À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Un répertoire pour les accordéons microtonals du duo Xamp

Plus de détails

Juan Arroyo (né en 1981) : Sospeso pour deux accordéons microtonals. Bastien David (né en 1990) : On-Off pour deux accordéons microtonals. Julien Malaussena (né en 1980) : Les Ateliers portatifs pour deux accordéons microtonals. Victor Ibarra (né en 1978) : Estudio del trazo pour deux accordéons microtonals. Davor B. Vincze (né en 1983) : Copy-Paste pour deux accordéons microtonals. Regis Campo (né en 1968) : Licht ! pour deux accordéons microtonals. Duo Xamp : Fanny Vicens et Jean-Étienne Sotty. 1 CD Initiale. Enregistrement au CNSM de Paris en janvier 2018. Durée : 52:49

 

Les deux accordéons microtonals du duo Xamp (Fanny Vicens et Jean-Étienne Soty) n’existent que depuis 2015 mais les interprètes se sont déjà forgés un répertoire à la faveur de plusieurs commandes comme en témoigne ce premier CD paru chez Initiale (le nouveau label du CNSM), qui réunit six pièces intégrant la microtonalité. 

ON-OFF_The-New-Sound-of-the-Accordion_InitialeEntendons nous bien. L’accordéon microtonal conçu par nos deux interprètes avec la complicité du facteur Philippe Imbert ne modifie pas fondamentalement l’instrument chromatique existant. Il conserve en effet le même ambitus, les possibilités polyphoniques de chacun de ses claviers, ses couleurs de base et la qualité sonore de l’instrument. Pour obtenir le total infrachromatique (24 quarts de ton) sur l’accordéon, deux des quatre voix du clavier droit ont été accordées un quart de ton plus haut, le clavier gauche restant inchangé. Ainsi l’instrument microtonal vient-il exacerber les richesses timbrales et la dimension spectrale de l’accordéon chromatique. C’est dans cet univers de sons inouïs que nous introduisent les deux interprètes avec une courte improvisation (Jeu Bois) mêlant résonance des bols et trame sonore des deux accordéons qui sondent les divisions infimes du ton.

Sospeso (suspendu) du compositeur péruvien Juan Arroyo se concentre sur le phénomène de la vibration, du tremblement comme celui du sol de son pays qu’il a bien souvent ressenti et éprouvé dans son corps : variations sur les vitesses de propagation du son dans les différents registres de l’instrument, du son lisse aux granulations diverses, en passant par le son bruité obtenu avec le soufflet. Le troisième et dernier mouvement opère une projection musclée d’accords exploitant les effets stéréophoniques entre les deux instruments, Arroyo élaborant un espace et une résonance artificielle sur un instrument qui en est dépourvu.

C’est précisément cette dimension spécifique qui intéresse Bastien David dans On-off (ouvrir-fermer) qui donne son titre à l’album : faire entendre le mécanisme des boutons qui coupent net le son comme un interrupteur, via un jeu de filtrage des accords entendus. Le mouvement s’accélère et le procédé s’exacerbe, de la note au bruit, celui des boutons toujours, nous privant de la chair du son. Julien Malaussena, à l’instar du compositeur croate Davor Branimir Vincze, explore le son et les ressorts du geste instrumental à travers de forts contrastes de matière et de registres. Dans Les ateliers portatifs (le titre est emprunté au peintre Bernard Guerbadot), les textures rejoignent parfois celles de l’orgue à bouche sheng ou regardent vers les « outrenoirs » à la Soulage, avec de jouissives granulations lorsque les sonorités s’inscrivent dans le registre extrême grave des instruments. Le geste de glissando tourne à l’obsession (effet de sons à l’envers) chez Malaussena tandis qu’il traverse l’espace sonore de Copy-paste (copier-coller) de Vincze. Le titre vise un procédé bien connu de nos jours avec lequel jongle le compositeur dans cette pièce foisonnante, un rien labyrinthique et hautement virtuose pour nos deux interprètes dont l’un joue sur l’accordéon chromatique. Estudio del Trazo, l’œuvre courte du mexicain Victor Ibarra, peut également s’interpréter sur deux accordéons chromatiques. La microtonalité lui permet d’approcher plus précisément la richesse spectrale du son, les deux accordéons ouvrant au maximum l’espace à explorer. Licht! de Régis Campo est un hommage à Gérard Grisey, compositeur et accordéoniste qui fut le professeur de Campo. À ce titre, la pièce relève de l’esthétique spectrale, regardant là encore vers l’orgue à bouche et ses lents déploiements de l’image sonore. Concentrée (elle joue sur le balancements de deux accords) autant qu’immersive, la pièce fait apprécier les sonorités irisées des deux instruments solidaires et le caractère vibratoire restitué avec beaucoup de finesse par les Xamp. Jeu Tubes qui referme l’album fait écho à Jeu bois, confrontant dans un même espace microtonal le profil ondulatoire des tubes sonores aux fréquences irisées des accordéons : expérience d’écoute autant que gestes ritualisants.

(Visited 218 times, 1 visits today)

Plus de détails

Juan Arroyo (né en 1981) : Sospeso pour deux accordéons microtonals. Bastien David (né en 1990) : On-Off pour deux accordéons microtonals. Julien Malaussena (né en 1980) : Les Ateliers portatifs pour deux accordéons microtonals. Victor Ibarra (né en 1978) : Estudio del trazo pour deux accordéons microtonals. Davor B. Vincze (né en 1983) : Copy-Paste pour deux accordéons microtonals. Regis Campo (né en 1968) : Licht ! pour deux accordéons microtonals. Duo Xamp : Fanny Vicens et Jean-Étienne Sotty. 1 CD Initiale. Enregistrement au CNSM de Paris en janvier 2018. Durée : 52:49

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.