À emporter, CD, Musique de chambre et récital, Pour ou Contre

Pour ou contre les sonates de Scarlatti par Lucas Debargue ?

Plus de détails

Domenico Scarlatti (1685-1757) : Sonates K. 6, K. 14, K. 25, K. 27, K. 32, K. 41, K. 45, K. 69, K. 105, K. 106, K. 107, K. 109, K. 113, K. 115, K. 125, K. 172, K. 192, K. 193, K. 196, K. 211, K. 212, K. 206, K. 214, K. 242, K. 244, K. 247, K. 253, K. 258, K. 260, K. 268, K. 302, K. 308, K. 343, K. 404, K. 405, K. 414, K. 431, K. 443, K. 438, K. 447, K. 461, K. 462, K. 468, K. 469, K. 474, K. 477, K. 491, K. 521, K. 526, K. 531, K. 534, K. 535, K. 545. Lucas Debargue, piano. 4 CD Sony Classical. Enregistrés à la Jesus-Christus-Kirche de Berlin en septembre 2018. Notice en français, anglais et allemand. Durée totale : 3:55:06

 

52 sonates de Scarlatti. Autant que de semaines en une année. Une sorte de bain de jouvence, un Ludus personnel et savant destiné à réveiller l’âme et les doigts. nous fait ici une proposition. Sa proposition. Un choix assumé de bout en bout. Il déplait ou séduit. Il choque et nous oppose. Avec ce « Pour ou contre », nous vous présentons deux opinions opposées sur cette nouvelle parution.

Un Scarlatti joyeusement expérimental

Scarlatti Debargue SonyCes Essercizi per gravicembalo ravivés par Horowitz, Gieseking et Casadesus, Grinberg, Hess, Lipatti, Gilels, Michelangeli, Haskil et Bartók, devaient éveiller, chez ces pianistes du passé, quelque chose de spécial pour qu’ils s’y plongent avant la première intégrale, au clavecin, de dont le souvenir a bouleversé . Celui-ci avait prévenu qu’il reviendrait tôt ou tard à Scarlatti et après quatre sonates gravées pour Sony et tant d’autres jouées en concert, il a relevé le défi.

Voici ses petits univers clos, entre haïkus, aphorismes et nouvelles, dont le pianiste s’ingénie, dans un premier temps, à en extraire les sèves populaires et aristocratiques mêlées. Il est peu soucieux de l’apparence. Sa quête est celle d’un catalogue d’expressions, qui est tout sauf décoratif. En multipliant les possibilités de jeux et d’accents rythmiques, en triturant en tous sens les ornements, il crée son propre paradis du goût. Les influences de tel ou tel instrument (guitare, clavecin), les chants et chorégraphies de tel ou tel folklore (italien, espagnol, portugais, français) passent au second plan. Il s’agit donc bien d’une appropriation car Lucas Debargue refuse, à l’évidence, d’entrer dans le moule convenu d’un « style ». Cette possession exclusive est dans un premier temps dérangeante parce qu’elle pose d’emblée la nature intemporelle du style de Scarlatti – tout comme chez Bach. Une sorte de conception baroque et autodidacte s’impose, l’oriflamme d’un après-. Ici, la netteté, la finesse d’un côté, la puissance et la percussivité des attaques de l’autre ne sont pas contradictoires. De fait, l’articulation la plus anguleuse, les contrastes dynamiques violents ne brisent jamais la projection du chant, à peine soutenu par la pédale. Cette pulsation verticale que l’on perçoit dans d’autres époques et bien loin de la cour d’Espagne (avec quelques exceptions dans les sonates K. 468 et K. 469, par exemple, marquées d’un pas rageur comme chez le Padre Soler) font songer à Gurdjieff voire à certains minimalistes. L’ivresse de l’Arménien et les tensions de la musique répétitive des américains et des baltes ne sont pas si éloignées du caractère hypnotique de ces Scarlatti. D’où le choix, pour l’essentiel, de pièces rapides. Peu d’adagios ou d’andantes, mais des sonates tournoyantes, obsessionnelles (K. 253) et modulantes sans fin, dont les traits et silences ne manquent ni d’humour ni de panache. Une fois encore Lucas Debargue interpelle l’auditeur d’un « et alors ? » magistral. (SF)

Un Scarlatti à la limite de la surinterprétation et loin de la spontanéité

Voici un vaste voyage qui commence plutôt mal. La sonate K. 206 en tête de premier disque, interminable (neuf minutes avec les reprises !), augure d’un parcours du combattant pour l’auditeur : accentuation cagneuse et progression hésitante, vu les incessants changements de tempi, les rallentandi quelque peu outrés, les ornements pensés en dehors de toute progression agogique, ou les oppositions de registres dynamique surlignées. La K. 531 qui s’y enchaîne semble presque ânonnée dans un tempo d’études, avec cette coquetterie du détaché systématique, de l’exacerbation des pauses et des silences, et avec cette insistance quasi-maniaque d’accentuer identiquement certaines cellules obsessionnellement répétées.

