À emporter, Audio, Musique symphonique

Christian Tetzlaff prodigieux dans les concertos de Beethoven et Sibelius

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Concerto pour violon et orchestre en ré majeur, op. 61. Jean Sibelius (1865-1957) : Concerto pour violon orchestre en ré mineur, op. 47. ChristianTetzlaff, violon. Deutsches Symphonie-Orchester Berlin, direction : Robin Ticciati. 1 CD Ondine. Enregistré les 30 et 31 octobre 2018, Maison de la Radio de Berlin (Sibelius), les 16 et 17 novembre 2018 (live), Philharmonie de Berlin (Beethoven). Notice bilingue : anglais et allemand. Durée : 71:22

 

Les Clefs ResMusica

Entre les interprétations standardisées  et les libertés vis-à-vis du texte – de plus en plus fréquentes  – restent néanmoins des exécutions minutieuses, respectueuses et inspirées. La preuve vient d’en être administrée avec cet enregistrement d’une poésie débridée, irrésistible et superlative.

wlzyhfzw78ukb_600L’affaire n’était pas évidente compte tenu des innombrables lectures brillantes ayant enrichi l’histoire de l’enregistrement. Le Concerto pour violon en ré majeur de Beethoven (1806) et celui en ré mineur de Sibelius, élaboré un siècle plus tard (1905), continuent à enchanter les auditeurs du monde entier, génération après génération.

Si le classement discographique regorge de lectures sublimes, il laissera volontiers une place de choix au violon vertigineux de Christian Tetzlaff admirablement soutenu par le chef Robin Ticciati aux commandes du Deutsches Symphonie-Orchester Berlin, actif depuis plus de sept décennies, qu’il dirige depuis 2017.

Les Allegros qui débutent et achèvent les deux concertos maintiennent à tout moment l’attention et charment avec leurs mélodies et leurs rythmes inaltérables. Les mouvements lents centraux invitent au songe et à la mélancolie. Le Larghetto beethovénien avec sa longue méditation rêveuse gagne des sommets de spiritualité. Situation qu’approche à sa manière l’Adagio di molto de Sibelius, sincère admirateur de l’art du maître de Bonn.

Christian Tetzlaff maîtrise parfaitement les deux chefs-d’œuvre même si l’on perçoit subrepticement quelques articulations un peu raides et tantôt des timbres légèrement rugueux, mais sans dénaturer la qualité de sa prestation. Une interprétation prodigieuse d’intelligence et de sensibilité qui comptera durablement dans la mémoire des mélomanes et les annales de l’enregistrement.

(Visited 718 times, 1 visits today)

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Concerto pour violon et orchestre en ré majeur, op. 61. Jean Sibelius (1865-1957) : Concerto pour violon orchestre en ré mineur, op. 47. ChristianTetzlaff, violon. Deutsches Symphonie-Orchester Berlin, direction : Robin Ticciati. 1 CD Ondine. Enregistré les 30 et 31 octobre 2018, Maison de la Radio de Berlin (Sibelius), les 16 et 17 novembre 2018 (live), Philharmonie de Berlin (Beethoven). Notice bilingue : anglais et allemand. Durée : 71:22

 
Mots-clefs de cet article
[addtoany buttons="facebook,twitter,email"]
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.