Danse , La Scène, Spectacles Danse

Danses de deuil grecques à La Villette

Plus de détails

Grande Halle de La Villette, Paris. 13-XII-21. Koen Augustijnen / Rosalba Torres Guerrero : Lamenta (création 2021). Concept et chorégraphie : Koen Augustijnen & Rosalba Torres Guerrero, en collaboration avec les danseur.euse.s Lamprini Gkolia, Christiana Kosiari, Konstantinos Chairetis, Petrina Giannakou, Dafni Stathatou, Athina Kyrousi, Taxiarchis Vasilakos, Alexandros Stavropoulos & Spyridon ‘Stak’ Christakis, Xanthoula Dakovanou. Musique : Xanthoula Dakovanou. Environnement sonore : Sam Serruys. Dramaturgie : Georgina Kakoudaki & Guy Cools. Costumes : Peggy Housset. Lumières : Begoña Garcia Navas. Régie technique : Michel Delvigne. Administrateur : Herwig Onghena. Administration, production & tournée : Nicole Petit

Fruit de quatre années de travail avec des danseurs grecs, Lamenta est une superbe méditation sur le deuil et l’absence chorégraphiée par Koen Augustijnen et Guerrero.

En Grèce, le chemin du deuil s’exprime à travers le chant et les lamentations. Dans l’Epire, région du nord-ouest de la Grèce, les miroloï sont des chants de lamentation reliés à la perte, non seulement lors d’un décès, mais également lorsque quelqu’un quitte sa famille pour se marier ou pour émigrer. Lors de leurs voyages autour de la Méditerranée, Koen Augustijnen et Guerrero, qui nourrissent depuis vingt ans en Flandres des projets artistiques ensemble ou séparément, ont été initiés à la richesse et à la beauté de ces rituels par , la directrice artistique du Kerasovo festival ainsi que par le clarinettiste Nikos Fillipides.

Aujourd’hui, c’est un groupe de neuf danseurs grecs contemporains qui fait revivre ces traditions et porte les traces de ce cheminement artistique des deux chorégraphes dans un magnifique travail. Lamenta propose au spectateur de partager les différents états que traversent les hommes et les femmes quand survient la perte. L’engagement des danseurs et des danseuses, corps vêtus de bottes de cuir noir, de longs manteaux noirs au début du spectacle, est total. La musique originale enregistrée de , qui participe également au spectacle, contribue à cette intériorité.

Au moment du deuil, on se frappe le corps et la poitrine, le corps penché vers l’avant, dans un cercle mystique. Au fil du spectacle, les corps se libèrent de leurs pesanteurs pour aller vers le blanc et la lumière. Comme dans Le Sacre du printemps, la pièce se structure autour d’un rituel et ses moments de passage.

Il y a aussi une dimension guerrière et combattante dans ces rythmes, dans lesquels on retrouve l’intériorité de l’écriture chorégraphique que Koen Augustijnen et Rosalba Torres Guerrero pratiquent dans leurs aventures individuelles. L’énergie du spectacle est presque rock et convoque toutes les traditions de l’est de l’Europe et de la Méditerranée.
A la fin, les interprètes s’approchent de la transe, que ces danses populaires véritablement transfigurées provoquent jusqu’à l’épuisement dans une farandole infinie. Sauvage et incandescent, on est loin du sirtaki, mais plus proche de la manière dont un chorégraphe comme Christian Rizzo fait sien ces danses traditionnelles venues du fond de la terre.

Crédits photographiques : © Heloise Faure

(Visited 302 times, 7 visits today)

Plus de détails

Grande Halle de La Villette, Paris. 13-XII-21. Koen Augustijnen / Rosalba Torres Guerrero : Lamenta (création 2021). Concept et chorégraphie : Koen Augustijnen & Rosalba Torres Guerrero, en collaboration avec les danseur.euse.s Lamprini Gkolia, Christiana Kosiari, Konstantinos Chairetis, Petrina Giannakou, Dafni Stathatou, Athina Kyrousi, Taxiarchis Vasilakos, Alexandros Stavropoulos & Spyridon ‘Stak’ Christakis, Xanthoula Dakovanou. Musique : Xanthoula Dakovanou. Environnement sonore : Sam Serruys. Dramaturgie : Georgina Kakoudaki & Guy Cools. Costumes : Peggy Housset. Lumières : Begoña Garcia Navas. Régie technique : Michel Delvigne. Administrateur : Herwig Onghena. Administration, production & tournée : Nicole Petit

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.