À emporter, Audio, Musique symphonique

Wagnermania avec un chef Américain à Paris, Case Scaglione

Plus de détails

Richard Wagner (1813-1883) : extraits de Parsifal, Acte II, scène 3 ; Tristan und Isolde, Prélude et Liebestod (La Mort d’Isolde) ; Die Walküre, Acte I, scène 3. Michelle De Young, mezzo-soprano ; Simon O’Neill, ténor ; Pierre-Yves Pruvot, baryton ; Orchestre national d’Île-de-France, direction : Case Scaglione. 2 CD NoMadMusic. Enregistrés en octobre 2019 au Studio de l’Orchestre national d’Île-de-France, Alfortville. Notice bilingue : anglais-français. Durée totale : 88:33

 

Le chef américain réveille la Wagnermania d’antan à Paris avec l’Orchestre national d’Île-de-France et des solistes de renom, pour célébrer des moments exceptionnels dans l’œuvre de .

L’album débute par un large extrait de Parsifal, avec le magicien Klingsor (acte II) chanté avec des accents dramatiques par le baryton . Dans cette scène de séduction, Kundry, incarnée par la mezzo-soprano, impressionne par sa puissance vocale, en même temps que par sa grande finesse, à l’instar du jeune héros interprété par Simon O’Neill, le helden ténor rêvé par Wagner. Devant la résistance du pur fol du Moyen-Âge, elle crie sa détresse de pénitente errante et insoumise devant la croix du Christ : Ich sah Ihn und lachte. Mais comme dans la légende du Graal, Parsifal repousse le Mal.

Tristan ouvre le CD 2. Prélude et La Mort d’Isolde (Liebestod). Comme un appel à un au-delà musical encore inconnu à son époque, usant de chromatismes et du célèbre accord, Wagner dit tout de l’amour et de son impossibilité. Une impossibilité qui ne trouvera sa résolution que dans la mort. Ici, la voix de nous fait entrer dans l’extase du Liebestod avec toute la précision et la justesse de la légende.

Autre extrait célèbre : l’Acte I de Die Walküre, deuxième journée du Ring de Wagner. L’interprétation brillante de Michelle De Young en soprano lyrique dans Walküre est en soi une performance. Sa virtuosité assume avec brio la coloration et le timbre plus élevés de Sieglinde, après la tessiture sombre de la sulfureuse Kundry. A la direction de l’Orchestre national d’Île-de-France, conclut cette fin d’acte éblouissante, par une explosion de passion et d’harmonie. Le tempo est constamment adapté au texte comme le voulait Wagner. Avec ce double album, le chef et son orchestre confirment leurs affinités avec le grand répertoire romantique. 

Lire aussi :

Case Scaglione dirige l’Orchestre National d’Ile-de-France dans Rachmaninov et Sibelius

(Visited 225 times, 1 visits today)

Plus de détails

Richard Wagner (1813-1883) : extraits de Parsifal, Acte II, scène 3 ; Tristan und Isolde, Prélude et Liebestod (La Mort d’Isolde) ; Die Walküre, Acte I, scène 3. Michelle De Young, mezzo-soprano ; Simon O’Neill, ténor ; Pierre-Yves Pruvot, baryton ; Orchestre national d’Île-de-France, direction : Case Scaglione. 2 CD NoMadMusic. Enregistrés en octobre 2019 au Studio de l’Orchestre national d’Île-de-France, Alfortville. Notice bilingue : anglais-français. Durée totale : 88:33

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.