À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

J’Ouïs, nouveau disque jouissif de l’ensemble Multilatérale

Plus de détails

Gérard Grisey (1946-1998) : Talea pour flûte, clarinette, piano, violon et violoncelle. Tristan Murail (né en 1947) : Treize couleurs du soleil couchant pour flûte, clarinette, piano, violon et violoncelle. Fausto Romitelli (1963-2004) : Domeniche alla periferia dell’impero, Prima domenica pour flûte, clarinette, violon et violoncelle ; Domeniche alla periferia dell’impero, Seconda domenica : Omaggio a Gérard Grisey pour flûte flûte, clarinette, violon et violoncelle. Franck Bedrossian (né en 1971) : The Spider as an artist pour violoncelle solo. Yann Robin (né en 1974) : Fterà II pour clarinette basse, piano et violoncelle. Ensemble Multilatérale, direction : Léo Warynski. 1 CD Empreinte Digitale. Enregistré en juin 2019 à l’auditorium du conservatoire Egard Varèse de Gennevilliers. Notice en français et anglais. Durée : 59:50

 

choisit d’orienter le nouvel enregistrement de l’ autour de la musique spectrale. 

CD_JOuisLa programmation de ce disque débute et se conclut par le diptyque de , composé entre 1995 et 2000. Domeniche alla periferia dell’impero, Prima domenica marque dans l’écriture du compositeur une émancipation de son héritage spectraliste vers d’autres sphères que la musique savante. A partir d’une cellule basée sur un son aspiré par la flûte, les trois autres instruments que sont la clarinette, le violon et le violoncelle de Multilatérale captivent dans ce modelage de la masse sonore, attirant l’écoute sur toutes les aspérités et anfractuosités du son. Avec la musique de Romitelli qui considérait le son comme « une matière où s’immerger », les quatre interprètes fusionnent les timbres de leurs instruments dans un mouvement circulaire et organique, jusqu’à un éclat « J’ouïs »-sant.

Le second Domeniche met lui l’accent sur l’invention timbrale, la continuité du flux musical et l’association des couleurs instrumentales, trois points communs avec le compositeur auquel souhaite rendre hommage à travers cette oeuvre. Ce sont d’ailleurs ses influences, notamment rock, que Fausto Romitelli revendique.

Le co-fondateur de l’école spectrale est présent avec Talea pour flûte, clarinette, piano, violon et violoncelle. Composée entre 1985 et 86, cette musique de plus d’un quart d’heure explore deux aspects du discours musical que sont la rapidité et le contraste. En deux parties enchaînées sans interruption, Grisey énonce deux angles auditifs (polyphonique et homophonique) d’un seul phénomène large. Multilatérale se caractérise par une superbe précision virtuose face à ces figures rythmiques rapides dont les possibilités de ruptures semblent inépuisables. La lecture qui en est faite est agréablement dramatique pour une pièce marquant un tournant stylistique pour ce compositeur.

Les cinq interprètes caractérisent à merveille les Treize couleurs du soleil couchant de , célèbre « dérive harmonique » de deux sons où les instruments tiennent un rôle structurel marquant : la flûte et la clarinette jouent les intervalles générateurs de la musique, alors que le violon et le violoncelle les font dériver en glissant par micro-intervalles ou en dévoilant les harmoniques des sons ou leur intermodulation. On souligne la performance technique de l’ face à cette écriture particulièrement complexe en termes de sonorités, que ce soit sur la pression d’archet ou sur l’utilisation de micro-intervalles (jusqu’au huitième de ton).

Le fondateur de l’ensemble Multilatérale, , fait naturellement partie de cette programmation avec Fterà II. Comme le révélait à ResMusica (lire notre entretien), son défi est la gestion des énergies et la gradation dans le matériau saturé. Dans cette œuvre dont le titre signifie « les ailes » en grec, les timbres saturés s’étirent et se déforment par le biais d’un piano percutant, d’une clarinette basse incisive et d’un violoncelle fantasmagorique qui transcendent cette interprétation.

The Spider as an artist de , représentant comme du courant de la « saturation », cherche à expérimenter de nouvelles textures sonores au sein d’un discours musical polyphonique, et cela même si la pièce n’est réservée qu’à un violoncelle solo. Cet « inouï », l’évoquait déjà il y a quelques années (lire notre entretien). En bref, ce nouveau disque mené par Léo Warynski est une merveille présentant un répertoire parfaitement maîtrisé par son ensemble Multilatérale.

Plus de détails

Gérard Grisey (1946-1998) : Talea pour flûte, clarinette, piano, violon et violoncelle. Tristan Murail (né en 1947) : Treize couleurs du soleil couchant pour flûte, clarinette, piano, violon et violoncelle. Fausto Romitelli (1963-2004) : Domeniche alla periferia dell’impero, Prima domenica pour flûte, clarinette, violon et violoncelle ; Domeniche alla periferia dell’impero, Seconda domenica : Omaggio a Gérard Grisey pour flûte flûte, clarinette, violon et violoncelle. Franck Bedrossian (né en 1971) : The Spider as an artist pour violoncelle solo. Yann Robin (né en 1974) : Fterà II pour clarinette basse, piano et violoncelle. Ensemble Multilatérale, direction : Léo Warynski. 1 CD Empreinte Digitale. Enregistré en juin 2019 à l’auditorium du conservatoire Egard Varèse de Gennevilliers. Notice en français et anglais. Durée : 59:50

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.