À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Les musiciens et la Grande Guerre : catharsis dans les services de santé

Plus de détails

Philippe Gaubert (1879-1941) : Sonate pour flûte et piano ; Médailles antiques, trio pour flûte, violon et piano. Jacques Ibert (1890-1962) : Noël en Picardie. Déodat de Séverac (1872-1924) : Sous les lauriers roses. Yasmine Hammani, violon. Pierre Pouillaude, flûte. Amaury Breyne, piano. 1 CD Hortus. Enregistré en septembre 2017 à l’Auditorium du conservatoire de Tourcoing. Livret bilingue (français/anglais). Durée : 58:15

 

catharsisGaubert, Ibert et Séverac ont participé à la Grande Guerre dans les services de santé. Au-delà de ce point commun militaire, chacun d’eux trouvera à sa manière le moyen de se purifier du traumatisme des tranchées.

La thématique de ce vingt-septième volume consacré aux musiciens de la Grande Guerre (volume précédé par Une mort mythique, À nos morts ignorés, Dans les services de santé le piano mobilisé…) nous fait entendre deux pièces de Gaubert composées durant les événements – la Sonate pour flûte et piano et le Trio avec flûte – et deux pièces de piano solo, respectivement le Noël en Picardie de et la rhapsodie sur des thèmes nationaliste de Séverac Sous les lauriers roses, écrite quelques mois après la fin du conflit.

Chacun à sa manière traite sa décharge émotionnelle libératrice : Gaubert par la quasi négation de l’horrible, Séverac par le retour aux traditions et Ibert par une sorte d’onirisme obsessionnel de sonneries de cloches et de procession. La légèreté et la fraîcheur, la vigueur et la joie, la solennité et la foi. On ne manquera pas de faire un parallèle entre ce Noël en Picardie et le Gibet du Gaspard de la nuit de Ravel : d’une part la même armure de six bémols et d’autre part le même si bémol encore plus obsédant puisqu’il dépasse largement les 153 imposés par Ravel !

L’interprétation qui nous est proposée garantit la justesse du point de vue : nos musiciens évitent avec soin le hors sujet d’une trop grande gaieté avec Gaubert, d’une trop grande naïveté folklorique avec Séverac et d’une lourdeur morbide avec Ibert. Le piano Steinway 1906 contribue lui aussi à retrouver un grain un peu différent des bêtes de concert moderne, plus proche de la sonorité des œuvres pour lesquelles il a été utilisé. Il reste enfin à souligner la fine analyse dans le livret.

Plus de détails

Philippe Gaubert (1879-1941) : Sonate pour flûte et piano ; Médailles antiques, trio pour flûte, violon et piano. Jacques Ibert (1890-1962) : Noël en Picardie. Déodat de Séverac (1872-1924) : Sous les lauriers roses. Yasmine Hammani, violon. Pierre Pouillaude, flûte. Amaury Breyne, piano. 1 CD Hortus. Enregistré en septembre 2017 à l’Auditorium du conservatoire de Tourcoing. Livret bilingue (français/anglais). Durée : 58:15

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.