. 5-VII-2014. Ballet de l’Opéra national de Paris : Notre-Dame de Paris. Ballet en deux actes et treize tableaux d’après le roman de Victor Hugo. Chorégraphie et mise en scène : Roland Petit, réglées par Luigi Bonino. Musique : Maurice Jarre. Décors d’après René Allio. Costumes : Yves Saint Laurent. Lumières : Jean-Michel Désiré. Répétitions : Gillian whittingham. Orchestre national d’Ile-de-France, direction musicale : Kevin Rhodes. Avec : Alice Renavand, Esmeralda ; Stéphane Bullion, Quasimodo ; Audric Bezard, Frollo ; Florian Magnenet, Phoebus.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.