À emporter, Audio, Musique symphonique

Guido Cantelli, un grand talent perdu

Plus de détails

Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) : Symphonies n° 5 et n° 6 « Pathétique » ; Roméo et Juliette, ouverture-fantaisie. Gioachino Rossini (1792-1868) : ouvertures de L’assedio di Corinto et La gazza ladra. Alfredo Casella (1883-1947) : Paganiniana op. 65. Richard Wagner (1813-1883) : Idylle de Siegfried. Felix Mendelssohn (1809-1847) : Symphonie n° 4 « Italienne » (deux versions, de 1951 et 1955). Robert Schumann (1810-1856) : Symphonie n° 4. Johannes Brahms (1833-1897) : Symphonies n° 1 et n° 3. Maurice Ravel (1875-1937) : Pavane pour une Infante défunte ; Daphnis et Chloé, suite n° 2. Manuel de Falla (1876-1946) : El Sombrero de tres Picos (Le Tricorne), suite n° 2. Claude Debussy (1862-1918) : Prélude à l’après-midi d’un Faune ; deux Nocturnes (Nuages – Fêtes) ; La Mer ; Le Martyre de saint Sébastien, quatre fragments symphoniques. Paul Dukas (1865-1935) : L’Apprenti sorcier. César Franck (1822-1890) : Symphonie en ré mineur. Franz Schubert (1797-1828) : Symphonie n° 8 « Inachevée ». Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Une plaisanterie musicale K. 522 ; Symphonie n° 29. Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Symphonies n° 5 (mouvements II à IV + extraits de sessions d’enregistrement) et n° 7. « Remembering Guido Cantelli », un documentaire parlé (en anglais) du producteur Jon Tolansky, agrémenté d’extraits musicaux, répétitions et témoignages de musiciens. Orchestra del Teatro alla Scala (Milan) ; Orchestra Stabile Accademia di Santa Cecilia (Rome) ; Philharmonia Orchestra ; NBC Symphony Orchestra ; direction : Guido Cantelli. 10 CD Warner Classics. Enregistrés entre le 9 mai 1949 et le 5 juin 1956 au Teatro Argentina, Rome ; au Studio n° 1, Abbey Road ; au Royal Festival Hall et au Kingsway Hall, Londres ; au Carnegie Hall, New York. Textes de présentation en anglais, français et allemand. Durée totale : 10 heures 4 minutes 24 secondes de musique et 54 minutes 10 secondes de documentaire

 

Pour le centenaire de la naissance du chef d’orchestre , Warner Classics lui consacre un coffret réunissant ses enregistrements de studio réalisés pour EMI.

Guido-Cantelli_The-Complete-Warner-RecordingsLe contenu de cette parution reprend celui de l’album sorti en 2012 par EMI dans le cadre de la série « Icon ». Avec deux différences : le coffret Warner renferme une version alternative de la Symphonie n° 4 « Italienne » de Mendelssohn, gravée en 1951, ainsi que des extraits de sessions d’enregistrement de la Symphonie n° 5 de Beethoven ; puis, il profite de nouveaux repiquages, effectués par Art et Son Studio à partir des meilleures sources disponibles (le coffret EMI offrait, pour la plupart des plages, les reports du label Testament). Une sélection de ces transferts récents a déjà été incluse dans le coffret des soixante-quinze ans du Philharmonia Orchestra (des Mendelssohn, Schumann, Mozart, Brahms, Tchaïkovski, Ravel, Debussy et Dukas… la Clef ResMusica).

Avec son programme présenté dans un ordre chronologique, cette publication laisse pourtant des impressions mitigées. Ce n’est pas en raison de la qualité des interprétations signées Cantelli, celles-ci étant légendaires, bien que variables (des excellents Brahms ou Mendelssohn versus un Franck assez peu convaincant). Le coffret Warner séduit par le luxe de son aspect éditorial (en dépit des erreurs dans les dates de certains enregistrements), mais il agace par ses repiquages imparfaits, pas aussi bons qu’ils le devraient, leur restitution au disque n’est pas idéale, peut-être en raison du pressage. Par exemple, la sonorité dans la Symphonie n° 4 de Schumann est moins bonne dans le coffret qu’en téléchargement haute définition, encore qu’il s’agisse des mêmes transferts Warner, l’édition physique ayant vraisemblablement fait l’objet d’un filtrage supplémentaire, car le son est plus dur, et la sonorité de la scène plus tassée.

