À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Chantal Santon Jeffery entre Purcell et Charpentier

Plus de détails

Henry Purcell (1659-1695) : « Sweeter than roses », « Hark! The echoing air a triumph sings », chaconne en sol mineur, « The plaint – O let me weep », Ground en ré mineur, « O Solitude! ». Marc-Antoine Charpentier (1643-1704) : « Auprès du feu l’on fait l’amour », « Profitez du printemps », « Tristes déserts », « Ah! Qu’on est malheureux », « Non, non, je ne l’aime plus », « Sans frayeur dans ce bois », « Ah! Laissez‐moi rêver ». Louis Couperin (1626-1661) : allemande en ré mineur. Jean de Sainte‐Colombe (c.1640-1700) : sarabande en passacaille. John Blow (1649-1708) : « A mad song ». Jacques Champion de Chambonnières (1601-1672) : chaconne en fa majeur. Demachy (?-1692) : gavotte en rondeau. Avec : Chantal Santon Jeffery, soprano ; Violaine Cochard, clavecin ; François Joubert‐Caillet, viole de gambe ; Thomas Dunford, archiluth ; Stephanie‐Marie Degand, violon. 1 CD. Agogique. AGO019. Code-barre : 3700675 500191. Enregistré du 28 au 31 mai 2014. Notice en français et anglais. Durée : 59’44’’.

 

Une passionnante passerelle entre deux cultures moins antithétiques qu’il n’y paraît.

SantonSi l’on a souvent fait le lien entre Purcell et Lully, notamment en opposant la musique scénique des deux compositeurs, on a moins pensé à associer la musique de l’Anglais avec la production de , son presque contemporain. C’est aujourd’hui l’option esthétique de cet intéressant CD que de mettre en parallèle des airs des deux musiciens au cours d’un fascinant programme thématique. Ce dernier nous permet de parcourir toutes les étapes menant des feux de l’amour — « Sweeter than roses », « Hark! The echoing air », « Auprès du feu l’on fait l’amour », « Profitez du printemps » – aux affres de la solitude – « Ah! Laissez‐moi rêver » « O Solitude! » – en passant par le chagrin de l’abandon – « O let me weep », « Tristes déserts » – ou les ravages de la folie. Les airs, minutieusement choisis, sont à chaque fois séparés par de ravissantes pièces instrumentales destinées à ajuster le thermomètre des passions.

Également à l’aise en anglais et en français, la soprano s’acquitte avec professionnalisme et probité de ce beau projet. Son instrument assez pauvre en harmoniques ne lui permet malheureusement pas de proposer les mille couleurs poétiques que d’autres interprètes avant elle – on pense notamment à Deller dans Purcell, à Ledroit dans Charpentier… – ont su donner à ces pages plus merveilleuses les unes que les autres. Les instrumentistes, visiblement animés d’un remarquable esprit d’équipe, soutiennent avec chaleur et compétence ce beau programme thématique destiné à jeter de fascinantes passerelles entre deux cultures dont on perçoit davantage les similitudes que les différences.

(Visited 288 times, 1 visits today)

Plus de détails

Henry Purcell (1659-1695) : « Sweeter than roses », « Hark! The echoing air a triumph sings », chaconne en sol mineur, « The plaint – O let me weep », Ground en ré mineur, « O Solitude! ». Marc-Antoine Charpentier (1643-1704) : « Auprès du feu l’on fait l’amour », « Profitez du printemps », « Tristes déserts », « Ah! Qu’on est malheureux », « Non, non, je ne l’aime plus », « Sans frayeur dans ce bois », « Ah! Laissez‐moi rêver ». Louis Couperin (1626-1661) : allemande en ré mineur. Jean de Sainte‐Colombe (c.1640-1700) : sarabande en passacaille. John Blow (1649-1708) : « A mad song ». Jacques Champion de Chambonnières (1601-1672) : chaconne en fa majeur. Demachy (?-1692) : gavotte en rondeau. Avec : Chantal Santon Jeffery, soprano ; Violaine Cochard, clavecin ; François Joubert‐Caillet, viole de gambe ; Thomas Dunford, archiluth ; Stephanie‐Marie Degand, violon. 1 CD. Agogique. AGO019. Code-barre : 3700675 500191. Enregistré du 28 au 31 mai 2014. Notice en français et anglais. Durée : 59’44’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.