Danse , La Scène, Spectacles Danse

Trip sous acide pour Naked Lunch de Club Guy & Roni

Plus de détails

Danse. Paris, Théâtre national de Chaillot. Club Guy & Roni : Naked Lunch (d’après Le festin nu, de William Burroughs). Chorégraphie : Guy Weizman, Roni Haver. Musique : Yannis Kyriakidis. Texte : Oscar van Woensel (Dood Paard). Actrice, dramaturgie : Veerle van Overloop. Percussions : Slagwerk Den Haag. Percussionistes : Pepe Garcia, Enric Monfort, Frank Wienk. Voix : Silbersee. Chanteurs : Steven van Gils, Tiemo Wang, Maciej Straburzynski. Costumes : Slavna Martinovic. Décor : Ascon de Nijs. Lumières : Wil Frikken. Son : Jannes Noorman, Clare Gallagher. Traduction, régie surtitres : Mike Sens. Images : Rinnert Veldman. Avec les danseurs Dunja Jocic, Roni Haver, Angela Herenda de Kroo, Camilo Chapela, Sofiko Nachkebiya, Adam Peterson, Igor Podsiadly, danseurs.

Opéra rock ou trip sous acide, le duo de chorégraphes Guy Weizman et Roni Haver met le feu à la grande salle du Théâtre national de Chaillot pour une adaptation théâtrale, chorégraphique et musicale du chef d’œuvre de William Burroughs, Naked Lunch ou Le Festin nu.

Le Festin nu est l’œuvre d’un homme brisé, qui tua par accident son amoureuse Joan Vollmer une nuit de fête au Mexique, dans les années 50. Quelques années plus tard, il transpose ce drame dans un univers psychédélique, marqué par l’alcool et les drogues. A leur tour, les deux chorégraphes d’origine israélienne Guy Weizman et Roni Haver, installés à Groninguen en Hollande, s’emparent de ce monument littéraire de la contre-culture américaine.

Au cœur du drame, la jeune femme est incarnée par l’actrice Veerle van Overloop, qui signe également la dramaturgie. Elle s’exprime en néerlandais, surtitré en français, sur une adaptation du texte signée par Oscar van Woensel, membre du collectif théâtral Dood Paard. Après avoir planté le décor et rappelé qu’elle allait mourir à la fin des 1h30 de spectacle, l’actrice se prête aux visions orgiaques et addictives de ses compagnons de scène.

Danseurs et musiciens, tous excellents, sont à l’unisson dans cet opéra rock et chorégraphique, qui déstructure le texte original pour en donner à voir les seules hallucinations d’une junkie défoncée à l’héroïne, le speed ou la téquila. C’est alors un défilé de personnalités étranges, personnages déjantés ou scènes loufoques qui déménagent.
Brute et intense, la danse est un mix entre l’énergie de la , où les deux chorégraphes ont fait leurs classes et la physicalité des chorégraphes belges ou hollandais, un territoire sur lequel Guy Weizman et Roni Haver sont implantés depuis quelques années.

L’atout maître du spectacle, décalé et déconstruit, réside cependant dans sa musique. La partition est signée Yanis Kyriadikis, et propose un parfait équilibre entre les percussionnistes virtuoses de Slagwerk Den Haag et les chanteurs polyphoniques de Silbersee. C’est magnifique… Multicartes, ils s’insèrent sur scène dans les pas des interprètes, se glissent dans un aquarium à roulettes, soutiennent les danseurs dans leurs acrobaties, pour un spectacle total et puissant.

Photo : © Reyer Boxem

(Visited 620 times, 1 visits today)

Plus de détails

Danse. Paris, Théâtre national de Chaillot. Club Guy & Roni : Naked Lunch (d’après Le festin nu, de William Burroughs). Chorégraphie : Guy Weizman, Roni Haver. Musique : Yannis Kyriakidis. Texte : Oscar van Woensel (Dood Paard). Actrice, dramaturgie : Veerle van Overloop. Percussions : Slagwerk Den Haag. Percussionistes : Pepe Garcia, Enric Monfort, Frank Wienk. Voix : Silbersee. Chanteurs : Steven van Gils, Tiemo Wang, Maciej Straburzynski. Costumes : Slavna Martinovic. Décor : Ascon de Nijs. Lumières : Wil Frikken. Son : Jannes Noorman, Clare Gallagher. Traduction, régie surtitres : Mike Sens. Images : Rinnert Veldman. Avec les danseurs Dunja Jocic, Roni Haver, Angela Herenda de Kroo, Camilo Chapela, Sofiko Nachkebiya, Adam Peterson, Igor Podsiadly, danseurs.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.