Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Les poésies de Mörike par Hugo Wolf

Plus de détails

Paris, Amphithéâtre Bastille. 30-I-2015. Hugo Wolf (1860-1903) : 27 Lieder extraits des Poèmes d’Eduard Mörike. Norbert Ernst, ténor ; Kristin Okerlund, piano.

norberternstC’est à peu près la moitié des poèmes de Mörike mis en musique par que le ténor et ont donnés à l’Amphithéâtre Bastille.

Visions fantastiques, méditations pieuses ou humoristiques : à l’exception des mélodies explicitement féminines, le bouquet choisi présente tous les aspects de ce recueil trop riche pour une seule soirée. Comme le souligne Stéphane Goldet dans l’intéressante note de programme, Wolf a su magnifiquement rendre la singularité de Mörike, ce mélange de mystique et de sensualité, où les elfes comprennent les symboles christiques, où le cavalier de feu chevauche sa rosse au son du tocsin, où le vent répond à la plainte amoureuse ou fait vibrer la harpe éolienne, où l’objet et la fleur se colorent d’émanations mystérieuses.

Remarqué dans des emplois de ténor de caractère à Vienne et à Bayreuth, sait parfaitement assouplir sa voix, certes assez légère, aux exigences du lied, pour dominer par exemple la noble ligne du Gesang Weylas. En véritable liedersänger, il possède le secret d’une diction vive et précise, d’une grande justesse des attaques et d’une voix mixte facile, qu’il utilise pour dessiner élégamment les phrases, surtout lorsque la nuance demandée dans l’aigu est le « piano ». L’effet est d’autant plus heureux que la plupart de ces mélodies sont écrites pour voix aiguë, et que les barytons qui les chantent le plus souvent ne peuvent que les assombrir.

Sur le plan expressif, le chanteur se montre très scrupuleux : le phrasé est travaillé, avec une véritable intention rhétorique et des recherches de variations (le « Wie süss » répété de trois façons différentes dans An eine Äolsharfe). Dans les mélodies qui peuvent donner lieu à des effets appuyés (Denk es, o Seele !), voire expressionnistes (Der Feuerreiter), Norbert Ernst s’en tient à une sobriété qui privilégie le chant et l’exactitude. Du coup, on peut trouver qu’il lui manque la puissance visionnaire qui caractérise les grands chanteurs de lieder : ainsi, la marche à pied de Fussreise ne touche pas terre, elle semble tout au plus rêvée. Il faut dire, malheureusement, que ne réussit jamais à lui offrir qu’un honnête accompagnement là où le piano aurait beaucoup plus à dire : entre autres, dans la mélodie à la main gauche du premier Auf eine Christblume (le second lied n’est curieusement pas chanté ce soir), ou encore dans la seconde partie de In der Frühe. Le récital n’appelle aucune autre réserve, et l’on ne peut que saluer l’initiative d’un programme aussi exigeant et aussi beau.

Crédit photographique : Norbert Ernst © Droits réservés official Website

Plus de détails

Paris, Amphithéâtre Bastille. 30-I-2015. Hugo Wolf (1860-1903) : 27 Lieder extraits des Poèmes d’Eduard Mörike. Norbert Ernst, ténor ; Kristin Okerlund, piano.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.