En outre, l’autre souci provient de l’inévitable vieillissement des bandes. Ainsi, l’Idylle de Siegfried de Wagner ne dégage plus l’atmosphère dont s’imprègnent les reports de Testament, nettement plus réussis par leur présence et l’émotion qui en résulte. Ici, cette œuvre sonne plutôt de façon étouffée, tout comme la Symphonie n° 1 de Brahms. Par ailleurs, les anciennes éditions d’EMI proposent une sonorité plus agréable à l’oreille pour la Symphonie de Franck, la Symphonie n° 8 « Inachevée » de Schubert, de même qu’Une plaisanterie musicale K. 522 et la Symphonie n° 29 de Mozart. Pour un certain nombre de ces enregistrements sortis maintenant par Warner, on observe des problèmes d’égalisation, avec un excès de bas-médium qui crée un effet de masque.

Parmi les points forts de ce coffret, listons les Debussy et Ravel, ainsi que la Symphonie n° 6 « Pathétique » de Tchaïkovski et la Symphonie n° 4 « Italienne » de Mendelssohn (version de 1955), dont les repiquages permettent de se délecter de la délicatesse du geste du chef italien et de frémir d’émotion dans les climax pleins d’intensité.

Ce nouveau coffret dévolu aux legs discographique de n’est toutefois pas un must have pour tous ceux qui possèdent déjà ses gravures.

(Visited 130 times, 1 visits today)

Plus de détails

Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) : Symphonies n° 5 et n° 6 « Pathétique » ; Roméo et Juliette, ouverture-fantaisie. Gioachino Rossini (1792-1868) : ouvertures de L’assedio di Corinto et La gazza ladra. Alfredo Casella (1883-1947) : Paganiniana op. 65. Richard Wagner (1813-1883) : Idylle de Siegfried. Felix Mendelssohn (1809-1847) : Symphonie n° 4 « Italienne » (deux versions, de 1951 et 1955). Robert Schumann (1810-1856) : Symphonie n° 4. Johannes Brahms (1833-1897) : Symphonies n° 1 et n° 3. Maurice Ravel (1875-1937) : Pavane pour une Infante défunte ; Daphnis et Chloé, suite n° 2. Manuel de Falla (1876-1946) : El Sombrero de tres Picos (Le Tricorne), suite n° 2. Claude Debussy (1862-1918) : Prélude à l’après-midi d’un Faune ; deux Nocturnes (Nuages – Fêtes) ; La Mer ; Le Martyre de saint Sébastien, quatre fragments symphoniques. Paul Dukas (1865-1935) : L’Apprenti sorcier. César Franck (1822-1890) : Symphonie en ré mineur. Franz Schubert (1797-1828) : Symphonie n° 8 « Inachevée ». Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Une plaisanterie musicale K. 522 ; Symphonie n° 29. Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Symphonies n° 5 (mouvements II à IV + extraits de sessions d’enregistrement) et n° 7. « Remembering Guido Cantelli », un documentaire parlé (en anglais) du producteur Jon Tolansky, agrémenté d’extraits musicaux, répétitions et témoignages de musiciens. Orchestra del Teatro alla Scala (Milan) ; Orchestra Stabile Accademia di Santa Cecilia (Rome) ; Philharmonia Orchestra ; NBC Symphony Orchestra ; direction : Guido Cantelli. 10 CD Warner Classics. Enregistrés entre le 9 mai 1949 et le 5 juin 1956 au Teatro Argentina, Rome ; au Studio n° 1, Abbey Road ; au Royal Festival Hall et au Kingsway Hall, Londres ; au Carnegie Hall, New York. Textes de présentation en anglais, français et allemand. Durée totale : 10 heures 4 minutes 24 secondes de musique et 54 minutes 10 secondes de documentaire

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.