Tout concourt dans cette approche à un certain maniérisme (K. 6) et à la recherche de l’expressivité pour elle-même, à la limite de la surinterprétation (par exemple l’insistance sur les modulations et dissonances inattendues de la K. 244) loin de la spontanéité jaillissante. Le pianiste transmute le clavier moderne ci et là en une sorte de clavecin émasculé, ou parfois en une guitare géante (K. 105) dans l’accentuation brutale des accords, ou en vihuela plus fantomatique (K. 211) par le halo d’une pédale subitement retrouvée, mais globalement la sonorité demeure souvent monocorde, notamment dans les acciacatura (K. 214).

Les tempi sont souvent soutenus et parfois interchangeables, dans une relative indifférence face aux indications de mouvements mentionnées au fil des diverses éditions… l’andante K. 404 devient allegro, et l’allegro K. 405 un presto (non sans quelques ruptures, derechef, et dans le mouvement et une exacerbation du ralentissement des dernières mesures), le prestissimo K. 45 nous paraît subitement bien sage. Ailleurs, la multiplication des ruptures met à mal la logique du discours musical (K. 414). Parfois c’est la précipitation qui l’emporte : subitement la K. 125 devient une caccia furieuse. Ailleurs, c’est le déhanchement des phrasés qui devient gênant : pourquoi tant de brisures dans la K. 115 tant inspirées par le caractère de la danse, un fandango stylisé au profil rythmique ici trahi ? Ailleurs, c’est parfois le morcellement de la phrase ou des idées musicales (K. 462) qui sacrifie toute vision d’ensemble de certaines sonates.

Mais pourquoi diable s’être imposé un tel marathon (cinquante-deux sonates fixées seulement en neuf jours de studio !), opter de la sorte pour une fatale interchangeabilité d’approche et tomber dans le piège des réflexes interprétatifs confinant aux tics, au détriment de la variété insigne de ces pages ? Lucas Debargue a-t-il péché par jeunesse, gourmandise, ou orgueil ? Sa démarche se voulait sans doute sincère, mais la réalisation en semble autant affectée qu’alambiquée, avec quelques fléchissements et une certaine fatigue inévitables. (BH)

Plus de détails

Domenico Scarlatti (1685-1757) : Sonates K. 6, K. 14, K. 25, K. 27, K. 32, K. 41, K. 45, K. 69, K. 105, K. 106, K. 107, K. 109, K. 113, K. 115, K. 125, K. 172, K. 192, K. 193, K. 196, K. 211, K. 212, K. 206, K. 214, K. 242, K. 244, K. 247, K. 253, K. 258, K. 260, K. 268, K. 302, K. 308, K. 343, K. 404, K. 405, K. 414, K. 431, K. 443, K. 438, K. 447, K. 461, K. 462, K. 468, K. 469, K. 474, K. 477, K. 491, K. 521, K. 526, K. 531, K. 534, K. 535, K. 545. Lucas Debargue, piano. 4 CD Sony Classical. Enregistrés à la Jesus-Christus-Kirche de Berlin en septembre 2018. Notice en français, anglais et allemand. Durée totale : 3:55:06

 
Mots-clefs de cet article
  • _pia_pia

    Ça veut dire quoi? Pourquoi de telles critiques?

  • charakterkopf

    L’ironie de publier cette critique le lendemain de l’article perspicace de Christian Merlin dans Le Figaro sur le manque de curiosité et d’intérêt pour la plupart des artistes qui méritent d’être connus aujourd’hui. Le sujet : un récital Scarlatti de Yevgeny Sudbin offert par les Concert de Monsieur Croche, annulé à cause d’une salle vide. « Dès qu’un interprète a un potentiel d’attraction sur le public, il occupe le terrain de façon totalement disproportionnée », dit M. Merlin.

    ResMusica nous donne l’exemple parfait en nous dévoilant les deux – et seuls – dieux de Scarlatti à idolâtrer : Lucas Debargue, un pianiste de 29 ans, et Scott Ross, un claveciniste mort il y a 30 ans. On dirait qu’avant Debargue, personne n’a joué Scarlatti depuis Ross, mais c’est une représentation erronée, un récit fallacieux et manipulateur.

    Où est Yevgeny Sudbin ? Dans la cimetière des pianistes cités dans cette critique, Sudbin, grand spécialiste de Scarlatti de nos jours, est une exception du simple fait qu’il est encore vivant !

