Concerts, La Scène

A Coppet, l’Académie Menuhin s’expose

Plus de détails

Coppet. Salle Communale. 1-VII-2015. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Concerto pour violon et cordes no. 1 en Si bémol majeur KV 207, Concerto pour violon et cordes no. 5 en La majeur KV 219. Joseph Haydn (1732-1809) : Concerto pour violoncelle et cordes no. 1 en do majeur (1762). Sofia-Marie Bergeron (violon), Eunice Saem Heo (violoncelle), Andriy Ostapchuk (violon). Ensemble des solistes de l’Académie Menuhin, direction Oleg Kaskiv.

VERimmaJUIN001-660x330La chaleur caniculaire semble ne pas avoir entravé les solistes de l’ pour présenter un concert plaisant devant un public d’avance tout acquit à la popularité des musiques offertes.

Sur son réseau social personnel, la violoncelliste Eunice Sam Heo note ces mots de Marylin Monroe : « Dans l’imperfection la beauté, dans la folie le génie, et il est préférable d’être totalement ridicule que totalement ennuyeux ». La jeune musicienne n’a certainement pas choisi cette citation au hasard. Elle en fait son credo personnel. Dans son interprétation du Concerto pour violoncelle no.1 de Joseph Haydn, elle le prouve à chaque instant. Parce que certes, il y avait quelques imperfections. Certes, il y avait de la folie. Et c’est bien à cause de cela que ce moment musical n’a jamais été ennuyeux. Ni ridicule d’ailleurs.

Empoignant cette œuvre (dont la partition originale a été redécouverte en 1961) avec une autorité et une énergie peu commune, elle raconte la musique avec le talent d’une véritable artiste. Un moment de pur bonheur.

Les deux autres solistes de cette soirée, s’ils ne déméritent pas n’ont pas le charisme de leur compagne. D’abord la canadienne donne une interprétation très polie du Concerto pour violon et orchestre n°1 de Mozart. Dotée d’une belle sonorité, elle propose une approche en douceur de son de cette partition. C’est beau, bien joué, mais elle manque encore d’audace. La crainte d’ouvrir le spectacle ? Possible.

Autre soliste de cette soirée concertante, propose une toute autre vue du maître de Salzbourg avec un violon beaucoup plus agressif que sa collègue canadienne. Le violoniste ukrainien rythme son interprétation avec des sons courts et appuyés. Ce qui pourrait paraître comme de la clarté instrumentale s’apparente plus à de la dureté. Une dureté de son frôlant parfois l’acidité. Malgré une énergie débordante, le poussant parfois à la faute, ne convainc pas totalement dans l’expression mozartienne.

Pour accompagner ces trois solistes, l’ensemble des solistes de l’ bien dirigé par le violoniste apporte un soutien de qualité aux trois solistes.

Crédit photographique : Les Solistes de l’Académie Menuhin © Menuhin Academy

(Visited 256 times, 1 visits today)

Plus de détails

Coppet. Salle Communale. 1-VII-2015. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Concerto pour violon et cordes no. 1 en Si bémol majeur KV 207, Concerto pour violon et cordes no. 5 en La majeur KV 219. Joseph Haydn (1732-1809) : Concerto pour violoncelle et cordes no. 1 en do majeur (1762). Sofia-Marie Bergeron (violon), Eunice Saem Heo (violoncelle), Andriy Ostapchuk (violon). Ensemble des solistes de l’Académie Menuhin, direction Oleg Kaskiv.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.