Flash info

Une nouvelle saison de l’Opéra de Paris dans un contexte incertain

 

« Un contexte incertain », c’est par cette constatation qu’ a ouvert la présentation à la presse de la prochaine saison de l’Opéra de Paris. Après les grèves et le Covid, les pertes s’élèvent à 175 millions d’euros sur trois ans. L’institution a pu réaliser environ 70 millions d’économies tandis que l’État a apporté son soutien à hauteur de 86 millions, mais 20 millions restent à la charge de l’Opéra qui fonctionne avec 40% de financement public seulement, tient-il à rappeler, contre 60 à 80% pour d’autres maisons lyriques. Un retour à l’équilibre est envisageable dans trois ans à condition de baisser les coûts et maîtriser les charges (l’opéra dépense par an en énergie l’équivalent d’une ville de 800 habitants). Le directeur de l’ONP rappelle ensuite le lien culturel profond qui nous unit à la Russie. L’Opéra continuera à programmer de la musique et des artistes russes et ne demandera pas à ces derniers de se prononcer sur la guerre en Ukraine compte tenu des risques encourus. En revanche, les artistes engagés en faveur du pouvoir russe ne seront plus invités. est prévue pour chanter dans La Force du destin en décembre, mais indique qu’on ne sait pas encore si les conditions seront alors réunies pour cela. Aucune production avec le Bolchoï et le Mariinski n’était prévue.

Pour 2022/2023, 30 productions sont programmées, dont 14 nouveaux spectacles, tant à l’opéra qu’au ballet. C’est du côté de la danse qu’il faudra se tourner pour le contemporain avec les créations de deux chorégraphes, et . Cette saison verra quatre entrées au répertoire : Mayerling de Kenneth MacMillan, Kontakthof de Pina Bausch, The Dante Project de Wayne McGregor dirigé en alternance par et Thomas Adès, le compositeur, ainsi que Ballet impérial, Who cares ? de George Balanchine. La compagnie invitée sera Peeping Tom. Seront à l’honneur (disparu en 2021), (pour ses 90 ans) et Rudolf Noureev (célébration des 30 ans de sa disparition). Invité par le Los Angeles Philharmonic (dont est directeur musical) au fameux Hollywood Bowl qui fête ses 100 ans cette année, le Ballet de l’Opéra y donnera deux représentations, chacune devant 15000 personnes, précise la directrice de la danse, Aurélie Dupont.

Pour la saison lyrique, trois metteuses en scène seront à l’affiche pour trois nouvelles productions : Lydia Steier pour ses débuts à l’opéra avec Salomé de R. Strauss, Deborah Warner pour le déjà très remarqué Peter Grimes de Britten (à Madrid et à Londres) et Valentina Carrasco pour l’entrée au répertoire de Nixon in China de John Adams dirigé par Gustavo Dudamel. Seront proposés également côté nouveautés, Hamlet d’Ambroise Thomas par Krzysztof Warlikowski, avec Ludovic Tézier, Roméo et Juliette de Charles Gounod dans une mise en scène de Thomas Jolly avec Benjamin Bernheim, Ariodante de Haendel par Robert Carsen, en coproduction avec le Met. Également par les chanteurs de l’Académie de l’Opéra de Paris, un spectacle à l’Athénée comme cette saison : La Scala di seta de Rossini confiée à Pascal Neyron et dirigée par Jean-François Verdier, également Première clarinette solo de l’Orchestre. La saison sera marquée par les débuts à l’Opéra de Paris de pas moins de 13 chefs (dont 3 cheffes) : Speranza Scapucci, Thomas Adès, Fabien Gabel, Aziz Shokhakimov…tandis que le directeur musical, Gustavo Dudamel emmènera l’Orchestre de l’Opéra pour deux tournées, à Barcelone-Genève-Vienne et pour la première fois au Barbican de Londres. (NF)

(Visited 464 times, 1 visits today)
 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.