Plus de détails

Paris. Grand salon des Invalides. 28-IX-2015. Jean-Baptiste Lully (1632-1687) : extraits du prologue et de l’acte III d’Alceste ; extraits de Psyché ; François Couperin (1668-1733) : Deuxième suite des Pièces de viole ; Gaspard Le Roux (1660-1707 env.) : Passacaille extraite des Pièces de clavecin mises en concert. XVIII-21 Le Baroque nomade : Jean-Christophe Frisch, traverso et direction ; Cyrille Gerstenhaber, soprano ; Sharman Plesener,, violon ; Marion Larigaudrie, violon ; Andreas Linos, viole de gambe ; Rémi Cassaigne, théorbe ; Mathieu Dupouy, clavecin.

venise--visuel-droite-2

Le fondateur du lieu a disparu il y a 300 ans : l’ensemble XVIII-21 Le Baroque nomade donne des œuvres profanes du règne de Louis XIV et ayant trait de près ou de loin à la mort.

L’ensemble s’est mis aux dimensions de la salle, plutôt modestes : un instrumentiste par voix, mais le continuo est bien fourni. Les extraits de la tragédie lyrique Alceste, composée en 1674, l’année de la fondation des Invalides, n’en sont pas moins beaux et poignants. Cyrille Gerstenhaber est excellente : diction parfaite, belle expressivité, son chaleureux et bien travaillé. Dans l’air du prologue “Le héros que j’attends ne reviendra-t-il pas ?”, elle apporte juste ce qu’il faut de variété à cette phrase de la nymphe de la Seine, qui n’en finit pas de revenir. La pompe funèbre, dans l’acte III, offre notamment deux airs de déploration sur la mort d’Alceste. Là encore, les mêmes qualités se font entendre, jusque dans des appogiatures extrêmement soulignées. Enfin, dans la “Plainte italienne” de Psyché, présente dans la tragédie-ballet de Molière de 1671 et dans la tragédie lyrique de 1678 comme intermède, Cyrille Gerstenhaber imite à la perfection les pleurs (en italien) du personnage éponyme, qui vient d’apprendre son sacrifice à venir. Les alternances clavecin-théorbe au continuo et la belle présence des violons et de la flûte contribuent aussi à faire de ce dernier morceau du concert une très belle réussite.

La mort dans l’intimité aux Invalides

EnsembleLeBaroqueNomade_c_Droitsreserves

Entre les parties lyriques, Jean-Christophe Frisch a choisi des pièces instrumentales en configuration variable. Tout d’abord la deuxième suite des Pièces de viole de Couperin, un sommet de la musique pour viole de gambe. Le soliste et ses deux compères de la basse continue forment un ensemble très harmonieux. Andréas Linos à la viole respire bien, au propre comme au figuré, mais son jeu très lié, tout en longueur d’archet, donne parfois l’impression d’une grande débauche d’énergie pour relativement peu de son. Cela est sensible par exemple dans les aigus de la Fuguette, mais moins dans la Pompe funèbre (revoilà le thème) où on apprécie notamment des doubles-cordes magnifiques. Le dernier morceau, La chemise blanche, long, riche et très virtuose, est abondamment applaudi, à raison.

La suite en mi mineur de Lully, également attribuée à Marin Marais, à deux dessus, est une suite de danse plus ordinaire. Son dernier morceau, un Caprice, a la particularité de faire entendre une sonnerie de glas. Très beau, aux voix entremêlées de manière complexe, il nous rappelle l’omniprésence de la mort jusque dans la société de cour au temps de Louis XIV. Enfin, la trop courte passacaille de Gaspard Le Roux, lors de laquelle la chanteuse vient prendre la voix de basse à la viole de gambe, met en valeur successivement et tous ensemble les différents instruments.

Une soirée très réussie en définitive, où le public aura apprécié la proximité et la grande valeur des musiciens.

Crédits photographiques : Cyrille Gerstenhaber et Ensemble Le Baroque Nomade © DR

(Visited 360 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris. Grand salon des Invalides. 28-IX-2015. Jean-Baptiste Lully (1632-1687) : extraits du prologue et de l’acte III d’Alceste ; extraits de Psyché ; François Couperin (1668-1733) : Deuxième suite des Pièces de viole ; Gaspard Le Roux (1660-1707 env.) : Passacaille extraite des Pièces de clavecin mises en concert. XVIII-21 Le Baroque nomade : Jean-Christophe Frisch, traverso et direction ; Cyrille Gerstenhaber, soprano ; Sharman Plesener,, violon ; Marion Larigaudrie, violon ; Andreas Linos, viole de gambe ; Rémi Cassaigne, théorbe ; Mathieu Dupouy, clavecin.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.