À emporter, CD, Musique symphonique

Symphonies 4 et 16 de Pettersson de référence par Lindberg

Plus de détails

Allan Pettersson (1911-1980): Symphony No.4 et 16 + Vem fan är Allan Pettersson (Who the hell is Allan Pettersson?), documentaire 1973-1978 de Sigvard Hammer, Tommy Höglind, Martin Jordan & Gunnar Källström, 1 DVD durée 52’17 en suédois avec sous-titres en anglais. Jörgen Pettersson, saxophone alto. Orchestre symphonique de Norrköping, direction : Christian Lindberg. 1 SACD BIS-2110. Total time CD: 65’13.

 

Les Clefs ResMusica

BIS-CD-2110-362x362Chaque interprétation de la musique de Pettersson par établit une nouvelle référence, et c’est encore le cas pour les Symphonies n°4 et 16.

Le compositeur suédois a peut-être écrit la musique symphonique exigeante sur le plan physique, émotionnel et intellectuel de tout le répertoire. Bien que largement considéré comme le plus important compositeur symphonique de Suède, sa musique continue à lutter pour une plus large reconnaissance. Au début des années 1990, le chef et compositeur finlandais Leif Segerstam a commencé un cycle symphonique très prometteur avec l’, avant de laisser le projet incomplet pour des raisons inconnues. Depuis 2011, le tromboniste et chef a repris là où Segerstam s’était arrêté, et chaque nouvelle version, sous sa direction, a établi une nouvelle référence. Le présent album contient les Symphonies n ° 4 et 16, des œuvres qui sont mal connues même des amateurs du compositeur. Comme pour les précédents albums, il s’agit d’un enregistrement en studio réalisé quelques mois après que ces œuvres ont été jouées en concert à Norrköping.

La Symphonie n°4 peut être considérée comme une œuvre de transition entre les deux premiers styles de Pettersson. Dans ce travail, Pettersson commence à s’éloigner de l’énergie nerveuse et du caractère épisodique de la Symphonie n°3 pour une approche plus large et plus cohérente. Au premier abord, la Symphonie n°4 est l’une des symphonies les plus accessibles du compositeur, avec de longs épisodes chorals et  tonaux (souvent zébrés de dissonance) qui interagissent avec des passages plus atonaux. Ce conflit clairement affiché entre dissonance et consonance (typique de Pettersson) atteint des climax d’une intensité et d’une violence bouleversantes.

La principale  concurrence de Lindberg dans cette symphonie vient d’Alun Francis (CPO), qui met davantage l’accent sur ​​la violence (peut-être en réinterprétant certains des instructions dynamiques de Pettersson) et apporte un plus grand sentiment de désespoir. Toutefois, la capacité de Lindberg a maintenir un fil conducteur tout en soulignant le détail instrumental en fait un enregistrement de choix. Par exemple, écouter le jeu incroyablement délicat à 17:23, ou la clarté qu’il apporte à la percussion pendant le climax principal de l’œuvre à 22:02.

Dans les années 1970 le saxophone virtuose américain Frederick L. Hemke a demandé à Pettersson s’il serait prêt à écrire quelque chose pour le saxophone. Au lieu de recevoir une réponse, Hemke a reçu la partition de la Symphonie n °16. Bien que ce travail a été enregistré deux fois par des interprètes engagés (y compris Hemke lui-même), le soliste croit vraiment dans cette musique. Alors qu’il traite les passages virtuoses avec une apparente facilité, c’est son ton mélancolique et doux-amer qui est particulièrement mémorable lors des passages lyriques de l’œuvre. Il est difficile d’imaginer une interprétation plus convaincante pour que cette œuvre entre pleinement au répertoire des saxophonistes.

Peut-être l’aspect le plus satisfaisant de ces interprétations est le plus grand respect que l’ et Lindberg expriment pour cette musique. Grâce au respect fanatique de la partition, au travail acharné et  à un engagement à l’état pur, ce nouvel enregistrement (et les précédents enregistrements de ce cycle, symphonies n°1 et 2, n°6, n°9 sans  oublier les magnifiques Huit mélodies aux pieds nus) constitue l’argument le plus fort possible en défense de la grandeur méconnue de Pettersson.

Comme pour l’édition de la Symphonie n°9 l’an dernier, ce nouvel enregistrement comprend un DVD bonus avec le documentaire Vem är fan? (Mais qui donc est Allan Pettersson?). Réalisé en 1974, le documentaire se compose essentiellement de la caméra centrée sur le compositeur, qui parle à la fois d’une manière hésitante et excitée à propos de lui-même et de son chemin pour devenir compositeur.

Plus de détails

Allan Pettersson (1911-1980): Symphony No.4 et 16 + Vem fan är Allan Pettersson (Who the hell is Allan Pettersson?), documentaire 1973-1978 de Sigvard Hammer, Tommy Höglind, Martin Jordan & Gunnar Källström, 1 DVD durée 52’17 en suédois avec sous-titres en anglais. Jörgen Pettersson, saxophone alto. Orchestre symphonique de Norrköping, direction : Christian Lindberg. 1 SACD BIS-2110. Total time CD: 65’13.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Lire aussi :

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.