FBS-ResMusica-mégaBannière

Concertos napolitains par La Ritirata

À emporter, CD, Musique d'ensemble

Neapolitan concertos for various instruments. Nicola Porpora (1686-1768) : sinfonia en ut majeur pour violoncelle, cordes et continuo. Francesco Mancini (1672-1737) : concerto pour flûte en sol mineur. Giovanni Battista Pergolesi (1710-1736) : concerto pour deux clavecins. Alessandro Scarlatti (1660-1725) : concerto pour flûte en ut majeur. Nicola Fiorenza (c.1700-1764) : concerto pour violoncelle en ré majeur ; concerto pour violon en ré majeur. Ensemble La Ritirata, violoncelle et direction : Josetxu Obregón. 1 CD Glossa. Enregistré à Cercedilla (Espagne) en septembre 2017. Livret en anglais, français, allemand, espagnol. Durée : 71:28

 

Les Clefs ResMusica

51DttXGcPSL._SS500Le baroque napolitain de la première moitié du XVIIIe siècle est une période très riche pour la musique instrumentale. C’est ce que prouve cet enregistrement de l’ensemble espagnol , qui choisit de mettre en avant tour à tour le violoncelle, la flûte à bec, le clavecin et le violon dans des concertos d’une belle vitalité.

La vie musicale à Naples reposait sur l’activité des quatre grands conservatoires de la ville, qui se partageaient l’organisation des célébrations civiles et religieuses, en plus de leur rôle d’enseignement. Les professeurs étaient des compositeurs de renom qui faisaient assaut d’inventivité pour briller sur la scène locale, favorisant ainsi une réelle émulation artistique. Les bibliothèques des conservatoires recélaient un patrimoine musical immense, riche de très nombreux concertos pour divers instruments, parmi lesquels et son ensemble ont sélectionné six exemples représentatifs. Le concerto napolitain se différencie de son homologue vénitien par une structure en quatre mouvements, selon le schéma de la sonate da chiesa. Il est le reflet de l’esprit de compétition qui règne entre les solistes et les compositeurs qui mettent en avant la virtuosité instrumentale. Parmi les plus prolifiques de ces compositeurs, citons Provenzale, Mancini, Porpora et Pergolesi. Quant à , il a participé activement à la vie musicale napolitaine comme maître de la chapelle royale, sans pour autant être issu de ces conservatoires.

De Scarlatti, a choisi un concerto pour flûte à bec où l’on peut admirer la maîtrise du contrepoint et la virtuosité de la flûtiste Tamar Lalo. Le concerto pour deux clavecins, dû à mais dont l’attribution est douteuse, présente une alternance entre les deux instruments solistes d’importance égale. Le concerto pour flûte de semble annoncer, par son lyrisme, le style galant. quitta Naples pour représenter ses opéras à Vienne, Venise et Londres, offrant ainsi une reconnaissance internationale au style napolitain. Il était un maître de chant très réputé. Son concerto pour violoncelle choisi pour cet enregistrement, intitulé sinfonia, fait preuve d’un lyrisme maîtrisé. Quant à , dont on entend ici deux concertos, il est la belle découverte de ce programme, principalement dans le concerto pour violon qui clôture l’enregistrement et qui se rapproche, avec ses trois mouvements, du concerto vivaldien. Une écriture virtuose, une riche ornementation, de brusques contrastes sont la marque d’un compositeur au fort tempérament.

Avec cet enregistrement, La Ritirata fête ses dix ans d’existence. Les excellents musiciens réunis par le violoncelliste font preuve d’une grande maîtrise de ce style élégant et fougueux qui fit la réputation musicale de Naples.

Banniere-clefdor1-aveclogo

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.