La Scène, Spectacles Danse

Avec Deleuze / Hendrix, Angelin Preljocaj mixe rock et philosophie

Plus de détails

Paris. Le Centquatre. 20-X-21. Deleuze / Hendrix. Chorégraphie : Angelin Preljocaj. Archives sonores : Gilles Deleuze, Université de Vincennes, Paris VIII. Musique : Jimi Hendrix. Lumières : Eric Soyer, assisté de Anaïs Silmer. Assistant, adjoint à la direction artistique : Youri Aharon Van den Bosch. Choréologue : Dany Lévêque. Danseurs : Baptiste Coissieu, Matt Emig, Cecilia Torres Morillo, Isabelle Garcia Lopez, Florette Jager, Tommaso Marchignoli, Zoë McNeill, Redi Shtylia

Au Centquatre, affiche complet avec Deleuze / Hendricks, son nouveau spectacle créé cet été à Montpellier Danse avec huit danseurs du Ballet Preljocaj. Une confrontation stimulante entre la pensée de Spinoza, la voix de Deleuze et les rifs de Hendrix.

a toujours fait de ses expérimentations abstraites un réservoir de formes pour ses ballets narratifs. Depuis 2004 notamment, il construit avec Empty Moves, sur la bande-son d’une performance de John Cage enregistrée à Milan, un travail abstrait d’une remarquable densité. C’est à nouveau le cas avec Deleuze / Hendrix, une nouvelle pièce pour huit danseurs, conçue à partir d’un matériau original et double : la musique du guitariste et chanteur américain et l’enregistrement de cours donnés sur Spinoza par Gilles Deleuze à ses étudiants de Nanterre.

Ce matériau a priori disparate est dans un premier temps simplement juxtaposé en séquences distinctes, avant de s’imbriquer plus indistinctement. Les parties Hendrix sont plus sauvages, plus rock’n’roll (magnifique et sensuel duo dans le deuxième passage) que les parties Deleuze, à l’écriture plus conceptuelle, proche de .

Par cette dualité, Preljocaj assume sa double filiation avec , dont il assista aux cours à New York dans ses premières années de formation et de , qui l’engagea dans sa compagnie et lui donna ses premières chances de chorégraphe. Certaines séquences composées sur Hendrix évoquent lointainement Jours étranges, le ballet de écrit sur l’album Strange Days des Doors.

Quelle que soit la séquence, l’écriture chorégraphique très maîtrisée du chorégraphe est parfaitement bien exécutée par les huit danseurs du Ballet Preljocaj. Duos, quatuors, ensembles s’agencent avec virtuosité et dextérité, proposant des combinaisons de mouvement nouvelles. Le résultat est exigeant et d’apparence austère, mais adouci par la voix reposante et poétique de Deleuze, qui s’efforce de faire comprendre l’esprit de la pensée de Spinoza. Les lumières caressantes d’Eric Soyer, partenaire habituel de Preljocaj, apportent une quatrième dimension à ces études de cas pluridimensionnelles.

Crédit photographique : © Jean-Claude Carbonne

(Visited 215 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris. Le Centquatre. 20-X-21. Deleuze / Hendrix. Chorégraphie : Angelin Preljocaj. Archives sonores : Gilles Deleuze, Université de Vincennes, Paris VIII. Musique : Jimi Hendrix. Lumières : Eric Soyer, assisté de Anaïs Silmer. Assistant, adjoint à la direction artistique : Youri Aharon Van den Bosch. Choréologue : Dany Lévêque. Danseurs : Baptiste Coissieu, Matt Emig, Cecilia Torres Morillo, Isabelle Garcia Lopez, Florette Jager, Tommaso Marchignoli, Zoë McNeill, Redi Shtylia

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.