Banniere-ClefsResmu-ok

Le Vaisseau Fantôme dans l’eau et les flammes à l’Opéra de Rennes

La Scène, Opéra, Opéras

Rennes. Opéra. 5-V-2019. Richard Wagner (1813-1883) : Der Fliegende Holländer, opéra en trois actes sur un livret du compositeur, d’après les Mémoires de Schnabelewopski de Heinrich Heine. Mise en scène : Beverly et Rebecca Blankenship. Assistante mise en scène : Jane Piot. Décors ; costumes : Peer Palmowski. Lumières : Hans-Joachim Koester. Chef de chant : Elisa Bellanger. Avec : Almas Svilpa, Der Holländer ; Martina Welschenbach, Senta ; Patrick Simper, Daland ; Samuel Sakker, Erik ; Doris Lamprecht, Mary ; Yu Shao, Der Steuermann. Chœur d’Angers Nantes Opéra (Chefs de chœur : Gildas Pungier & Xavier Ribes). Orchestre Symphonique de Bretagne, direction musicale : Rudolf Piehlmayer

Fliegende Holländer Rennes ccPeer PalmowskiDe retour à l’Opéra de Rennes où il a déjà été donné en version demi-scénique avec l’Orchestre de Bretagne sur scène, Der Fliegende Holländer de Wagner est cette fois interprété avec les musiciens en fosse et une scène remplie de vingt mille litres d’eau, sur laquelle évolue une très bonne distribution.

La jauge de l’Opéra de Rennes n’est que de six cent cinquante places, mais on y a récemment joué Lohengrin puis Die Walküre de Wagner, pour revenir cette saison à Der Fliegende Holländer (Le Vaisseau Fantôme). La dernière fois que l’ouvrage y avait été vu, prouvait déjà que l’Orchestre de Bretagne possède les ressources pour déployer cette partition, encore mieux dynamisée cette année par la direction du chef Rudolf Piehlmayer, déjà remarqué pour Norma la saison passée.

Son énergie dès l’Ouverture laisse promettre de superbes moments pendant les deux heures quinze de musique sans interruption, jusque chez les cuivres, dont les cors presque toujours justes s’accordent aux brillantes trompettes. Le fait de ne posséder que trois contrebasses limite forcément quelques maintiens de tension, notamment sous les airs du Holländer, mais les bassons ainsi que le hautbois et le cor anglais soutiennent parfaitement l’action avec les groupes de violons, ainsi que les grandes scènes de Senta.

LE VAISSEAU FANTÔME / WAGNER Der fliegende Holländer Opéra en trois actes sur un livret de Richard Wagner. Mise en scène Beverly et Rebecca Blankenship Scénographie et costumes Peer Palmowski Lumières Hans-Joachim Koester Orchestre Symphonique de Bretagne (Direction Grant Illewellyn) Direction musicale Rudolf Piehlmayer Choeur d’Angers-Nantes Opéra (Direction Xavier Ribes) Choeur de chambre Mélisme(s) (Direction Gildas Pungier) Holländer Almas Švilpa Senta Martina Welschenbach Daland Patrick Simper Erik Samuel Sakker Mary Doris Lamprecht Steuermann Yu Shao
La production des sœurs Blankenship, dont Rebecca était auparavant elle-même soprano, consiste en une scène remplie d’eau, sur laquelle la distribution évolue en botte, les pieds et chevilles noyés sous la surface. La création de cette production en 2017 à Hagen ne peut occulter l’idée qu’elles ont sans doute vu celle du Pelléas et Mélisande d’Alex Ollé pour la Semperoper de Dresden créée en 2015, avec déjà ce procédé très ambitieux, qui fonctionne à nouveau à merveille dans l’opéra marin de Wagner. Le décor se limite donc à des cordes à l’acte I, tirées du plafond comme pour amarrer un navire, puis à des cordes autour d’une poulie, tendue par les fileuses à l’acte II, avant un acte III où la présence du feu ajoute un l’effet symbolique à celui procuré par l’eau.

Le co-dirigé par et montre autant de ferveur que l’orchestre, puissant et volumineux dès l’apparition des matelots, pourtant seulement une quinzaine, puis flamboyant chez les femmes ensuite, jusqu’à un magnifique chœur mixte au dernier acte avant celui sombre et fantomatique des Hollandais, amplifié de la coulisse. campe un Holländer grave sans excès de noirceur, presque égal par la couleur au Daland de , là où Bayreuth et certaines salles germaniques font souvent le choix d’un timbre plus profond pour le premier. réussit à bien faire vivre son personnage d’Erik grâce à un haut-médium parfaitement projeté, quand on remarque également la Mary vaillante de . complète, avec un excellent Steuermann encore mieux porté qu’à Lille, une distribution dont se démarque particulièrement la Senta de Martina Welschenbach, auparavant dans la troupe du Deutsche Oper Berlin, où elle portera à nouveau le rôle l’an prochain. D’abord soprano lyrique, l’artiste développe sa carrière vers des rôles plus lourds, pour une Senta jamais trop ample dans cette salle, superbe par sa détresse face à l’histoire du Hollandais et scintillante dans sa ballade, à réentendre à Nantes et Angers en juin.

Crédits photographiques : photo 1 © Peer Palmowski ; photo 2 © Laurent Guizard

 


Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.