Audio, Musique de chambre et récital, Musique symphonique, Parutions

Bel hommage de DG à la violoniste Johanna Martzy

Plus de détails

Johanna Martzy
Antonín Dvořák (1841-1904) : Concerto pour violon et orchestre en la mineur op. 53. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Concerto pour violon et orchestre n° 4 en ré majeur KV 218 ; Sonate pour violon et piano en fa majeur KV 376. Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Sonate pour violon et piano n° 8. Maurice Ravel (1875-1937) : Berceuse sur le nom de Fauré ; Pièce en forme de Habanera. Darius Milhaud (1892-1974) : Ipanema, extrait de la suite Saudades do Brasil. Manuel de Falla (1876-1946) : Danse espagnole, extrait de La vida breve (arrangement de Kreisler). Karol Szymanowski (1882-1937) : Notturno et Tarantella op. 28. Johanna Martzy, violon ; Orchestre radio-symphonique de Berlin, direction : Ferenc Fricsay (Dvořák) ; Orchestre de chambre de la radio bavaroise, direction : Eugen Jochum (Mozart) ; Jean Antonietti, piano

Michael Mann
Ernest Krenek (1900-1991) : Sonate pour alto et piano. Arthur Honegger (1892-1955) : Sonate pour alto et piano. Darius Milhaud (1892-1974) : Quatre visages. Michael Mann, alto ; Dika Newlin, piano ; Yaltah Menuhin, piano

2 CD Eloquence. Enregistrés du 3 au 5 juin 1953 à la Jesus-Christus Kirche de Berlin (Dvořák), le 4 septembre 1955 à l’Amerika Haus de Munich (Mozart, concerto), du 7 au 11 juillet 1952 (sonates de Mozart et Beethoven), en août 1951 (autres pièces) à la Beethovensaal de Hanovre. Enregistrés les 9 avril 1951, 19 mars et 21 mai 1952 à la Herkulessaal de Munich (pièces pour alto). Notice en anglais. Durée totale : 146:20

 

La réédition par Eloquence de ce double album issu du fonds DG rend un hommage mérité à la violoniste hongroise dont la carrière trop courte ne fut pas aussi brillante qu’elle l’aurait du. L’insolite complément rappelle aussi la figure de l’altiste .

(1924-1979) était une violoniste hongroise, élève du grand virtuose et compositeur Jenő Hubay, dont la carrière trop brève laisse trop peu de témoignages discographiques. Après des débuts triomphants, elle enregistra quelques disques pour DG, tous réunis sur ce double album avant de céder aux sirènes de Walter Legge qui l’attira chez EMI mais s’en désintéressa vite. Des campagnes calomnieuses initiées par les communistes qui lui reprochaient son passage à l’Ouest, puis une mort prématurée due à un cancer ont un peu rejeté dans l’ombre une grande musicienne.

Il suffit d’entendre les deux concertos qui ouvrent le premier CD pour s’en convaincre. Celui d’, accompagné par son compatriote, lui aussi disparu prématurément, , s’impose avec un panache sans égal et un éclat éblouissant malgré une prise de son trop agressive. Et le Quatrième de Mozart, cette fois accompagné avec tendresse et élégance par l’immense , dégage une émotion bouleversante. Deux sonates, l’une de Mozart l’autre de Beethoven, témoignent ensuite de son sens du classicisme viennois en compagnie de son accompagnateur habituel Jean Antonietti. De quelques pièces de virtuosité, habituelles à l’époque de ces gravures, on retient surtout le rare diptyque Notturno et Tarantella de Szymanowski, qui allie panache et hauteur de vue.

Les compléments, qui figuraient sur les premiers pressages des disques de Martzy, dus à l’altiste (1919-1977), fils du grand écrivain Thomas Mann, tranchent esthétiquement. La sonate de Křenek (accompagnée par Yaltah Menuhin) illustre bien l’aridité habituelle du compositeur viennois, tandis que celle de Honegger n’est curieusement pas en reste de sévérité, même si son langage est plus immédiatement accessible. Seuls les quatre visages de Darius Milhaud se déroulent dans un climat plus enjoué et facile, même s’il ne s’agit pas de grands chefs d’œuvre du compositeur français.

(Visited 190 times, 1 visits today)

Plus de détails

Johanna Martzy
Antonín Dvořák (1841-1904) : Concerto pour violon et orchestre en la mineur op. 53. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Concerto pour violon et orchestre n° 4 en ré majeur KV 218 ; Sonate pour violon et piano en fa majeur KV 376. Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Sonate pour violon et piano n° 8. Maurice Ravel (1875-1937) : Berceuse sur le nom de Fauré ; Pièce en forme de Habanera. Darius Milhaud (1892-1974) : Ipanema, extrait de la suite Saudades do Brasil. Manuel de Falla (1876-1946) : Danse espagnole, extrait de La vida breve (arrangement de Kreisler). Karol Szymanowski (1882-1937) : Notturno et Tarantella op. 28. Johanna Martzy, violon ; Orchestre radio-symphonique de Berlin, direction : Ferenc Fricsay (Dvořák) ; Orchestre de chambre de la radio bavaroise, direction : Eugen Jochum (Mozart) ; Jean Antonietti, piano

Michael Mann
Ernest Krenek (1900-1991) : Sonate pour alto et piano. Arthur Honegger (1892-1955) : Sonate pour alto et piano. Darius Milhaud (1892-1974) : Quatre visages. Michael Mann, alto ; Dika Newlin, piano ; Yaltah Menuhin, piano

2 CD Eloquence. Enregistrés du 3 au 5 juin 1953 à la Jesus-Christus Kirche de Berlin (Dvořák), le 4 septembre 1955 à l’Amerika Haus de Munich (Mozart, concerto), du 7 au 11 juillet 1952 (sonates de Mozart et Beethoven), en août 1951 (autres pièces) à la Beethovensaal de Hanovre. Enregistrés les 9 avril 1951, 19 mars et 21 mai 1952 à la Herkulessaal de Munich (pièces pour alto). Notice en anglais. Durée totale : 146:20

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.