Aller + loin, Dossiers, Histoire de la Musique

Arrêt sur image : Johannes Brahms et Johann Strauss aux thermes

Plus de détails

ResMusica sort de vieilles photographies du placard pour faire ressurgir des souvenirs musicaux, scéniques, chorégraphiques… artistiques en somme. Pour accéder au dossier complet : Arrêt sur image

 

Deux monstres sacrés de la musique classique du XIXe siècle que peu de traits esthétiques réunissent, mais respectueux voire enthousiastes des réalisations de l’autre, se rencontrent dans la station thermale de Bad Ischl, ville située en Haute-Autriche.

4203720346_b4128529dd_b et Johann Strauss II se font photographier dans la station thermale de Bad Ischl, non loin de Salzbourg, une des plus renommées d’Europe, dont les activités débutent en 1823, et bientôt élevée au rang de résidence d’été impériale de l’empereur François-Joseph. Le cliché date du 2 septembre 1894.

Les deux musiciens se tiennent debout côte à côte appuyés contre une balustrade derrière laquelle on distingue à quelques mètres une végétation dense. A gauche se trouve Johann Strauss fils. Très soigné, avec des cheveux noirs épais coiffés en arrière, une haute moustache dense foncée également. Une veste noire avec son gilet assorti recouvre une chemise blanche, un pantalon gris clair tombe sur des chaussures noires, brillantes. Son bras droit pend le long du corps et la main gauche prend appuie sur la balustrade en bois. Son allure générale très élégante contraste avec celle de manifestement moins soucieux de son apparence. Il porte ses longs cheveux blancs mis en arrière sans grand soin et une abondante barbe blanche. Il est vêtu d’une large redingote noire et pose, lui aussi, les mains sur la rambarde. On remarque chez lui une certaine obésité. Tous les deux regardent en direction du photographe avec une certaine bienveillance et une relative décontraction.

Les deux hommes nourrissent l’un envers l’autre des sentiments amicaux, en dépit de leur personnalité très différente et de leur musique fortement dissemblable qu’une grande partie des pays germaniques, et bien au-delà, considère comme appartenant au meilleur du génie germano-autrichien. Le compositeur allemand ne cache pas son intérêt pour les dons de mélodiste et les valses entraînantes de son ami qui, de son côté, aime sa compagnie mais ne goûte pas aveuglément sa musique.

Les deux artistes se connaissent depuis des années. Le fameux chef les a présentés et rapidement, le courant passe entre les deux musiciens en dépit de leur tempérament opposé. Brahms se rend à Bad Ischl au cours des huit dernières années de son existence, soit de 1889 à 1896, mais ne manque pas de se rendre au concert à Vienne pour se délecter des musiques de Strauss, notamment lorsque celui-ci dirige chaque semaine. Johann Strauss possède une belle propriété à Bad Ischl où il reçoit son fameux collègue originaire de Hambourg. Signalons que dans une ville proche Brahms reçoit régulièrement durant plusieurs étés (1893-1896), plus impressionné par ses qualités de direction d’orchestre que par sa musique elle-même.

Brahms et Strauss se rencontrent régulièrement, partagent sans fard aucun leur musique, le piano, de bons repas, de délicieux cigares et de précieux moments de silence mais aussi des journées en compagnie de la femme de Strauss, Adèle, que Brahms apprécie. Une de ses dernières sorties au théâtre sera pour une opérette de son ami La Déesse et la Raison en 1897, sans pouvoir rester jusqu’à la fin.

Brahms né en 1833, âgé de 61 ans au moment du cliché, a constitué un catalogue exceptionnel abordant tous les genres (sauf l’opéra), romantique, passionné et parfaitement maîtrisé, qui sut charmer le monde des mélomanes. Il s’était installé dans la capitale austro-hongroise en 1863. Il mourra trois ans plus tard, le 3 avril 1897, des suites d’un cancer du foie. Son ami Johann Strauss fils, le « roi de la valse », né à Vienne en 1825, lui, survivra deux années, s’éteignant le 3 juin 1899, victime d’une pneumonie. Brahms et Liszt l’admiraient, Wagner l’appréciait également.

Crédits photographiques : Johann Strauss II (1825-1899) avec Johannes Brahms (1833–1897), photographie prise à Bad Ischl à 1894 © Image libre de droit

Plus de détails

ResMusica sort de vieilles photographies du placard pour faire ressurgir des souvenirs musicaux, scéniques, chorégraphiques… artistiques en somme. Pour accéder au dossier complet : Arrêt sur image

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.