    Au clavecin, l’omission de tout artiste sauf Scott Ross est insidieuse. Depuis l’enregistrement de son intégrale des sonates de Scarlatti, soutenue par France Musique dans les années 1980, le sujet de Scarlatti et sa discographie font polémique. Oublions Leonhardt et Verlet dans les années 1970 et passons à l’époque post-Ross.

    Où est Pierre Hantaï, qui depuis 1993 a sorti 7 volumes de Scarlatti au clavecin pour Astrée et Mirare qui ont tous été primés ? Où est Lillian Gordis (2019), issue de l’école Leonhardt via Hantaï et Sempé, la première femme en France d’avoir enregistré Scarlatti depuis Verlet en 1976 ? Il paraît que ResMusica n’a même pas daigné publier une critique de ce disque exceptionnel alors que il est très apprécié, plus récemment en Allemagne par Fono Forum. Aucune mention de Bertrand Cuiller (2010). Ni de Jean Rondeau (2019) ou Justin Taylor (2018).

    Quand on a une telle panoplie d’artistes à explorer, pourquoi utiliser votre plateforme pour endoctriner les gens à idolâtrer un seul artiste ou école d’interprétation, en réprimant tous les autres ? Pourquoi homogénéiser un marché déjà beaucoup trop homogène et conformiste ?

    • Loin de nous, l’envie de manquer de curiosité quant au choix des artistes, qu’ils « aient un potentiel d’attraction sur le public » ou pas. Il semble que la liste, ce mois-ci, des chroniques parues dans ResMusica, le démontre clairement. Je vous rappelle que l’album Scarlatti de Yevgeny Sudbin a été chroniqué sur ResMusica (https://bit.ly/2q6ZgQU).

      Lucas Debargue est (aussi) un artiste important. Le fait qu’il soit davantage médiatisé que d’autres musiciens devrait-il nous interdire d’en parler ?

      Loin de nous l’envie de nier l’existence des interprétations pour le clavecin que vous citez. Debargue cite le nom de Scott Ross, claveciniste qui a marqué son temps, notamment par le fait qu’il a été le premier à enregistrer l’intégrale Scarlatti. Nulle part dans l’article il n’est mentionné ou même suggéré que les « seuls dieux de Scarlatti à idolâtrer » seraient Scott Ross et Lucas Debargue. L’introduction de l’article est précise : « Lucas Debargue nous fait ici une proposition. Sa proposition. Un choix assumé de bout en bout. Il déplait ou séduit. Il choque et nous oppose. » Cordialement, Stéphane Friederich

      • charakterkopf

        Franchement choqué que vous avez supprimé mes commentaires qui dévoilaient un potentiel conflit d’intérêt : que Stéphane Friédérich est un directeur artistique à l’École Normale, où a étudié Lucas Debargue, et que ses affiliations professionnelles compromettent son éthique journalistique. Une presse sérieuse aurait apprécié ces questions. L’agression de ResMusica et ses écrivains me laisse penser qu’il s’agit bien d’un conflit d’intérêt et « cover-up » flagrants.

        [suite du message supprimé par la rédaction de ResMusica]

        • Jean-Christophe Le Toquin

          Bonjour,

          Notre rubrique « Pour ou contre? » suscite de nombreux commentaires. Les admirateurs de M. Debargue sont consternés que nous nous attaquions à cet artiste, tandis que ceux qui comme vous contestent son talent fustigent l’opinion de M. Friédérich. D’autres encore ne comprennent même pas l’intérêt d’une rubrique qui donne la parole à des points de vue opposés, ce principe du débat contradictoire étant pourtant plus vieux encore que « Le masque et la plume » ou « La Tribune des critiques de disques » qui occupent les ondes depuis des décennies.

          Si M. Friédérich avait été « contre » le disque de M. Debargue, d’aucuns y auraient vu l’expression de la jalousie d’un critique aigri contre un élève surdoué. Que M. Frédiérich lui reconnaisse du talent, et certains y voient la preuve d’un conflit d’intérêt.

          Ce que l’on peut dire, c’est que ResMusica a publié une critique comprenant deux avis opposés rédigés par des rédacteurs prenant la responsabilité publique de leurs écrits.

          Ce que l’on peut regretter, c’est qu’au lieu de soutenir ResMusica pour avoir eu l’indépendance de publier des avis opposés, et de remercier les deux critiques qui ont accepté de se confronter en toute confraternité, vous vous focalisez sur la partie de l’article qui ne correspond pas à vos vues et vous cherchez à tenter de jeter le discrédit sur l’ensemble de la rédaction.

          Nous vous invitons à prendre du recul et à regarder l’ensemble de notre démarche éditoriale.

          Ce fil de discussion est désormais clôt.

          Jean-Christophe Le Toquin
          Médiateur

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.