À emporter, Audio, Musique symphonique

Un Chant de la Terre rugueux et lyrique par Jonathan Nott

Plus de détails

Gustav Mahler (1860-1911) : Le Chant de la Terre. Roberto Saccà, ténor ; Stephen Gadd, baryton ; Bamberger Symphoniker, direction : Jonathan Nott. 1 CD Tudor. Enregistré Salle Joseph-Keilberth à Bamberg (Allemagne), en février 2016. Durée : 61’28.

 

tudor mahler nottPour , au cours de l’année 1907, s’accumulèrent une série de mauvaises et tragiques nouvelles accentuant les affres d’une vie faite de luttes et de sacrifices.

Tour à tour le maestro fut poussé à la démission de son poste de directeur de l’Opéra de Vienne, frappé cruellement par la disparition de sa fille chérie à l’âge de cinq ans et terrassé  par l’annonce d’un terrible diagnostic l’assurant condamné à court terme par une insuffisance cardiaque majeure. Dans ce climat sombre il découvrit des poèmes chinois du VIIIe siècle adaptés par Hans Bethge. La culture en provenance de l’Extrême-Orient provoquait un engouement dans l’Europe de l’époque. L’atmosphère largement nostalgique des poèmes colora négativement le regard déjà fort altéré du créateur sur la vie. Mahler réalisa d’abord une partition réduite au piano fin août 1908 et travailla sur la partition d’orchestre pendant les mois suivants. Pour lui, il s’agissait bien d’un engagement symphonique. Mais, très superstitieux, il n’osa pas lui attribuer le titre de « Symphonie n° 9 » et se contenta de « Symphonie pour ténor et alto (ou baryton) et grand orchestre » où se mêlent et s’enrichissent mutuellement la voix et l’orchestre. La création se déroula le 20 novembre 1911 à Munich sous la direction de … six mois après la mort du maître autrichien.

Les versions enregistrées de ce chef-d’œuvre ne manquent pas car les meilleurs s’y sont illustrés, inspirés par le désespoir et le spectre de la mort approchante. Le chef britannique (55 ans) très impliqué, son orchestre de Bamberg (créé en 1946) porté par ses pupitres brillants et ses deux solistes investis en donnent un décryptage sans concession, à la fois dépouillé et ardent, austère et  bouleversant, intimidant et comminatoire. Le dernier mouvement Abschied (L’Adieu) mérite tous les éloges tant il inspire les interprètes, en particulier lors de la répétition saisissante du terme « Ewig » (« Éternellement »).

Une radiographie mahlérienne imposante et impressionnante, qui vient compléter une intégrale des symphonies de Mahler remarquée.

(Visited 506 times, 1 visits today)

Plus de détails

Gustav Mahler (1860-1911) : Le Chant de la Terre. Roberto Saccà, ténor ; Stephen Gadd, baryton ; Bamberger Symphoniker, direction : Jonathan Nott. 1 CD Tudor. Enregistré Salle Joseph-Keilberth à Bamberg (Allemagne), en février 2016. Durée : 61’28.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.