Banniere-ClefsResmu-ok

Bonheur discophilique viennois par Decca

À emporter, CD, Musique symphonique

Wiener Philharmoniker « The orchestral edition ». 1 coffret de 64 CD Decca. Référence : 0289 478 6756 2. Livret de présentation en : anglais, allemand et japonais.

 

Les Clefs ResMusica

decca wiener philharmonikerPour célébrer ses 64 ans de collaboration avec l’, Decca publie un plantureux coffret de 64 disques. Le cadeau idéal !

Souvent l’exercice du coffret de fêtes se limite à reverser dans une grosse boite des piliers des catalogues. Le discophile-collectionneur émérite se retrouve ainsi souvent dans une posture sceptique devant des objets proposés trop souvent sans vrai travail éditorial. Cependant, de temps en temps, le mélomane exigeant se voit comblé par un produit, sur le fond très classique, mais finalement indispensable ! C’est ce qui arrive avec ce coffret Wiener Philharmoniker « The orchestral edition » qui puise une multitude de trésors des fonds Decca ! Si le Philharmonique de Berlin rime avec la Deutsche Grammophon, celui de Vienne fut, pendant longtemps, essentiellement lié à la marque britannique Decca, avec en porte drapeau le légendaire Ring, dirigé par , enregistré entre 1958 et 1965. Ce coffret de 64 disques célèbre les 64 ans de la relation entre le grand orchestre et les ingénieurs du son audiophiles Decca.

On retrouve donc dans ce coffret une sélection des enregistrements des Wiener Philharmoniker sous des baguettes comme celles de , , , , , , , , , , , , , , , Riccardo Chailly…qui dirigent des cycles complets, mais dépareillés, des symphonies de Beethoven, Brahms et Bruckner et des symphonies, poèmes symphoniques ou concertos de Beethoven, Brahms, Mahler, Schumann, Mendelssohn, Strauss ou Wagner sans oublier les bonbons viennois des concerts du Nouvel-an. Mais la rareté fait l’attrait du produit avec des interprétations forts oubliées comme les Symphonies n°2 et n°6 de Bruckner par , la Symphonie n°5 de Bruckner par ou les Symphonies n°7 et n°8 par . Ce même Solti est honoré par des Symphonies de Beethoven (n°5 et n°6), de Schumann (n°1 et n°2) et de (Ein Heldenleben). Du moderniste, Christoph von Dohnanyi, on retient deux albums géniaux : un couplage  Dvořák/Bartók (dont une intégrale indispensable du Mandarin Merveilleux) et un récital Berg-Schoenberg-Strauss avec . Du côté des viennoiseries, le sérieux emmène le philharmonique de Vienne en vacances sur les routes de campagne autrichiennes : enivrement garantit !

En conclusion, ces 64 disques sont indispensables à toute collection qui se respecte. Qui plus est, l’objet est en lui mêle des plus luxueux avec un très beau livret d’accompagnement.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article

Lire aussi :

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.