Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

Les trente ans de Court-Circuit aux Bouffes du Nord

Plus de détails

Théâtre des Bouffes du Nord 7-II-2022. Happy Birthday (arrangement Samson Togman) ; Vincent David (né en 1974) : Pulse pour saxophone ; David Hudry (né en 1978) : Transmission I pour clarinette solo et ensemble (CM) ; Martin Matalon (né en 1958) : Traces XII pour harpe et électronique ; Mauro Lanza (né en 1975) : Aschenblume pour ensemble. Pierre Dutrieu, clarinette ; Joanna Ohlmann, harpe ; Ensemble Court-Circuit ; électronique Motus ; direction : Jean Deroyer

Éloge du geste, de l’énergie, et du rythme dans ce concert anniversaire concocté par et l’équipe de Court-Circuit pour fêter haut et fort leurs trente ans d’existence.

Après une mise en bouche de circonstance – un arrangement de Happy Birthday joué par les musiciens, s’adresse à l’assistance pour revenir sur les débuts de son ensemble et remercier toutes les institutions et autres producteurs qui ont soutenu et accueilli Court-Circuit depuis 1992. Il met également l’accent sur la nécessité aujourd’hui d’agir ensemble, de fédérer les énergies, d’échanger et de transmettre, une mission qui s’incarne dans le nouveau festival Ensemble(s) dont il est l’un des initiateurs.

Deux écrans de part et d’autre de la scène diffusent durant les changements de plateau des extraits de productions (The Second Woman de Frédéric Verrières, La princesse légère de Violeta Cruz, Le songe de Médée, ballet d’Angelin Preljocaj), autant de rendez-vous où Court-circuit était sur le plateau ou dans la fosse.

Et pour bien commencer, le saxophoniste et compositeur est seul en scène dans Pulse. C’est un de ses morceaux de bravoure, quasi acrobatique, où il développe sur l’instrument mélodique une dimension rythmique (avec slaps, rebonds, ruptures, etc.) et une extension spectaculaire du spectre sonore grâce à la respiration circulaire qui alimente en continu le souffle dans une prestation aussi sonore que physique.

L’énergie n’est pas en reste dans Transmission I de , une pièce pour clarinette soliste (Pierre Dutrieu) et ensemble donnée ce soir en création mondiale sous la direction électrisante de . La partition débute avec le souffle du soliste dans son embouchure, tel le Qi, cette force en action définie par la médecine chinoise qui amorce et traverse la pièce. L’effet bruité est aussitôt répercuté par les frictions de la caisse claire selon un processus de déploiement sonore que Hudry va développer en virtuose, faisant fonctionner l’ensemble instrumental comme la chambre d’écho de la clarinette. Les séquences alternent entre pulsion éruptive (la caisse claire toujours très active) et retombée d’énergie avant que l’ensemble chauffé à blanc – râle de la clarinette, bois hurlants et percussion métallique – active un processus de transe hyper galvanisante.

Le compositeur est présent dans la salle comme l’ensemble des compositeurs joués ce soir. Au sein d’un cycle pour instrument soliste qui compte aujourd’hui dix-sept numéros, sa Trace XII (2017) pour harpe et électronique est une pièce séduisante et poétique, telle que nous la révèle Joanna Ohlmann (nouvelle venue dans l’) au sein de l’acoustique singulière des Bouffes du Nord. L’œuvre relève du « faux temps réel », (moins stressant, certes, mais aussi moins convaincant que le vrai) où la partie électronique est désormais fixée, exigeant le « clic » dans l’oreille de l’interprète. La compagnie est aux manettes pour assurer une synchronisation parfaite du son instrumental et du support électronique, source d’illusions acoustiques et de figures spatiales toujours très surprenantes.

Le titre est déjà une trouvaille et la pièce un enchantement, restituée avec finesse et engagement par les musiciens et leur chef . Aschenblume (Fleur de frêne) du Vénitien est dédiée à la mémoire de . C’est une commande de Court-Circuit créé en 2002, avec Pierre-André Valade à la tête de l’ensemble, un chef présent dès la fondation du groupe dont il assurera la direction musicale durant 16 ans. Vibratile et turbulente, avec ses alanguissements et ses reprises, la musique d’Aschenblume est portée par de courts processus qui se succèdent et s’enchevêtrent, générant là encore des illusions acoustiques mais sans l’électricité cette fois. L’imaginaire du compositeur est à l’œuvre dans cette pièce virtuose et inventive qui s’achève en véritable batucada (sifflet, percussion déjantée, scansions des instruments et sonneries inquiétantes des crotales), pas si joyeuse que cela !

Crédit photographique : © Omer Corlaix (Philippe Hurel) /Michèle Gagliano

(Visited 360 times, 1 visits today)

Plus de détails

Théâtre des Bouffes du Nord 7-II-2022. Happy Birthday (arrangement Samson Togman) ; Vincent David (né en 1974) : Pulse pour saxophone ; David Hudry (né en 1978) : Transmission I pour clarinette solo et ensemble (CM) ; Martin Matalon (né en 1958) : Traces XII pour harpe et électronique ; Mauro Lanza (né en 1975) : Aschenblume pour ensemble. Pierre Dutrieu, clarinette ; Joanna Ohlmann, harpe ; Ensemble Court-Circuit ; électronique Motus ; direction : Jean Deroyer

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.