À emporter, Danse , Essais et documents, Livre

Pina Bausch racontée par Rosita Boisseau

Plus de détails

Pina Bausch, de Rosita Boisseau et Laurent Philippe. Nouvelles éditions Scala, 2019, 180 photos, 192 pages, 35 euros.

 

Dix ans après la mort de , la journaliste propose une lecture croisée de l’œuvre de la grande chorégraphe allemande, qui aura traversé un demi-siècle de danse. De magnifiques photos de accompagnent ce beau livre.

C’est un parfait complément à Danser Pina, le livre d’entretiens avec les danseurs du que , critique au Monde et à Télérama, avait publié l’année dernière chez Textuel. Se recentrant ici sur le parcours, l’œuvre et l’univers artistique de , Rosita Boisseau opte pour une double entrée chronologique et thématique.

Côté chronologique, elle fait un zoom sur onze pièces majeures de la chorégraphe, du Sacre du Printemps, créé en 1978 à …Como el mesguito, son ultime pièce en 2009. Rosita Boisseau place chaque pièce dans le contexte de sa création, raconte l’éblouissement de la scène d’ouverture ou les scènes les plus fortes et n’hésite pas à décrire la pièce. Avec son regard de critique, elle remet aussi ces spectacles en perspective, racontant ce qu’ils sont devenus, et élaborant ainsi un travail rétrospectif essentiel.
Dans une langue alerte et connivente, elle entraîne le lecteur dans un flot de sentiments et d’émotion, délaissant parfois l’analyse. Celle-ci est davantage réservée aux chapitres thématiques, dont les intitulés sont des plus originaux. « Danser parler », pour décrire l’esthétique Tanztheater unique inventée par Pina, « Land Art » pour rappeler l’importance de la nature dans les scénographies signées puis . « La vie en robe du soir » pour les somptueuses robes en biais signées qui sont la marque de la chorégraphe et enfin « Voyage voyage » pour se remémorer les résidences et les coproductions internationales acceptées depuis 1986 par la chorégraphe dans des métropoles du monde entier.

Chaque page, ou presque, est accompagnée d’une des 180 magnifiques photographies de qui suit et travaille avec de nombreuses compagnies de danse contemporaine depuis la fin des années 1980. Un précieux travail documentaire qui n’exclut pas la beauté intense des images et des interprètes qu’elles ont figé dans le temps.

Plus de détails

Pina Bausch, de Rosita Boisseau et Laurent Philippe. Nouvelles éditions Scala, 2019, 180 photos, 192 pages, 35 euros.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.