Banniere-ClefsResmu-ok

Abécédaire Tristan : B comme Berlioz

Aller + loin, Dossiers, Histoire de la Musique

Le 10 juin 1865 à Munich : Tristan et Isolde de Wagner, l’une des œuvres les plus importantes de l’histoire de la musique, est jouée pour la première fois. Un évènement que Resmusica a choisi de commémorer sous la forme d’un Abécédaire. Notre dossier : Abécédaire Tristan

 

berliozLe 10 juin 1865 à Munich : Tristan et Isolde de Wagner, l’une des œuvres les plus importantes de l’histoire de la musique, est jouée pour la première fois. Un événement que Resmusica a choisi de commémorer sous la forme d’un Abécédaire Tristan. Pour commencer, Tristan et… Berlioz.

et : deux prophètes, deux solitaires. Si leurs relations sont restées plus distantes que cordiales, la raison, pour une fois, n’était pas la muflerie de Wagner. Berlioz a toujours été l’objet de ses attentions : ainsi, en 1860, Wagner lui envoie la partition d’orchestre de Tristan, avec cette dédicace : « Au grand et cher auteur de Roméo et Juliette, l’auteur reconnaissant de Tristan et Yseult ». Berlioz mettra du temps à le remercier, ce qui restera pour Wagner, selon le chef d’orchestre Hans von Bülow, un « coup de poignard ». La rupture qui suit concerne encore Tristan : Berlioz, soucieux de dénoncer les égarements de la « musique de l’avenir » et de s’en dissocier, se montrera particulièrement dubitatif à l’endroit du prélude, dans un célèbre article :

« J’ai lu et relu cette page étrange ; je l’ai écoutée avec l’attention la plus profonde et un vif désir d’en découvrir le sens ; eh bien, il faut l’avouer, je n’ai pas encore la moindre idée de ce que l’auteur a voulu faire. » (À travers chants)

Lorsqu’il entendra, en juillet de la même année, le second acte de Tristan chanté par Wagner et Pauline Viardot, avec le compositeur Karl Klindworth au piano, il ne fera aucun commentaire sur la musique et les deux hommes ne se reverront plus.

Wagner, pourtant, fut sincère. Ce n’était pas seulement un calcul que de soumettre sa nouvelle oeuvre, non encore jouée, au plus grand critique parisien, c’était aussi une occasion de reconnaître sa dette envers le compositeur pionnier. Bien sûr, Tristan n’a pas de modèle, et Wagner n’a rien d’un imitateur. Mais on reconnaît une parenté entre Tristan et Roméo et Juliette, qui avait enthousiasmé Wagner, présent à la création de l’œuvre en décembre 1839. Des musicologues ont ainsi trouvé l’origine des deux thèmes les plus importants de Tristan, le premier du prélude et celui de la Liebestod (Mort d’amour d’Isolde) dans la séquence « Roméo seul ». En faisant chanter aux amants un immense duo d’amour, Wagner réalise même ce que Berlioz avait jugé impossible. Ce dernier expliquait en effet dans la préface de la partition son choix de faire de la « Scène d’amour » une pièce purement instrumentale :

« les duos de cette nature ayant été traités mille fois vocalement et par les plus grands maîtres, il était prudent autant que curieux de tenter un autre mode d’expression. C’est aussi parce que la sublimité de cet amour en rendait la peinture si dangereuse pour le musicien, qu’il a dû donner à sa fantaisie une latitude que le sens positif des paroles chantées ne lui eût pas laissée, et recourir à la langue instrumentale, langue plus riche, plus variée, moins arrêtée, et, par son vague même, incomparablement plus puissante en pareil cas. »

En définitive, la page de Berlioz n’est pas inférieure à celle de Wagner. Et la postérité, à l’image de Richard Strauss, a rendu hommage aussi bien à l’un qu’à l’autre de ces deux génies.

Photo : portrait de Berlioz par André Gill (Musée national du Château de Versailles)

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.