Danse , La Scène, Spectacles Danse

La fête se partage, selon Paulo Ribeiro, à Chaillot

Plus de détails

Paris. Théâtre national de la danse de Chaillot. 7-XII-2016. Paulo Ribeiro : La Fête (de l’insignifiance). Chorégraphie et direction : Paulo Ribeiro. Musique : Tom Zé, Matthew Shlomowitz, Ben Harper. Conseil et direction musicale : Miquel Bernat. Costumes : José Antonio Tenente. Lumières : Nuno Meira. Avec Ana Jezabel, Filipa Peraltinha, Teresa Alves da Silva, Rosana Ribeiro, Sao Castro, Allan Falieri, André Cabral, Antonio Cabrita, Joao Cardoso (danseurs), Miquel Bernat, Miguel Moreira (musiciens).

Créé au Portugal la nuit des attentats du 13 novembre 2015, La Fête (de l’insignifiance) est une fresque douce-amère et participative, hommage ensoleillé à la fête et à la musique brésilienne.

la-fete-03jose-alfredo-728x485 est un chorégraphe au parcours atypique : danseur, puis chorégraphe pour de grandes compagnies européennes, il ne crée sa propre compagnie qu’à la maturité, dans un désir de partage et de retour à son pays natal, le Portugal. La quête de ses racines, explorée dans certaines de ses pièces précédentes, se double aujourd’hui d’une nostalgie de son adolescence, baignée des standards de la Musique Populaire Brésilienne.

Pour La Fête (de l’insignifiance), il a puisé dans le répertoire expérimentaliste de , nourri aux rythmes de la samba et du tropicalisme. Sa Fête, à l’instar d’autres pièces chorales et joyeuses de , réside toute entière dans l’énergie et la complicité des interprètes. Décontraction et saudade, cette nostalgie typiquement portugaise, font bon ménage sur scène, entre mélancolie des heures déjà vécues et espoir de celles restant à vivre. Le mix de ces deux sentiments ambivalents crée une alchimie rare et généreuse, que les interprètes ont plaisir à partager avec le public.

Car cette pièce est véritablement participative. À plusieurs reprises, la salle est invitée à reproduire des mouvements qui lui sont indiqués par une ou un meneur de jeu : inspirer/expirer, faire une rotation du buste ou des épaules, imiter le geste du joueur de maracas ou mimer un frisson de peur ou d’étonnement. Le public répond à 100 % et se laisse embarquer dans la proposition, ravi d’avoir pris part, lui aussi, au spectacle. Entre plaisir d’offrir et joie de recevoir, c’est une manière profondément humaniste de voir la danse.

Photos : © José Alfredo

(Visited 315 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris. Théâtre national de la danse de Chaillot. 7-XII-2016. Paulo Ribeiro : La Fête (de l’insignifiance). Chorégraphie et direction : Paulo Ribeiro. Musique : Tom Zé, Matthew Shlomowitz, Ben Harper. Conseil et direction musicale : Miquel Bernat. Costumes : José Antonio Tenente. Lumières : Nuno Meira. Avec Ana Jezabel, Filipa Peraltinha, Teresa Alves da Silva, Rosana Ribeiro, Sao Castro, Allan Falieri, André Cabral, Antonio Cabrita, Joao Cardoso (danseurs), Miquel Bernat, Miguel Moreira (musiciens).

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.