Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Cantate BWV 29 : sinfonia ; Ouverture n°3 BWV 1068 : aria ; Cantate BWV 169 : aria d’alto ; Cantate BWV 4 : aria de ténor ; Sonate pour violon seul n°1 BWV 1001 : preludio ; Prélude et fugue en ré mineur BWV 539 : fugue ; Cantate BWV 68 : aria de soprano ; Cantate BWV 208 : aria de soprano ; Cantate BWV 106 : sonatina ; Concerto en ut mineur pour deux clavecins et orchestre BWV 1060 : finale ; Missa BWV 233 : quoniam tu solus sanctus ; Choral BWV 645 ; Cantate BWV 202 : aria de soprano ; Concerto pour quatre clavecins et orchestre d’après Vivaldi BWV 1065. Michel Bouvard, François Espinasse, orgue. 1 CD La Dolce Volta. Enregistré en septembre 2015. Livret bilingue (français, anglais). Durée : 65:20

 

Les Clefs ResMusica

Bach_IsoirEn enregistrant ce disque de transcriptions de pièces de Jean-Sébastien Bach réalisées par , et n’imaginaient sans doute pas que le célèbre organiste dont ils furent l’élève disparaîtrait quelques semaines après la parution, ironie du sort le jour même de ses 81 ans.

Cet hommage prend donc une couleur toute particulière et illustre de belle manière le talent protéiforme de l’interprète qui comme un certain nombre d’organistes, était un transcripteur hors-pair. Dans ce programme mêlant essentiellement des concertos et des extraits de cantates, les deux interprètes se partagent les pièces, données sur un instrument moderne (inauguré d’ailleurs par Isoir lui-même en avril 1991), l’orgue Georg-Westenfelder de Fère-en-Tardenois (dans le département de l’Aisne), magnifiquement capté ici par François Eckert. Les transcriptions retenues, toutes parues aux Editions musicales Delatour, trouvent leur origine dans des pages restées très célèbres, un véritable festival allant de la sinfonia de la Cantate BWV 29 à l’aria de l’Ouverture BWV 1068 en passant par le preludio de la Sonate pour violon seul BWV 1001 ou le Choral Schübler BWV 645 dit « du veilleur », qui apparaît également dans la Cantate BWV 140. L’art d’ dans ces transcriptions réside dans cette faculté à ne pas charger les œuvres d’artifices, à rester fidèle à l’original, ce qui se ressent dans l’interprétation des deux organistes, dans le choix des registrations. Un véritable enchantement aussi bien dans les pièces virtuoses ou festives, que dans celles chantantes telles les arias de cantates ou dans celles plus méditatives. Une parution très réussie en soi et un bel hommage à la figure d’, dont le label La Dolce Volta a déjà réédité une part du legs discographique paru initialement sous étiquette Calliope.

Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Cantate BWV 29 : sinfonia ; Ouverture n°3 BWV 1068 : aria ; Cantate BWV 169 : aria d’alto ; Cantate BWV 4 : aria de ténor ; Sonate pour violon seul n°1 BWV 1001 : preludio ; Prélude et fugue en ré mineur BWV 539 : fugue ; Cantate BWV 68 : aria de soprano ; Cantate BWV 208 : aria de soprano ; Cantate BWV 106 : sonatina ; Concerto en ut mineur pour deux clavecins et orchestre BWV 1060 : finale ; Missa BWV 233 : quoniam tu solus sanctus ; Choral BWV 645 ; Cantate BWV 202 : aria de soprano ; Concerto pour quatre clavecins et orchestre d’après Vivaldi BWV 1065. Michel Bouvard, François Espinasse, orgue. 1 CD La Dolce Volta. Enregistré en septembre 2015. Livret bilingue (français, anglais). Durée : 65:20

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.