Danse , Festivals, La Scène

Les Etés de la Danse accueillent le San Francisco Ballet

Plus de détails

Théâtre du Châtelet. 15/VII/14. Dans le cadre des Etés de la Danse. San Francisco Ballet : soirée Tomasson/Balanchine/Robbins. Caprice : chorégraphie : Helgi Tomasson (création 2014). Musique : Camille Saint-Saëns. Scénographie : Alexander V. Nichols. Costumes : Hollyn Hynes. Lumières : Christopher Dennis. Agon : chorégraphie : George Balanchine (1957). Musique : Igor Stravinsky. Lumières : Ronald Bates. Glass Pieces : chorégraphie : Jerome Robbins (1983). Musique : Philip Glass. Décor : Jerome Robbins et Ronald Bates. Costumes : Ben Benson. Lumières : Ronald Bates.

.

Fêtant son dixième anniversaire, le festival Les Etés de la Danse accueille de nouveau le San Francisco Ballet pour dix-huit soirées éclectiques et enthousiasmantes. Au programme, l’élégance, le brio et l’efficacité « made in » Californie…

Comme le New York City Ballet, le San Francisco Ballet compte à son répertoire de nombreuses pièces de George Balanchine et Jerome Robbins. Plusieurs d’entre elles seront données au cours des soirées programmées par la compagnie jusqu’au 26 juillet. Premier aperçu avec Agon de Balanchine, un ballet chorégraphié il y a 57 ans sur la saisissante partition éponyme d’Igor Stravinsky. Construit en miroir, le ballet pourtant abstrait, nous transporte au temps de l’amour courtois, dans les échos lointains d’une chasse à courre. Agon a en effet été conçu d’après un manuel de danse française datant de la Renaissance. C’est pourquoi on y distingue certains ports de bras ou inflexions de pied, mais aussi de rythmes typiques de la sarabande, de la gaillarde ou du bransle, littéralement transcendés par George Balanchine. La compagnie californienne se coule dans ce langage chorégraphique moderne et sophistiqué, acéré et diablement intelligent, qui n’a pas pris une ride. Dans le second pas de trois, Frances Chung fait preuve de chien et d’esprit face à ses partenaires Thomas Bieszka et Shane Wuerthner. On retiendra surtout le pas de deux de Sofiane Sylve et Luke Ingham, un superbe et solide couple aux lignes infinies, merveilleusement balanchiniennes.

Autre belle surprise avec Glass Pieces de Jerome Robbins, chorégraphié sur des extraits de Glassworks (Rubric et Façades) et le Funeral de l’opéra Akhnaten de Philip Glass. L’objectif du chorégraphe, qui s’inspirait pour la première fois d’une partition minimaliste, était de montrer la force de la vie dans une grande ville, entre la pression de la foule et le besoin d’intimité des individus. L’intéressant duo de Façades, formé par Kristina Lind et Tlit Helimets, est rehaussé par la frise mouvante de danseuses en fond de scène, d’un effet éminent graphique. Bravo à l’énergie et au dynamisme de toute la compagnie dans la troisième partie Akhnaten, formidablement rythmée, avec des danseurs homogènes et combattants qui emportent la salle.

Ces deux incontestables chefs d’œuvre sont malheureusement amoindris par le choix d’Helgi Tomasson, directeur artistique du San Francisco Ballet depuis 30 ans, de programmer en ouverture de cette soirée sa dernière création Caprice. Quel intérêt au 21ème siècle de créer un ballet classique sans argument et sans parti pris stylistique ? Le chorégraphe s’est inspiré de la personnalité de chacune des solistes virtuoses pour écrire trios et adages à leur mesure, sur fond de colonnes doriques et de lumière cuivrée. Maria Kochetkova, un peu précieuse, manque de tenue entre les bras du bodybuildé Davit Karapetyan. Brillante et élégante, Yuan Yuan Tan séduit dans son adage avec Luke Ingham, qui offre quelques portés astucieux.

Avec une compagnie techniquement impeccable, plus métissée que certaines compagnies classiques européennes, on ne boude cependant pas son plaisir, en attendant les prochaines soirées…

Crédit photographique :
© Erik Tomasson
(Sofiane Sylve et Anthony Spaulding dans Agon de Georges Balanchine)
(Glass Pieces de Jerome Robbins)

(Visited 452 times, 1 visits today)

Plus de détails

Théâtre du Châtelet. 15/VII/14. Dans le cadre des Etés de la Danse. San Francisco Ballet : soirée Tomasson/Balanchine/Robbins. Caprice : chorégraphie : Helgi Tomasson (création 2014). Musique : Camille Saint-Saëns. Scénographie : Alexander V. Nichols. Costumes : Hollyn Hynes. Lumières : Christopher Dennis. Agon : chorégraphie : George Balanchine (1957). Musique : Igor Stravinsky. Lumières : Ronald Bates. Glass Pieces : chorégraphie : Jerome Robbins (1983). Musique : Philip Glass. Décor : Jerome Robbins et Ronald Bates. Costumes : Ben Benson. Lumières : Ronald Bates.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.