Livestream, Opéra

Une Bohême « de luxe » à Munich, avec Jonas Kaufmann et Rachel Willis-Sørensen

Plus de détails

Munich. Bayerische Staatsoper. 30-XI-2020. Giacomo Puccini (1858-1924) : La Bohême. Opéra en quatre tableaux (1896) sur un livret de Luigi Illica et Giuseppe Giacosa. Mise en scène : Otto Schenk. Scénographie : Rudolf Heinrich. Avec : Rachel Willis-Sørensen, Mimi. Mirjam Mesak, Musetta. Jonas Kaufmann, Rodolfo. Andrei Zhilikovsky, Marcello. Sean Michael Plumb, Schaunard. Tarek Nazmi, Colline. Andres Auguledo, Parpignol. Christian Rieger, Benoit. Karel Martin Ludvik, Acindoro. Chœur de la Bayerische Staatsoper. Bayerische Staatsorchester, direction : Asher Fisch. Opéra enregistré en direct sans public le 27 novembre, diffusé sur le site du Bayerische Staatsoper

Après Otello dans le répertoire dramatique, revient au répertoire lyrique avec Rodolfo dans La Bohême de Puccini au Bayerische Staatsoper, dans une reprise de l’ancienne production d’ qui donne aujourd’hui l’occasion à de faire ses débuts à Munich dans le rôle de Mimi.

jonas_kaufmann_seligestunde_0623_final_gregor_honenberg_sonyclassical_small
La mise en scène efficace d’ affiche un classicisme de bon goût : pas de transposition hasardeuse, une lecture au premier degré qui rend justice aux Scènes de la vie de bohème d’ en s’appuyant sur une scénographie réaliste aux décors soignés dépeignant parfaitement le Paris du XIXᵉ siècle en quatre tableaux bien caractérisés depuis l’emblématique mansarde jusqu’à la barrière d’octroi sous la neige, en passant par le festif café Domus. Le jeu d’acteur, millimétré, convainc de bout en bout, en alternant avec subtilité et intelligence scènes comiques (impayable Benoit de ) et scènes dramatiques dont l’acte final constituera le sommet. Seuls signes des temps troublés que nous vivons actuellement, la réduction des effectifs sur scène et notamment des chœurs dans les scènes de foule de l’acte II et un serveur masqué à la terrasse du café Domus !

rachel-willis-sorensen

Le casting vocal de premier ordre, particulièrement homogène, est dominé par la prise de rôle très éloquente de (Mimi) : puissance d’émission, ligne de chant joliment nuancée, fluidité dans le « parlar cantando », longueur de souffle, vibrato bien contenu et ambitus étendu répondent à un (Rodolfo) au timbre un peu sombre, qui impressionne par sa facilité vocale dans tous les registres, comme par l’émouvante fragilité de ses aigus filés, faisant du duo d’amour très romantique de l’acte I un moment d’intense émotion. Face à ce duo réuni pour la première fois au Bayerische Staatsoper, le solide Marcello (Andrei Zhilikovsky) et la piquante Musetta () ne déméritent pas, tant par leur stature vocale que par leur engagement scénique. Schaunard (Sean Michael Plumb) séduit à chacune de ses courtes interventions, tandis que Colline (Tarek Nazmi) négocie avec beaucoup de naturel et d’humilité son air célèbre du manteau à l’acte IV. Avec un tel casting on ne s’étonnera pas de la qualité des ensembles vocaux dont le magnifique quatuor de l’acte III. L’agonie de Mimi constitue indiscutablement le climax de cette lente progression dramatique, instant clé où tout se conjugue : jeu d’acteur, voix et orchestre pour nous tirer les larmes…

Dans la fosse, l’orchestre de l’opéra de Munich conduit avec maestria par participe également de la qualité de cette production par sa dynamique enlevée comme par son phrasé très narratif et coloré qui donne vie, par son foisonnement de timbres, aux différentes ambiances et suit de façon très réactive toutes les inflexions de la dramaturgie.

Au plan technique, on signalera la qualité de la prise de son bien équilibrée et une captation visuelle particulièrement efficace alternant vues d’ensemble et gros plans d’acteurs.

Un magnifique moment d’opéra, à voir et à revoir sur le site du Bayerische Staatsoper.

Crédits photographiques : Rachel Willis-Sørensen © Simon Pauly ; Jonas Kaufmann © Gregor Hohenberg

(Visited 1 566 times, 1 visits today)

Plus de détails

Munich. Bayerische Staatsoper. 30-XI-2020. Giacomo Puccini (1858-1924) : La Bohême. Opéra en quatre tableaux (1896) sur un livret de Luigi Illica et Giuseppe Giacosa. Mise en scène : Otto Schenk. Scénographie : Rudolf Heinrich. Avec : Rachel Willis-Sørensen, Mimi. Mirjam Mesak, Musetta. Jonas Kaufmann, Rodolfo. Andrei Zhilikovsky, Marcello. Sean Michael Plumb, Schaunard. Tarek Nazmi, Colline. Andres Auguledo, Parpignol. Christian Rieger, Benoit. Karel Martin Ludvik, Acindoro. Chœur de la Bayerische Staatsoper. Bayerische Staatsorchester, direction : Asher Fisch. Opéra enregistré en direct sans public le 27 novembre, diffusé sur le site du Bayerische Staatsoper

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.